español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

La démarche globale d’aide aux femmes de l’ONG Voisins Mondiaux (Ségou, Mali)

Doser, adapter, responsabiliser et surtout articuler entre elles les activités et les appuis

Séverine BENOIT

05 / 2001

Des agents maliens de l’ONG Voisins Mondiaux, une ONG des Etats-Unis qui travaille en milieu rural dans la région de Ségou, expliquent ceci :

"Pour toutes nos activités, nous partons des besoins des communautés. Nous les aidons à arranger leurs problèmes et à y trouver des solutions. La politique de l’ONG n’est pas de financer totalement. Chaque fois la communauté donne une contribution. Généralement, tous les équipements sont subventionnés. Dans tous les cas il y a une participation des populations. Soit c’est subventionné et la population participe pour un tiers des coûts, soit c’est des prêts.

On travaille avec les hommes et les femmes. On élabore les programmes avec les populations, à partir de leurs besoins. Et les activités sont programmées en conséquent. Donc il peut y avoir des activités pour les femmes et les hommes, et il peut y avoir des activités spécifiques aux femmes ou spécifiques aux hommes. Cette année par exemple il y a eu l’épargne-crédit. On a prêté de l’argent aux femmes, uniquement aux femmes et pas aux hommes. Ceci parce qu’avec notre expérience on a appris qu’en matière de crédit les femmes sont plus correctes que les hommes. Il y a des crédits pour les hommes, comme par exemple pour le matériel agricole mais l’épargne-crédit, c’est seulement pour les femmes. Les femmes gèrent facilement les choses communautaires, elles ont l’habitude d’avoir des caisses communautaires et pour leur champ collectif, elles cultivent très bien entre elles sans les hommes. Eux n’ont pas de champ cultivé en commun. Par contre, pour les problèmes collectifs qui concernent tout le village, comme par exemple le creusement des puits, là c’est pour tout le village et nous épaulons. Le planning familial aussi est mené en commun par les femmes et les hommes.

Un des points forts du programme c’est la responsabilisation des femmes. Il faut éviter de venir avec des "recettes" toutes faites. Nous partons de ce qu’elles désirent et les activités sont menées en conséquence. Nous les formons à mener ces activités. On les responsabilise entièrement dans leurs activités. Actuellement elles font partie d’une organisation féminine qui touche 24 villages. Cette association travaille de concert avec les hommes. Donc les femmes ont aussi leurs propres structures. Il faut que les femmes soient capables de résoudre leurs problèmes et cela ne peut pas se faire à partir d’une seule activité ou d’un seul domaine. C’est pourquoi il faut renforcer leurs activités en menant plusieurs actions d’appui à la fois.

Je crois, dit une autre monitrice, que les changements que nous souhaitons par rapport aux femmes impliquent la conjugaison de beaucoup d’efforts différents. On est obligé de mener plusieurs actions pour arriver au changement de comportement et de savoir.

Ce qu’on peut encore ajouter, c’est peut-être le renforcement des structures traditionnelles des femmes. C’est notre stratégie. On est parti des structures traditionnelles et ont les a renforcées. Dans les villages certaines organisations ont des présidentes très âgées mais on n’a pas voulu faire systématiquement des changements radicaux mais plutôt partir de ces structures traditionnelles. Les structures sont en train d’évoluer, à travers les formations ou les visites d’échange. Mais souvent encore, l’organisation n’est pas très bonne. Certains responsables par exemple, cumulent les responsabilités. Une trésorière par exemple peut également être secrétaire. Des améliorations sont en cours."

Key words

woman, gender, continuous training, local development, countrymen’s organization, North NGO, traditional cultivation


, Mali, Ségou

Comments

Des agents maliens d’une ONG originaire des USA expliquent qu’ils aident les hommes et les femmes à arranger leurs problèmes. Les agents veillent à ce que les gens s’organisent de façon autonome et d’une manière issue de leurs traditions. Mettre en place ensemble de multiples activités et donc de nombreuses formes d’appui leur paraît évident quand il s’agit des femmes rurales. Il est rare que l’équipe d’une ONG étrangère analyse si bien l’aspect "articulation entre plusieurs activités" qui caractérise le développement vécu par les femmes rurales.

Notes

Fiche établie à partir d’un enregistrement des débats d’une réunion d’équipe. Voir les fiches GRAD extraites du même interview, n° 466 et 467.

Entretien avec les membres de VOISINS MONDIAUX, à Ségou (Mali).

Source

Interview

GRAD (Groupe de Réalisations et d’Animations pour le Développement) - 228 rue du Manet, 74130 Bonneville, FRANCE - Tel 33(0)4 50 97 08 85 - Fax 33(0) 450 25 69 81 - France - www.grad-france.org - grad.fr (@) grad-france.org

contact site map legal mentions