español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

Le parcours de Paul Trân Van Thinh : des rizières du Vietnam aux plus hautes responsabilités au sein de l’Union européenne

Paul Trân Van Thinh est un homme qui a échappé de peu à la mort à l’âge de quinze ans, pendant la guerre du Vietnam contre la France. Malgré ce début de vie difficile, il va avoir un parcours exceptionnel, et occuper les plus hautes fonctions au sein de l’Europe

Ouadeba DJENEBA

12 / 2001

Monsieur Paul Trân Van Thinh se définit comme "un homme qui a cherché le bonheur et l’a trouvé, car il a compris ce qu’était le bonheur". Il est né dans les rizières en 1929, au Vietnam, dans une famille modeste. Dès l’âge de quinze ans, il s’est retrouvé soldat dans la guerre opposant la France à son pays (alors appelé Indochine). Cet enfant-soldat a combattu pendant deux ans contre les militaires français. Un soir, il s’est fait arrêter avec des grenades dans les poches par les soldats de la Légion étrangère. Ces soldats ont aussitôt décidé de le passer par les armes, le considérant comme un espion. Ceci s’est décrété sans procès, et rapidement. Toutefois, Paul a bénéficié d’un sursis car il était trop tard dans la nuit. En effet, la Légion avait pour habitude de ne fusiller les prisonniers que pendant le jour ! Tôt le lendemain matin, Paul a été sauvé par un aumônier protestant qui l’a aidé à s’enfuir. A la suite de tout cela, Paul Trân Van Thinh a décidé de venir en France à l’âge de dix-sept ans. Il est en effet français depuis quatre générations. La France a été pour lui une nouvelle patrie, dont il a découvert une facette que le conflit lui avait toujours cachée. Il y a retrouvé des racines et des valeurs qui lui avaient été enseignées au Vietnam, telles que la tolérance, la générosité, la liberté. Scolarisé au lycée protestant de Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire, Paul a rattrapé les trois ans perdus pendant la guerre en une seule année. C’est dans cet établissement qu’il a rencontré les enfants d’un ministre de l’époque. S’étant lié d’amitié avec Paul, l’homme décide de l’emmener avec lui à la Conférence de La Havane en 1947. Cette conférence organisée par les Nations unies portait sur le commerce et l’emploi. Elle a donné naissance à la Charte de La Havane, qui devait mettre sur pied les Accords du GATT (Accords généraux sur les tarifs douaniers et le commerce), accords qui allaient réguler pendant pratiquement cinquante ans les échanges commerciaux mondiaux.

Après le lycée, Paul Trân Van Thinh fait des études d’économie, de droit et de sciences politiques, avant de choisir de servir l’Europe, qui sera pour lui une pierre dans l’édification de la paix entre les États. En faisant l’Europe, on empêche que les pays ne se fassent la guerre. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé à Bruxelles (Belgique), à la Commission européenne, où il a travaillé pendant plus de trente ans, de 1960 à 1994, comme négociateur pour l’Europe des Accords du GATT. Jamais personne n’était resté aussi longtemps à ce poste. 1994 marque la fin du GATT, remplacé à cette date par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et le départ à la retraite de Paul Trân Van Thinh.

Key words

collective house construction, regulation of international trade, EU, WTO, GATT


, Europe, Vietnam

Comments

Cet homme considère que sa vie est "du rab", car il aurait dû mourir à l’âge de quinze ans. Son parcours exceptionnel pourrait redonner espoir à beaucoup de gens. Cet homme est parti de rien et, grâce à sa ténacité, est parvenu à réaliser ce qu’il désirait.

Notes

Entretien avec Trân Van Thinh Paul, sebau@hotmail.com

Cette fiche a été rédigée dans le cadre de l’Assemblée mondiale des citoyens, Lille, décembre 2001.

Entretien avec TRAN VAN THINH, Paul

Source

Interview

contact site map legal mentions