español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

A l’ORDIK, favoriser une circulation maximale de l’information est le gage du bon déroulement d’un chantier villageois

Anne FONTENEAU

11 / 1994

L’ORDIK (Organisation Rurale pour le Développement Intégré de la Kolimbine) est une association située à trente-cinq km de Kayes, dans la première région du Mali. Elle regroupe neuf villages et deux hameaux de culture. Elle comporte un comité de trente-six représentants villageois, organe de décision et une structure projet composée de techniciens. Ceux-ci encadrent le travail de six commissions thématiques réunissant membres du comité et personnes ressources villageoises.

La commission Chantiers villageois est l’une d’entre elles. Elle est spécialisée dans la construction d’infrastructures hydrauliques - barrages essentiellement - et l’organisation du travail pour y parvenir. Aussi, deux semaines environ avant le tout début d’un chantier, la commission et le technicien génie rural du projet, Thiéman Coulibaly, organisent-ils une réunion avec les chefs de famille du village où est édifié le barrage. Thiéman aborde l’aspect technique en expliquant en détails le plan de l’ouvrage. Puis l’organisation pratique du chantier est évoquée : contribution des autres villages de l’association, fourniture des repas, sanctions en cas d’absence… Le jour d’ouverture du chantier, l’un des membres de la commission prononce un discours d’encouragements et de remerciements sans omettre de communiquer la règlementation adoptée : interdiction du thé pour éviter les bagarres, horaires, montant des amendes… Chacun remplit alors le rôle qui lui a été assigné. Les migrants du village concerné auxquels le budget de l’ouvrage a été envoyé ont fait parvenir une participation financière pour assurer les repas. Petits déjeuners et déjeuners sont ainsi préparés par les femmes secondées par les enfants pour la corvée d’eau. Chacun des huit autres villages adhérents à l’ORDIK a du fournir, selon sa taille, de deux à quatre personnes par jour et ceci est scrupuleusement contrôlé par les responsables du pointage des présents. La main d’oeuvre villageoise masculine a été divisée en groupes de travail qui assistent les maçons professionnels dans le creusement des tranchées, le transport des pierres, la fabrication du ciment. Le chantier se déroule de 8h à 14h et peut réunir jusqu’à quatre-vingt personnes quotidiennement pendant une durée qui a varié de un mois et demi à six mois sur les six chantiers de barrages déjà menés à bien. Un ou deux mois après la fin du travail, un rassemblement de tous les participants, du technicien et de la commission permet de faire le bilan de la conduite des opérations et de la participation de chacun. Unique occasion pour les neuf villages de l’association ORDIK de travailler ensemble sur une même réalisation, un chantier villageois a des retombées positives sur la cohésion de la zone. Des jeunes qui se sont découverts dans l’effort s’invitent mutuellement lors de fêtes dans leur village respectif.

Key words

rural planning, farming community, communication, community development, hydraulic, methodology, community organization, popular participation, technician and farmer


, Mali

file

Gouverner les villes avec leurs habitants

Comments

La réussite d’un chantier villageois passe à l’ORDIK par une bonne circulation de l’information entre tous les acteurs impliqués : commission Chantiers villageois du comité ORDIK, technicien de l’équipe projet, villageois directement concernés et ceux des autres villages, migrants, femmes. L’organisation du chantier est communiquée à tous et chacun connaît le rôle qu’il doit remplir. Thiéman a récemment été appelé pour la réfection d’un barrage en dehors de la zone ORDIK, à Melgue, en Mauritanie. Confronté là-bas à une langue différente et à une cohésion villageoise plus faible, il a expérimenté, en négatif, combien la communication est primordiale dans la conduite réussie d’un chantier.

Source

Interview

Entretiens avec Anne FONTENEAU et Thieman COULIBALY

contact site map legal mentions