Llamamiento

para contribuciones

Dosiers en curso

2008 / 2009

- Hacia unos eslabones sostenibles: de la producción al consumo

español   français   english   português

dph participa en la coredem
es.coredem.info

buscar
...
diálogos, propuestas, historias para una Ciudadanía Mundial

Les actions de la mairie de Perpignan en faveur de l’amélioration du cadre de vie

Ina RANSON

03 / 1999

La Ville de Perpignan, (108 000 habitants)dispose d’un patrimoine culturel et naturel exceptionnel. Confrontée à l’urgence du développement de la cité et aux problèmes de dégradation du centre-ville, la mairie a profondément modifié, ces dernières années, les modalités de l’action publique et municipale en misant beaucoup sur la participation citoyenne.

En 1997, la Ville a décidé une "modernisation de l’administration municipale", avec pour objectif global d’"impulser une croissance qualitative ". La transversalité et la concertation y deviennent des pratiques organisées qui donnent lieu à des actions et des remises en question quotidiennes. L’environnement n’y est pas perçu comme une discipline annexe, mais comme un outil de qualification utile à la mise en valeur et au développement de la ville.

Le Plan d’occupation des sols qui vient d’être révisé, atteste que "l’amélioration du cadre de vie est l’un des objectifs principaux de la Municipalité". En témoignent une importante réduction des zones constructibles et une nette augmentation des zones vertes, agricoles ou de protection des sites (dont 40 ha supplémentaires d’espaces boisés classés).

Un Plan de sauvegarde et de mise en valeur prévoit un ensemble de recommandations en vue de résoudre les problèmes de dégradation du centre historique de la cité. Il est couplé avec une démarche incitative en direction des propriétaires d’habitats anciens. Trois protocoles d’Opérations programmées d’améliorations de l’habitat (OPAH)ont été menés à bien et un Programme social thématique (PST)est venu renforcer ces démarches de réhabilitation, en aidant la location au profit des moins riches sur la plus grande partie du territoire perpignanais.

Un Pacte de relance pour la ville a été créé dès 1996 (combinant les dispositifs de Zone urbaine sensible, de Zone de redynamisation urbaine et de Zone franche urbaine)en vue de générer des emplois dans les zones défavorisées et d’améliorer les conditions de vie quotidienne dans les quartiers.

Enfin, la Ville de Perpignan a choisi de se donner une Direction de l’Environnement opérationnelle, susceptible d’assumer ses projets de la conception à la réalisation et d’en prendre en charge la maintenance.

En structuration depuis un peu plus de deux ans, ce nouvel outil a déjà produit des résultats tangibles. Le postulat est qu’un tel outil, capable de se fédérer lui-même et lancé dans une démarche de projets, doit pouvoir engendrer, par la négociation et le partenariat, un véritable dynamisme collectif. S’appuyant notamment sur l’active collaboration de 18 associations de quartier, le service procède à l’aménagement et à la qualification du cadre de vie (création et entretien d’espaces verts, ronds-points et espaces HLM, gestion du patrimoine arboré, entretien des chemins ruraux et des cimetières, collecte des déchets et ordures ménagères, propreté...).

La Direction de l’Environnement met aussi en place les outils de planification et d’analyse nécessaires au développement durable : elle travaille dans une logique de réseaux (projet de site internet, participation à des forums spécialisés)et nourrit les couches environnement du système d’information géographique municipal ; elle s’est dotée de bases de données spécialisées et d’un centre de documentation thématique. Elle assure le suivi d’organismes extérieurs. Et avec un engagement tout particulier, elle promeut l’écocitoyenneté à travers, par exemple, la mise en place de la collecte sélective et de nombreuses actions pédagogiques : plantations avec les écoles, pose de nichoirs, nettoyage de printemps où sont invités jeunes et adultes...

L’année 1999 verra d’importants équipements verts se réaliser, sous la maîtrise d’oeuvre de la Direction de l’Environnement :

- les berges de la Têt seront aménagées sur l’ensemble de leur segment urbain (cheminement en sol stabilisé, parcours de santé en rondins, bancs et corbeilles, paysagement "naturel", résorption des décharges sauvages, piste cyclable sur le haut des berges)dans le prolongement des aménagement déjà réalisés ces dernières années (près de 900 m de jardins dont un jardin botanique).

- L’Espace naturel du Fort du Serrat d’En Vaquer (parc public de 4 ha ouvert en juillet 98)fera l’objet de plantations botaniques ; un programme d’animation et d’expositions naturalistes sera lancé dès l’été 99.

- Un nouveau parc public de 8 ha sera créé, le parc Aristide Maillol.

- La dernière tranche du réaménagement du square Bir Hakeim (parc de 3 ha en plein coeur de Perpignan)sera terminée en juin 99. Elle comporte une aire d’ébats pour les chiens et un canisite, qui participeront à la lutte contre les déjections canines en centre-ville.

- Un plan de plantation aboutira à placer 500 grands arbres et 4 800 arbustes de plus sur les trottoirs de la ville d’ici la fin de l’année. (Perpignan compte 4000 arbres d’alignement, hors de ses 122 ha d’espaces verts eux-mêmes fortement boisés).

Quatre plans de gestion et de mise en valeur concernent : 1. les espaces verts des cités HLM, 2. les zones d’activités économiques (mise en oeuvre de deux chartes vertes), 3. les giratoires, 4. les jeux d’enfants (26 aires de jeux à maintenir en état).

En septembre 1999, la Ville lancera un important programme de sensibilisation aux problèmes de gestion des ressources hydrauliques et des cours d’eau, dans le cadre d’un projet européen. Des expositions, des ateliers, des actions de terrain seront organisés, principalement autour de l’enjeu que représente le fleuve Têt.

A Perpignan, la participation citoyenne s’exerce par les 18 associations de quartier, "véritables partenaires pour la municipalité pour le repérage, l’étude et le traitement des actions petites et grandes qui portent sur le cadre de vie du quartier et, tout particulièrement, l’espace public" (Jean-Paul Alduy, maire de Perpignan.). Y participent tous les habitants qui le désirent. Ils élisent un président qui est l’interlocuteur de la Mairie. Le maire de Perpignan lui-même assiste à de nombreuses réunions. A noter que les citoyens peuvent utiliser un "n° vert environnement" et profiter de la permanence téléphonique entre 12 h 00 et 14 h 00 du Maire et de ses adjoints (baptisée "Allo M.le Maire").

Pour aider ces associations à approfondir leurs réflexions, la Ville de Perpignan a encouragé la création de l’Atelier d’urbanisme, une association 1901 qui regroupe principalement des architectes. Ceux-ci produisent des études et propositions (sous la houlette du directeur de l’aménagement de la ville qui fait le lien avec les services techniques municipaux, y compris la direction de l’environnement)et interviennent comme conseils auprès des associations de quartiers.

Palabras claves

desarrollo sostenible, ecología urbana, democracia participativa, participación de los habitantes


, Francia, Perpignan

dosier

Villes et développement durable : des expériences à échanger

Villes et environnement

Notas

Contact : Monsieur Jean-Louis Vassallucci, Directeur de l’Environnement, Mairie de Perpignan B.P. 66931 cédex, tel 04 68 66 30 66 , fax 04 68 66 32 80 Direction de l’Environnement CTM 441, av. Louis de Broglie tel 04 68 66 30 48, Fax 04 68 66 34 74. J.L. Vassallucci anime le bureau thématique environnement dans le site "internautes territoriaux" http://ait.afuu.fr

Entretien avec VASSALLUCCI, Jean Louis

Fuente

Entrevista

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - Francia - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contacto mapa del sitio menciones legales