español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Systèmes agroforestiers : écologie et production

Coordonné par REBRAF

02 / 2005

L’agroforesterie: une alternative pour la conservation et la réhabilitation des paysages au Brésil

Quelques données de législation forestière au Brésil

Le Code Forestier brésilien oblige les propriétaires fonciers à conserver dans certains endroits les formes de végétation naturelles, ou à les replanter. Les végétations naturelles ou restaurées doivent occuper un pourcentage défini de la propriété, prescrit par le Code Forestier du Brésil et constituent, dans leur ensemble, le «domaine de protection permanente». Ainsi, les formations végétales naturelles (forêts-galerie, syn. ripisylves) situées le long des cours d’eau doivent être conservées sur une largeur proportionnelle à celle du cours d’eau qu’elles longent. De même, les formations des bords de lacs, des sources, et des sommets de colline doivent être conservées.

L’obligation de conservation s’étend aux zones fragiles, les reliefs montagneux présentant une forte déclivité, les terrains peu stables comme par exemple les dunes et les marécages, lors de rupture de relief (ex. : bord de plateau) et dans les zones dont l’altitude dépasse 1800 m. D’une façon générale, toutes les formes de végétation qui contribuent à maintenir les sols, à préserver des sites, à intérêt biologiques (biodiversité) et de bien être social doivent obligatoirement être préservées ou replantées. L’ensemble des superficies de protection obligatoire forme ce que l’on appelle au Brésil «le domaine de protection pemanente», soumises à un régime de stricte protection (APA = «áreas de proteção permamente»). Les superficies de réserve légale occupées par des forêts naturelles en dehors des APAsont susceptibles d’usage productif dans le cadre de plans d’aménagement approuvés par l’autorité compétente.

Dégradation des paysages

Les modèles de production extensive de l’élevage provoquent au Brésil la destruction des forêts naturelles et conduisent à la formation de paysages monotones et désolés. Ces pâturages se dégradent très vite : on y observe des phénomènes d’érosion, éboulis et glissement de terrain. L’élimination de la végétation ligneuse dans les pâturages se doit à une idée reçue selon laquelle l’éleveur reste convaincu que les arbres et arbustes exercent toujours une forte compétition sur le fourrage et causent ainsi une forte diminution du rendement. Ainsi, lorsqu’il souhaite utiliser une parcelle, il élimine tous les arbres, arbustes et palmiers, généralement par le feu. Les terres arrachées par l’érosion causent le dépôt de sédiments dans les cours d\’eau, d’où une forte augmentation des risques d’inondations dans les plaines. La destruction des forêts naturelles sur une grande échelle affecte dangereusement la recharge des nappes phréatiques, c’est-à-dire les réserves d’eau potable.

Avec le développement du tourisme à l’intérieur du Brésil, l’agriculteur doit être conscient de son rôle dans l’aménagement du paysage qui reflète l’identité et le caractère d’un pays.

L’agroforesterie permet de concilier les objectifs de l’éleveur–production élevée et de qualité- et ceux du paysage et de l’environnement.

Agroforesterie, moteur de mise en valeur et de restauration des paysages

L’arbre en système agroforestier permet de diversifier les agrosystèmes, ce qui entraîne une plus grande richesse paysagère et écologique. La fonction paysagère est importante, même si elle n’entre pas directement en compte dans l’estimation de la valeur économique de ces systèmes. Cette fonction d’esthétique du paysage contribue à assurer la durabilité des systèmes de production et améliorer la qualité et le cadre de vie.

Les alignements d’arbres servent à marquer le territoire, à délimiter les propriétés et ses unités de production. Ils donnent de l’ombrage et accompagnent les chemins.. Ils mettent en valeur les perspectives: les alignements d’arbres guident le regard. Les forêts-galerie occupent les rives des cours d’eau. Des haies vives et des bandes arborisées complètent la composante «verte» des paysages ruraux.

Plusieurs systèmes agroforestiers permettent de valoriser le paysage tout en remplissant des rôles environnementaux et productifs :

  • Dans les clôtures, utiliser des piquets vivants ;

  • Conserver ou replanter les ripisylves;

  • Pâturages arborés en bosquets ou au hasard (pré-bois) ;

  • Haies vives et bandes arborisées en courbe de niveau ;

  • Manutention ou implantation de couverture forestière en haut des collines.

L’application de ces pratiques contribuerait de façon décisive à la réhabilitation des terres dégradées et dans la revalorisation des paysages.

Commentaires

Les dispositifs légaux qui régissent les «domaines de protection permanente» et la «réserve légale» - dans l’état actuel de leur rédaction – ne facilitent guère leur application dans le cas de petits propriétaires ruraux – ou, d’une façon plus générale, dans le cas de propriétaires ruraux « décapitalisés » . Des termes d’ajustement sont en voie de consolidation. L’objectif est d’assurer une plus ample applicabilité effective des dispositifs légaux.

 

Aurélie BAUER, août 2004

 

 

Sources

Texte rédigé à partir d’un entretien avec Jean C. L. DUBOIS (REBRAF, www.rebraf.org.br), réalisé le 11 août 2004.

DUBOIS J.C.L. & LAMEGO, R., 1998. Sustainable highland development in the State of Rio de Janeiro: economic, socio-cultural aspects and official land use policies. In: SATHLA Conference (International Conference on Sustainable Agriculture in Tropical and Subtropical Highlands with Special Reference to Latin America, Rio de Janeiro, 9-13 March 1998. Proceedings on CDrom; contact Instituto Nacional de Tecnologia – INT - , Av, Venezuela 82, cep. 20081-310, Rio de Janeiro, RJ, Brazil (fax =  + + 55 21 2263 6552).

DUBOIS J. C. L. - 2004 « Recomendações para o desenvolvimento agroflorestal no Brasil: lições aprendidas pela REBRAF. » [Recommandations pour le développement agroforestier au Brésil: leçons apprises par REBRAF]. REBRAF, Rio de Janeiro, pp. 26.

DUBOIS J. C. L.- 2004. Revisão de dispositivos legais que afetam a viabilidade de SAFs e o uso adequado do solo rural (Révision de dispositifs légaux qui affectent le développement agroforestier). Rio de Janeiro. Document présenté au Séminaire National de Politiques Publiques et Systèmes Agroforestiers. Brasília, 18-20 août 2004.

13 fiches

1-10 / 11-13

REBRAF = Rede Brasileira Agroflorestal ((Institut Réseau Brésilien Agroforestier)) - Cx. P. 6501, cep. 20072-970 Rio de Janeiro, Brésil - Brésil - www.rebraf.org.br - info (@) rebraf.org.br

contact plan du site mentions légales