español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

La charte du plongeur responsable

Faire appel à l’éthique pour une politique environnementale

Sophie VALLA

03 / 2002

François Sarano, l’homme avec qui je me suis entretenue, est océanographe, plongeur professionnel et a longtemps été un collaborateur du commandant Cousteau. Aujourd’hui préoccupé par la sauvegarde de l’environnement, plus particulièrement dans le domaine marin, Monsieur Sarano se mobilise au travers de sa société de production : Longitude 181. Cette société a pour objectif d’aller à la découverte de la nature et à la rencontre des hommes et de leurs traditions, pour faire partager l’extraordinaire diversité biologique et culturelle du monde. Elle privilégie les spectacles audiovisuels et les conférences, au cours desquelles explorateurs et scientifiques viennent parler de leur expérience afin que chacun prenne conscience des richesses de la planète et de l’urgence à les préserver. C’est dans cette optique que François Sarano a élaboré une charte éthique à l’intention des plongeurs, des centres de plongée et des voyagistes, pour un partage équitable des ressources et une gestion durable de l’environnement marin. Son parcours professionnel lui a permis de faire deux constats : tout d’abord, l’existence d’un rapport de force entre les multinationales et l’éthique dans les discussions ; ensuite, le fait que seule la mobilisation des usagers pourra instaurer un nouveau rapport de force. En effet, le consommateur serait, selon lui, le levier par lequel le changement et les prises de conscience arriveront. C’est dans ce contexte qu’il a écrit la "charte du plongeur responsable". Les centres de plongée sont souvent situés dans les pays en développement (PED), pauvres en eau douce, alors que le plongeur est un grand consommateur d’eau douce (16 à 20 fois plus que la population locale). Le but de la charte est le partage équitable des ressources, en incitant les usagers à se sentir responsables du lieu et à prendre conscience de leur impact. Pour que cette charte soit appliquée, un travail de publicité est fait auprès des voyagistes et des plongeurs eux-mêmes, qui peuvent influer sur le marché par leur comportement. Le but, induit, est "la contamination des comportements des grands ensembles touristiques par l’éthique".

La charte comprend quatre points :

1. inventaire des ressources limitantes (eau douce), avec information des consommateurs pour entreprendre une consommation en accord avec ces ressources,

2. partage équitable des ressources existantes (discussion),

3. aménagement de centres plus écologiques, qui utilisent des énergies renouvelables, qui réutilisent l’eau, etc.

4. utilisation d’un pourcentage des revenus directs du tourisme dans des projets de développement locaux (écoles, système d’énergie, etc.).

L’ensemble de ces mesures doivent être prises en accord avec les populations locales. La démarche de la charte est avant tout locale.

Key words

consumption, protection of natural resources, citizen responsibility, tourism and environment, leisure, water, sea


, France,

Comments

Monsieur Sarano est quelqu’un de très déterminé à sauver notre environnement. Il veut pouvoir laisser une planète propre, belle et riche à ses enfants. Si tout le monde pensait ainsi, de nombreuses catastrophes auraient pu être évitées. Mais ce n’est pas si simple. La charte du plongeur responsable mise sur le consommateur et sur son pouvoir sur l’économie. Cette nouvelle approche peut se révéler plus efficace que de nombreuses chartes avant elle. Le savoir de Monsieur Sarano et ses expériences sont en outre des atouts important, tout comme son charisme indéniable. Son choix d’informer et de montrer pour sensibiliser est aussi une innovation, car le choc de l’image existe plus que celui des mots dans nos sociétés du Nord, celles-là même qui infligent le plus de souffrance à la Terre. Je souhaite bonne chance à cette expédition, qui risque d’être aussi difficile qu’une ascension de l’Himalaya, mais qui permet d’espérer d’autres priorités pour les sociétés futures.

Notes

Fiche réalisée lors de la rencontre internationale "Dialogues pour la Terre", à Lyon, du 21 au 23 février 2002. Entretien avec François Sarano.

Entretien avec SARANO, François

Source

Interview

Université de Lille 1. IUP ENVAR (Institut Universitaire Professionalisé Environnement et Aménagement Régional) - 2 rue de la Poste, 41260 La Chaussée Saint Victor, FRANCE - France

contact site map legal mentions