Llamamiento

para contribuciones

Dosiers en curso

2008 / 2009

- Hacia unos eslabones sostenibles: de la producción al consumo

español   français   english   português

dph participa en la coredem
es.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para una Ciudadanía Mundial

La cour aux cent métiers

Irène BENANI HAURI

07 / 1993

La Cour aux 100 métiers est un lieu d’accueil, géré par le Mouvement ATD quart-monde, pour des enfants et des jeunes en situation précaire dans les rues de Ouagadougou. Ils y trouvent les conditions de vie minimum leur permettant de retrouver leur dignité afin d’amorcer un processus de réinsertion sociale et familiale. En tissant des liens privilégiés avec des adultes qui les comprennent, ils peuvent redonner un sens à leur existence ainsi que retrouver le courage et les moyens d’entreprendre une activité.

La Cour aux 100 métiers ne se veut pas un lieu de travail mais plutôt un endroit de passage pour reprendre pied afin d’entreprendre des projets à l’extérieur. Elle permet des rencontres entre les jeunes et des artisans et hommes de métier. Elle organise des stages de 1 à 4 mois dans 20 disciplines différentes.

A côté des activités de la Cour, ATD a mis en oeuvre, à partir de 1989, une expérience d’insertion concernant des jeunes de 15 à 25 ans dans des situations précaires. L’objectif principal a été la mise en place d’ateliers de formation ou l’encouragement à des initiatives individuelles visant à favoriser leur réinsertion sociale et familiale.

Les ateliers doivent être une transition entre la Cour aux 100 métiers et un apprentissage plus classique afin de laisser à la Cour la place d’accueillir toujours de nouveaux enfants.Les anciens de la Cour peuvent, au sein de ces ateliers animés par des artisans, continuer à recevoir la formation qu’ils ont démarré. En tout, 27 jeunes sont entrés en apprentissage dans une dizaine d’ateliers extérieurs à la Cour. ATD a soutenu financièrement les jeunes apprentis en leur donnant de quoi couvrir les indemnités, les frais de scolarité et les dépenses de santé, le logement et les transports.

Aux jeunes pour lesquels l’apprentissage n’est pas une solution adéquate, on apporte un soutien dans la réalisation de projets dans le secteur informel (petit commerce, services, etc.).

Pour certains jeunes, les projets de formation étant difficilement acceptables, ATD les a aidés à construire une maison.

Parmi les résultats obtenus, le plus important est l’entrée des jeunes dans un processus de réinsertion sociale (reprise d’une scolarité, reprise des relations familiales, établissement de cartes d’identité).

L’originalité du projet réside dans le fait que l’itinéraire des enfants et des jeunes concernés croise sans cesse celui des volontaires de l’équipe ATD, engagés à long terme et qui partagent la vie quotidienne des enfants de la rue depuis 10 ans. Cet engagement d’adultes auprès des jeunes est essentiel et détermine la réussite du projet. Cette action montre qu’on ne peut agir sur une seule problématique (l’emploi)sans agir sur les autres (logement, famille, identité).

Les volontaires d’ATD entreprennent donc une action globale fondée non plus sur le "négatif" du jeune de la rue mais sur le "positif", sur ses potentialités redécouvertes par lui-même.

L’existence d’une structure pérenne, la Cour aux 100 métiers, permet, même en cas d’échec, d’empêcher que les relations ne soient coupées avec les jeunes. Par exemple, lorsqu’un jeune a quitté l’apprentissage, même s’il n’ose revenir de lui-même, les volontaires partent à sa recherche dans la ville et essaient de comprendre les causes de cet échec.

Afin de permettre la diffusion de l’expérience à une échelle plus grande, les volontaires de la Cour aux 100 métiers ont tissé des relations avec les partenaires burkinabés concernés: Direction de la Réinsertion Sociale, Office National de Promotion de l’Emploi, Centre national de perfectionnement des artisans ruraux, Direction de l’artisanat, coopératives d’épargne et de crédit, etc. Des relais locaux sont indispensables pour poursuivre ces actions à l’échelle de l’ensemble de la ville de Ouagadougou où les jeunes qui vivent dans la rue sont de plus en plus nombreux.

Palabras claves

ciudad, niño, joven, sector informal, artesano, artesanía, aprendizaje, capacitación profesional, delincuencia, inserción social


, Burkina Faso, Ouagadougou

Comentarios

Contacts pour ce projet: Ton REDEGELD, ATD quart-monde, 107 Avenue du Général Leclerc, 95480 PIERRELAYE. TEL (1)34 64 69 63.; Mouvement ATD quart-monde, "Cour aux 100 métiers", 01 B.P.5384 Ouagadougou 01, Burkina Faso.

Notas

"Jeunes, Ville, Emploi" Colloque organisé par le Ministère de la Coopération et du Développement. Paris. 26-29 octobre 1992.

Fuente

Actas de coloquio, encuentro, seminario,…

PSH=PROGRAMME SOLIDARITE HABITAT; GRET HABITAT

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - Francia - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contacto mapa del sitio menciones legales