español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Filières durables : l’agriculture

Ivan du Roy (Alter-médias / Basta!)

02 / 2010

La notion de filière intègre tout ce qui relie la production d’un bien jusqu’à sa consommation par un individu. Mettre en œuvre et développer des filières qui se veulent durables implique de s’intéresser à plusieurs questions, qui peuvent bien sûr se poser différemment selon le secteur d’activité, que l’on traite d’agriculture, de textile, d’informatique ou de matériaux de construction. Ces questions se posent au niveau d’un territoire comme au niveau planétaire. Atteindre la durabilité par les filières constitue donc une vaste ambition qui nécessite la prise en compte de nombreux éléments :

  • Sur quelles ressources, renouvelables et non renouvelables, s’appuie la production d’un bien (matière première, énergie, substances chimiques…) et quelle est son empreinte écologique ?

  • Dans quelles conditions sociales travaillent les personnes qui produisent ce bien et de quels droits bénéficient-elles (responsabilité sociale des entreprises…) ?

  • Quels sont les modes d’acheminement du bien produit vers son lieu de distribution et de vente, et quelle est la distance parcourue (émissions de CO2, recours aux hydrocarbures…). Et là encore, quel statut des personnes en charge du transport ?

  • Par quels circuits de distribution ce bien est-il mis en vente, et le produit de la vente bénéficie-t-il en partie aux personnes qui ont fabriqué ce bien, et dans quelle proportion (peut-on parler de commerce équitable par exemple) ?

  • Enfin, une fois ce bien consommé ou usé, quelles sont les perspectives en matière de recyclage du bien lui-même ou de son emballage ?

Plusieurs expériences, campagnes et outils pour mettre en œuvre des filières durables sur des secteurs particuliers ont émergé depuis deux décennies. Les uns privilégient plutôt l’aspect social et la redistribution des richesses, comme le commerce équitable ou la campagne Clean Clothes (vêtements propres) sur le travail des enfants, les droits et revenus des ouvrières du textile en Asie. D’autres mettent l’accent sur l’aspect environnemental, via notamment le label FSC (Forest Stewardship Council) pour la gestion durable des forêts dans le cadre de la filière bois, ou le label AB (agriculture biologique) face à la pollution par les pesticides ou les engrais chimiques. Enfin, certaines expériences privilégient les deux approches, comme les AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) ou certaines coopératives de production, qui concilient utilité sociale de leur production, faible empreinte écologique, et conditions de travail correctes.

C’est dans le secteur de l’agriculture que la recherche d’une durabilité par les filières semble – a priori - la plus avancée et les expériences les plus nombreuses. C’est dans ce secteur, du fait de l’importance des populations rurales dans les pays en développement, que les inégalités sont les plus criantes et que l’on peut probablement arriver le plus rapidement à une meilleure redistribution des richesses et à une autonomie alimentaire de populations locales. C’est aussi dans les agricultures des pays du Nord que se concentrent de nombreuses substances chimiques (pesticides, OGM) - avec de forts impacts sanitaires (cancers) et environnementaux (pollution de l’eau, menaces sur la biodiversité…) - combinées à des pratiques de production intensives (élevages industriels…). Il apparaît donc logique que les expériences alternatives à ce mode de production se développent plus particulièrement.

17 fiches

1-10 / 11-17

Alter-médias - Association Alter-médias 100, rue de Charenton, 75012 Paris France - www.bastamag.net - contact (@) bastamag.net

contact plan du site mentions légales