español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

3ème congrès du Collectif National des Pêcheurs Artisanaux du Sénégal (CNPS)

Bilan et perspectives après 10 années à défendre les intérêts des pêcheurs

Sophie NICK

02 / 1998

Les 19 et 20 mars 1998, le Collectif National des Pêcheurs Artisanaux du Sénégal (CNPS)a tenu son 3ème congrès, 10 ans après sa création (1987). Bilan et priorités pour l’avenir.

Les discours

- Le Secrétaire général adjoint, Thierno Gueye a rappelé que, d’emblée, le CNPS avait inscrit son action dans une dynamique de "citoyenneté". Le 1er congrès a été marqué par la création de partenariats avec des organisations de la sous région africaine, des pays européens et le Canada. Le 2ème congrès a vu avec succès la création des cellules féminines et la mise en place de mutuelles d’épargne et crédit. Son voeu pour le congrès de 1998 : la mise en place d’organisations professionnelles dans la sous région africaine.

- Madame Adja Awa Seye, Présidente de la cellule femmes du CNPS, a souligné les difficultés auxquelles les femmes sont confrontées (accès difficile aux marchés nationaux et internationaux, absence de moyens de conservation, manque de moyens de transport). Elles ont décidé de s’investir davantage dans l’épargne et le crédit.

- Madame Danielle Gobeil de l’association Développement et Paix a incité des populations côtières du Canada à signer une lettre de soutien (35 000 signatures)au CNPS adressée au Président Abdou Diouf : "...face à la mondialisation des marchés et des économies, nous devons opposer la mondialisation des solidarités et des personnes". Développement et Paix présente aux Canadiens le CNPS comme un exemple pour montrer que les organisations du Sud se prennent en charge.

- El Hadji Bassirou Diagne, Grand Serigne de Dakar, Chef supérieur des Lébous a déclaré : "Les bons poissons n’appartiennent désormais qu’aux riches. Sur les fonds tirés des accords de pêche avec l’Union européenne vous avez une grande part qui doit vous parvenir."

- Arona Diagne, Président du CNPS, a rappelé que "le CNPS est une organisation apolitique, laïque et anti-confessionnelle". Il a insisté sur la raréfaction de la ressource qui affecte tous les acteurs de la filière. Il accuse la pêche industrielle pour "la gabegie" des ressources et la destruction du matériel de production, les armateurs sénégalais pour le non-respect des zones de pêche et les "nouveaux pêcheurs" (issus de l’agriculture en raison de la sécheresse).

- Le Ministre de la Pêche et des Transports maritimes, Alassane Dialy Ndiaye, a insisté sur la nécessité de modifier les législations existantes. Il rappelle que le 3ème congrès coïncide avec le séminaire de validation du plan directeur de la pêche (23-24 mars 1998)qui a l’ambition de jeter les conditions du développement durable de la pêche.

Le bilan

Après 10 années d’existence, le CNPS est parvenu à un statut consultatif tant au niveau national qu’international. Malgré les nombreuses difficultés il a toujours maintenu les mêmes objectifs : défense des intérêts et des droits des pêcheurs, droit à l’information, amélioration des conditions de travail et de sécurité en mer, participation aux prises de décisions, reconnaissance du rôle des femmes, organisation des circuits de commercialisation et accès au crédit.

C’est ainsi que, depuis sa création, le CNPS a essayé d’organiser les pêcheurs sénégalais par des comités locaux qui comprennent une cellule féminine ainsi que des groupements d’épargne et de crédit. Afin de pourvoir aux besoins d’équipement, il a mis en place un comptoir d’avitaillement en collaboration avec la coopérative de Loctudy (Bretagne, France). Trois "maisons du pêcheur" ont été construites. Ces lieux de rencontre pour les pêcheurs ont été réalisés grâce à des partenaires français.

Au niveau international, le CNPS a participé à l’élaboration du code de bonne conduite de la FAO sur les pêches responsables. Depuis sa création, le CNPS n’a pas cessé de poser le problème des accords de pêche. Il peut aujourd’hui se réjouir d’avoir brisé un tabou et de participer aux négociations entre l’UE et le Sénégal. Le CNPS demande l’investissement de la moitié des compensations financières dans le développement de la pêche et souhaite que l’accès aux eaux sénégalaises soit limité aux flottes artisanale et industrielle nationales, du moins dans un premier temps, jusqu’à ce que les moyens de contrôle soient efficaces.

Le CNPS fait partie du forum international des pêcheurs dont il assure la vice-présidence et la responsabilité du réseau Afrique.

Perspectives

1 - Au niveau national : l’importance de la pêche artisanale dans le secteur économique du pays fait qu’aujourd’hui toute politique définie en matière de pêche doit prendre en compte les points de vue des pêcheurs. Un manque de concertation a eu pour résultat l’échec des nouvelles réglementations notamment en ce qui concerne l’arrêt biologique pour certaines espèces, l’instauration d’une licence de pêche (les pêcheurs sont contre), la réglementation des maillages, les mesures de sécurité en mer et de surveillance des zones de pêche.

Les points d’intérêts actuels des pêcheurs et du CNPS sont :

- l’extension de la zone réservée à la pêche artisanale ;

- l’introduction de récifs artificiels (pour solutionner les problèmes de gestion de ressources et une partie des conflits avec les Mauritaniens);

- les problèmes frontaliers avec les Mauritaniens ;

- le renforcement des capacités nationales dans les domaines de la recherche et de l’expertise ;

- la suppression des accords de pêche ;

- l’amélioration des techniques de conservation et de transformation ;

- la lutte contre la pollution des eaux.

2 - Au niveau local, la décentralisation ne saurait se limiter au seul renforcement de l’encadrement du secteur sans tenir compte des préoccupations des pêcheurs.

Non à l’attitude autoritaire des élus. Faute de concertation, il faut bien constater l’échec de la plupart des quais de pêche (Mballing, Joal, Mbour, Rufisque... ). Une cogestion des quais pourrait être envisagée en tenant compte du mode traditionnel de gestion des communautés de pêcheurs.

3 - Au niveau régional : La rareté de la ressource oblige les pêcheurs de Saint-Louis à pêcher dans les eaux mauritaniennes entraînant des litiges. La création d’une commission mixte bilatérale entre le Sénégal et la Mauritanie et la révision des accords de la CDEAO sur la libre circulation des personnes et des biens apparaissent comme deux des solutions possibles pour résoudre ce conflit.

4 - Au niveau international : La recherche de financements croisés pour la construction d’autres "maisons de pêcheurs" se poursuit.

Key words

fishing, civil society, citizenship, State and civil society


, Senegal, África

Comments

Le grand succès du CNPS est d’avoir su, du fait de sa représentativité et de son dynamisme, s’imposer comme un interlocuteur notamment dans la négociation des Accords de pêche avec l’Union européenne. En 10 ans, l’organisation a su mûrir en devenant une force de proposition et en sachant impliquer tous les acteurs les femmes et les jeunes compris. Elle a su tisser des liens avec d’autres organisations soeurs dans le monde et devenir un "leader" dans sa région. Il est intéressant de noter que les pêcheurs demandent maintenant des infrastructures de conservation alors que la plupart des projets de développement dans ce sens ont lamentablement échoué. Le marché a changé, les besoins également.

Notes

Synthèse réalisée d’après les actes du colloque.

Source

Colloquium, conference, seminar,… report

CNPS (Collectif National des Pêcheurs Sénégalais) - BP 28306 - Dakar Médina, SENEGAL - Senegal - mamalaniasse (@) caramail.com

contact site map legal mentions