español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

Partenaires de Paix, échanges entre les artisans de la paix : trois Prix Nobel dialoguent avec des Organisations Non Gouvernementales (1)

Robert DOUILLET

10 / 1995

La paix n’est pas passivité, mais dynamique de vie; c’est un combat passionnant et non meurtrier pour plus de justice et la satisfaction de nos besoins. Elle n’est pas menacée par les conflits, car ceux ci constituent la trame de notre histoire, mais par l’idéologie de la violence, les idéologies fondées sur l’exclusion, la discrimination et l’injustice.

Parfois, ces idéologies ne peuvent être combattues en dernier recours que par la lutte armée; mais très souvent, c’est la non-violence qui en est la réponse adéquate. Le Liban est l’exemple type de conflits armés dans lequel chacune des parties a perdu la "guerre"; aujourd’hui les Libanais veulent reconstruire la démocratie en préconisant la non violence. Cette dernière est non seulement une philosophie et une sagesse, mais aussi une stratégie qu’il est nécessaire de cultiver et de divulguer à chacun d’entre nous. C’est une dynamique qu’il faut approfondir et étudier (chose que nous n’avons pas fait jusqu’à présent), sans quoi nous serons incapables d’apprendre l’espérance à nos enfants.

Chacun d’entre nous doit être acteur dans la construction de la paix. Et les clés de cette réussite se nomment optimisme, détermination et confiance en soi.

- Appuyons nous pour cela sur les femmes qui nous ont montré souvent leur rôle déterminant.

- Montrons et analysons les expériences positives telles que la réconciliation germano-polonaise ou germano-française.

- Sollicitons les médias pour qu’ils cessent de nous montrer uniquement les meurtres, les catastrophes et les tragédies, véritables facteurs de découragement de l’âme humaine, mais pour qu’au contraire ils nous montrent qu’existe la possibilité de modifier le cours des évènements grâce à l’intervention positive de l’homme.

- Créons des institutions de paix ; le rôle des Nations-unies est mitigé suivant que l’on analyse le succès au Salvador avec la mise en place des accords de paix et la recherche de sa durabilité par le soutien à une "révolution négociée" ou - exemple inverse - le semi-échec de Somalie où, dans un premier temps, on a permis l’acheminement des secours et dans un second temps participé à des actions de guerre .

- Cherchons à limiter la création et le commerce des armes; tant qu’il sera facile de se procurer des armes, un désastre risque immanquablement de se produire. Il est nécessaire de bâtir à l’échelon international une véritable stratégie de reconversion vers d’autres objectifs tels que la préservation de l’environnement et des équilibres planétaires.

Et si ces tâches nous semblent insurmontables, nous pouvons toujours recourir au "désarmement intérieur" pour diminuer la haine, développer la compassion et bien éduquer nos enfants. Car, comme toujours, nous récolterons tout ce que nous avons semé.

Key words

construction of peace, peace culture, non violence, media and peace culture, collective memory, ethics of the media, peace education


, Tibet, El salvador, Argentina, Colombia, France, Ireland, Germany, Poland, Yugoslavia, Somalia,

Source

Book

CCFD=Comité catholique contre la faim et pour le développement, FPH=Fondation Charles Leopold Mayer pour le progrès de l'homme, Partenaires de paix, FPH in. Dossier pour un Débat, 1994/01 (France), N°27

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact site map legal mentions