español   français   english   português

dph is part of the Coredem
en.coredem.info

search
...
dialogues, proposals, stories for global citizenship

L’association Arco Iris de Madrid crée une entreprise de photocopie pour la résinsertion de femmes détenues

Maria Teresa BATTAGLINO

07 / 1993

L’Association Arco Iris (arc en ciel)de Getafe (Madrid)réalise un projet de re-éducation et réinsertion de jeunes femmes détenues de droit commun (projet Phoenix, voire fiche IRED spécifique). Le programme demandait de pouvoir offrir un travail avec des caractéristiques performantes, ce qui les a amenés à constituer une entreprise ad hoc.

Ils ont choisi de réaliser un service de photocopie et en février’92 le magasin "Arco Iris Fotocopiadora" a ouvert ses portes.

Il est placé juste en face de la nouvelle Université Carlo V de Madrid (Municipalité de Getafe), ce qui leur garantit une forte demande de reproduction de textes, reliure de documents. etc.

L’entreprise est gérée par un "formateur/instructeur" au travail avec un contrat d’animateur. Le travail est exécuté par 6 des jeunes femmes du projet Phoenix qui, à tour de rôle, garantissent une présence de deux unités chaque jour.

La machinerie et les instruments ont été acquis en leasing; les frais d’implantation de l’atelier-magasin ont été obtenus grâce à un financement des municipalités de Getafe et Madrid.

Les détenues-travailleuses reçoivent le "revenu minimum d’insertion sociale" par les Services Sociaux de Madrid jusqu’à maintenant, et ne représentent donc pas un coût pour l’entreprise.

Les bénéfices de la production et de la vente servent, selon le plan financier, à couvrir les coûts de location, le leasing de la machinerie, l’achat des fournitures, la rétribution de l’animateur, tous les frais généraux de gestion.

Dans le but d’une totale autonomie l’entreprise reçoit les conseils techniques de la Fondation Tomillo (voir fiche IRED sur la Fondation)pour l’élaboration et la porsuite du plan finacier et de développement.

Les objectifs sociaux de l’entreprise sont déjà atteints:

a.-les travailleuses exécutent un vrai travail, c’est à dire qu’elles doivent respecter des temps de consigne, la qualité de production, entretenir des bons rapports avec les clients tout en prenant en compte la reussite économique de l’entreprise.

b.-le temps partiel respecte la limite de résistance à la fatigue due à leur fragilité de santé et psychologique et leur permet de consacrer du temps à d’autres activités de socialisation.

c.- ce travail les met en contact avec beaucoup de personnes et surtout de jeunes étudiants, leur rend possible la connaissance d’une realité différente, leur propose des modèles différents de rapports sociaux. Tout ceci contribue à creer confiance en soi même, augmenter l’auto-estime et à preparer une vie active autonome.

Key words

social economy, professional integration, social insertion


, Spain, Madrid

Comments

Même si pour l’Association les objectifs prèdominants sont l’insertion sociale et la recherche d’une alternative à la condition de détention et donc le travail est un instrument pour réaliser un changement d’attitude envers les problématiques personnelles, le magasin de photocopie est organisé comme une réelle petite entreprise.

Cette expérience représente aussi une nouvelle orientation de la Conseilleria Sociale de Madrid à développer des actions d’insertion par l’économique.

Notes

L’information a été collectée au cours de l’entretien réalise par Mariateresa BATTAGLINO le 4 février 1993 à Madrid.

Source

Interview

BATTAGLINO, Mariateresa, IRED NORD

IRED NORD (Innovations et Réseaux pour le Développement) - Via Tacito 10. 00193 ROMA. ITALIA. Tel (19)39 6 320 78 49. Fax (19)39 6 320 81 55. E-mail irednord@geo2.poptel.org.uk - www.ired.org

contact site map legal mentions