español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les droits des paysans

CETIM

11 / 2009

Depuis la nuit des temps, les paysans et les paysannes ont toujours été parmi les premières victimes de la faim et des multiples violations des droits humains com­mises à travers le monde. Depuis des siècles, les paysans sont chassés de leurs terres et leurs revendications sont réprimées par la force ; chaque année, des mil­liers de paysans sont tués parce qu’ils défendent leurs droits sur la terre, sur l’eau, sur les semences ou sur les autres moyens de production. Pendant des siècles, ces violations ont été perpétrées au nom de la colonisation. Depuis des décennies, elles le sont au nom de la libéralisation du commerce et de la priorité accordée à l’agri­culture industrielle destinée à l’exportation, au profit des entreprises transnatio­nales.

Pour tenter d’apporter des réponses concrètes à ces violations, le mouvement inter­national d’organisations paysannes créé en 1993, La Vía Campesina (LVC), a dé­noncé depuis plus de 10 ans les violations des droits des paysans auprès des Nations Unies. Relayées par le CETIM dès la fin des années 1990, ces dénoncia­tions ont ensuite été présentées sous forme de rapports annuels à des événements parallèles à la Commission des droits de l’homme, en collaboration avec le CETIM et l’ONG Foodfirst Information and Action Network (FIAN). Depuis plusieurs an­nées, La Vía Campesina s’est également engagée dans un long processus de définition des droits des paysans. En juin 2008, après sept ans de négociations in­ternes, elle a adopté la Déclaration des droits des paysannes et des paysans (1).

Les Nations Unies ont mis longtemps à comprendre les revendications de La Vía Campesina. Ce n’est qu’avec la création du Conseil des droits de l’homme en juin 2006, et avec la première session de son Comité consultatif en août 2008, que les droits des paysans ont été pour la première fois discutés aux Nations Unies. En 2009, La Vía Campesina a également été invitée à l’Assemblée générale des Nations Unies, pour donner son point de vue sur la crise alimentaire mondiale et les moyens d’y remédier. Elle a alors présenté la Déclaration des droits des paysannes et des paysans comme une solution pour répondre à la crise alimentaire (2).

Ce dossier est divisé en quatre fiches. La première fiche a pour objectif de donner un aperçu des différents types de violations des droits des pay­sans. La deuxième fiche est consacrée à la reconnaissance actuelle des droits des paysans en droit international des droits de l’homme. La troisième fiche a pour but de présenter la Déclaration sur les droits des paysannes et des paysans adoptée par La Vía Campesina. Enfin la quatrième fiche dresse un état des lieux des discussions sur les droits des paysans aux Nations Unies.

Voir une sélection de textes officiels en appendice de ce dossier

(1) La Vía Campesina, Déclaration des Droits des Paysannes et des Paysans, adoptée à la Conférence internationale sur les droits des paysans, en juin 2008 à Jakarta, disponible sur : viacampesina.net/downloads/PDF/FR-3.pdf.
(2) Voir la Déclaration de LVC à l’Assemblée générale, 6 avril 2009, www.viacampesina.org.

12 fiches

1-10 / 11-12

contact plan du site mentions légales