español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

Initiatives citoyennnes pour la protection de l’environnement

L’exemple de la rivière Sabarmati

Prem PANGORA

03 / 1995

La rivière Sabarmati occupe une place unique dans le coeur des habitants d’Ahmedabad (en Inde). Cependant, la dégradation rapide de son environnement et la mauvaise gestion des systèmes d’infrastructure de la ville ont abouti à une triste situation. La ville s’étant montrée incapable de respecter son engagement de rendre l’eau de la rivière disponible, celle-ci n’est plus, durant la plus grande partie de l’année, qu’un bouillon de culture d’effluents dangereux et d’égouts. Heureusement, au cours des trente dernières années, diverses initiatives de citoyens ont permis que le problème de cette mauvaise gestion ne soit pas enterré. Parmi ces initiatives, plusieurs ont concerné le développement du front de rivière et l’amélioration des infrastructures destinées à prévenir la pollution. Mais il est décourageant de noter que les autorités locales et nationales n’ont donné aucune réponse à ces propositions.

Problèmes d’infrastructure : Approvisionnement en eau

Le système d’approvisionnement en eau, géré par l’AMC (Corporation municipale d’Ahmedabad)fournit aux citoyens environ 430 mlj (millions de litres d’eau par jour). 180 proviennent de l’eau de surface de la rivière (seulement pendant la mousson), 8 de 27 puits d’infiltration creusés dans le lit de la rivière et 99 de 5 puits français.

Forte dépendance des eaux souterraines

La moyenne annuelle de l’approvisionnement en eau d’Ahmedabad est passée de 90 mlj en 1951-52 à 317 en 1971-72 et 423 en 1990-91. Durant ces années, la proportion eau de rivière/eau souterraine a changé : en 1951-52, sur les 90 mlj, seuls 20 provenaient de puits (22 %); en 1990-91, on était passé à 335 mlj (83 %)sur le total de 423.

Bidonvilles

Les bidonvilles d’Ahmedabad tirent leur eau de 3 100 postes de distribution fournis par l’AMC à titre nominal. Cependant, une étude récente de l’AMC (1991)a révélé un nombre important de robinets illégaux. Une étude sur dix-sept zones de bidonvilles a montré que plus de 53 % des unités résidentielles avaient des connections privées alors que les autres prenaient l’eau aux postes publics de distribution fournis par l’AMC.

Industries : Contamination des sources

27 collecteurs principaux amènent à la rivière des effluents et des eaux usées. 18 sont situés sur la rive ouest et 9 sur la rive est. Outre les sources de pollution mentionnées ci-dessus, d’autres activités sont cause d’une pollution considérable des eaux de surface et des eaux souterraines : cultures dans le lit de la rivière, lessives, activités de nettoyage, toilettes, teintures des fabriques de textiles, crémations, rejets de déchets solides.

Efforts passés

C’est l’AMC qui, il y a plus de trente ans, a, la première, mis en avant l’idée de développer le front de rivière à la suite de la décision de construire le barrage de Vasna sur son cours supérieur. Mais, du fait de l’habituel manque de fonds, le projet fut ajourné. Le premier essai sérieux de mise en place d’un plan global vint de l’architecte franco-américain connu, Bernard Kohn. Le silence qui suivit le projet Kohn fut indirectement interrompu sept ans plus tard lorsque cette question refit surface à la suite des inondations d’Ahmedabad de 1973. L’AMC entreprit un projet global de réhabilitation pour les douze mille personnes qui avaient été touchées par l’inondation et qui vivaient dans des bidonvilles sur les rives du cours d’eau, dans une ville qu’ils avaient eux-mêmes construite à Johapura, près de Vasna.

Ces deux projets ne réussirent pas à éveiller l’intérêt des autorités locales et nationales, sauf sur quelques points au moment des études de faisabilité technique. Une des raisons pourrait en être le fait que ces deux propositions concernaient surtout le développement du front de rivière dans sa dimension physique et esthétique, reléguant divers autres aspects en arrière-plan.

En 1985, le gouvernement central lança un programme de réduction de la pollution du Gange, le Plan d’action pour le Gange (GAP). Dans ce contexte, l’AMC demanda à Dalal Consultants de préparer un étude préalable de faisabilité sur la prévention de la pollution de la rivière Sabarmati. Ce fut le Rapport Dalal. Les consultants de Dalal examinèrent différentes alternatives pour le système d’égouts et de drainage. L’alternative privilégiée prenait en compte la proposition de l’AUDA pour les quartiers périphériques ouest et plaidait pour l’installation d’un collecteur principal parallèle au collecteur périphérique de l’AMC existant. En se basant sur le rapport Dalal, l’AMC soumit une proposition en vue d’obtenir une subvention du gouvernement central dans le cadre du Plan national d’action pour les rivières (NRAP).

En 1993, un nouveau groupe de professionnels (urbanistes, architectes, ingénieurs)de différentes institutions et le Programme national de recherche en ingénierie de l’environnement se sont réunis pour étudier les problèmes et les perspectives de la Sabarmati d’une manière globale et en tenant compte à la fois de son cours supérieur et de son cours inférieur.

Depuis longtemps des ONG étaient activement impliquées avec les autorités locales sur une base de partenariat. Mais, les années passant, des conflits avaient surgi. On peut cependant affirmer que les ONG auront encore des contacts avec les autorités locales et pourront encore travailler avec succès avec elles. Dans le cas de la mise en place d’un tel projet, toutes deux devront travailler la main dans la main après avoir défini les termes et conditions adéquates de leur association. Une solution pourrait être de confier tous les aspects de gestion du bassin de la Sabarmati à une autorité publique statutaire qui disposerait des pouvoirs nécessaires pour assurer que cette ressource, propriété commune, est utilisée d’une façon compatible avec le bien-être à long terme de tous les intéressés. Le principal rôle de cette autorité serait d’élaborer des politiques, de préparer des plans et de réaliser des projets destinés à réguler l’utilisation de la rivière pour le bénéfice maximum des communautés qui vivent sur ses berges tout en causant le minimum de dommages à son environnement physique.

Key words

access to water, water resources, water pollution, shanty town, urban development planning, water policy, NGO


, India, Ahmedabad

Comments

L’histoire des efforts de la ville pour développer la rivière et son cadre est une histoire à la fois d’espoir et de désespoir qui a commencé dans le courant des années 1960 par le projet de Bernard Kohn, a été reprise par le RFDG (un collectif de professionnels et d’ONG)dans le milieu des années 1970 et poursuivie par les groupes RAGA et ACT avec le support institutionnel du CEPT. Quand la résistance politique est forte et que les agences gouvernementales arrivent avec des réponses appropriées, il devient impératif pour ces gropupes de forcer les autorités à agir par un investissement public. Mais, pour cela, un soutien et une participation communautaires accrus seront nécessaires.

Notes

Fiche orignale en anglais (MFN 4463), traduite par Bruno MORGAT (RITIMO-CEDIDELP).

Source

Book

AUDEFROY, Joël, 50 experiencias en el campo del agua y saneamiento, HIC, 1995 (MEXIQUE)

HIC MEXICO (Coalición Internacional para el Hábitat) - Tacuba #53, 1er. piso - Colonia Centro, 06000 México D.F.MEXIQUE - Tel: + 52-55-5512 1586 - Telefax: + 52-55-5512 6726 - Mexico - www.hic-al.org - info (@) hic-al.org

contact site map legal mentions