español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

Une nouvelle variété de cacao met fin aux épisodes cryptogamiques

Mohamed Larbi BOUGUERRA

04 / 1995

La découverte fortuite d’une variété de cacao résistante aux maladies cryptogamiques pourrait sauver la culture du cacao au Brésil, et partant, protéger la biodiversité.

La maladie fongique communément appelée "le balai de la sorcière"- une affection qui provoque la croissance anormale des pousses- menace les cultures de cacao et met en péril le gagne pain des paysans. Elle s’est propagée, au cours des cinq dernières années,avec la vitesse d’un feu de brousse, à travers les plantations du Brésil et d’Amérique centrale.

L’espoir pointe, heureusement, du côté de l’Agence brésilienne du cacao (Ceplac)à Itabuna dans le NE de l’état de Bahia où plus de 90% du cacao brésilien est produit. Les chercheurs de cette Agence ont mis au jour une variété dénommée Theobahi, résistante au "balai de la sorcière". Paulo Alvim, un agronome du Ceplac affirme que des plants de cacao résistants issus du croisement d’une variété amazonienne sauvage et de la variété locale sont cultivés depuis les années 70 à la station expérimentale de l’Agence. "En fait, précise-t-il, notre intention, au départ, était l’obtention d’une plante plus productive mais une épidémie qui s’est déclarée à la station, nous a fait découvrir que nos plants hybrides étaient résistants". En réalité, la maladie ravage le bassin de l’Amazone depuis des siècles mais n’a été observée à Bahia qu’au cours des cinq dernières années. Le champignon se répand très rapidement et il n’existe guère de moyens de le juguler. Au début, il attaque les branches et peut être contrôlé mais, aux stades ultérieurs de la maladie,il échappe à tout contrôle: il détruit les gousses.

Du fait de la maladie, la production moyenne annuelle du Brésil (2ème producteur mondial)est passée de 360 000t à 240 000t et les fermiers s’attendent à pire. Outre cet aspect économique et humain, la maladie a aussi une composante environnementale sérieuse dans la mesure où, le cacaoyer ayant besoin d’ombre et prospèrant sous ce qui reste de la forêt atlantique, l’abandon de sa culture conduira immanquablement à des défrichages catastrophiques pour la biodiversité animale et végétale. Contraints par le champignon d’abandonner la culture du cacaoyer, les paysans deviennent éleveurs de bétail et défrichent pour procurer des pâturages à leurs bêtes.

Key words

research, biodiversity, cocoa, phytosanitary processing, plant species, upgraded variety


, Brazil

Comments

Première remarque: une recherche sérieuse et de qualité se fait dans les pays du Sud. Nous en avons ici un nouvel et bel exemple. De plus, les travaux du Cepal prouvent que la recherche agronomique traditionnelle-qui ne fait appel ni à l’ADN recombinant ni aux méthodes enzymatiques élaborées- a encore de beaux jours devant elle. L’observation et le savoir traditionnel sont encore rentables et il faut les allier aux techniques les plus sophistiquées.

Deuxième remarque: l’interrelation et la complexité des relations dans les écosystèmes naturels sont bien mis en exergue par ce cas. Il est enfin bon de noter, pour finir, que les pesticides chimiques ne sont pas en mesure de résoudre tous les problèmes comme une certaine publicité intéressée veut le faire accroire aux paysans du Sud. Contre "le balai de la sorcière", point de fongicide efficace. Du reste, en existe-t-il quand on tient compte de la pollution, des empoisonnements et des cancers?

Source

Articles and files

HOMEWOOD, Brian, Cocoa strain breaks fungal spell, IPC Magazines Ltd in. NEW SCIENTIST, 1995/02/25 (ROYAUME UNI), vol. 145, n°1966

contact site map legal mentions