español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Une démarche collective et conviviale : « Le Diagnostic Marchant » sur la propreté dans nos cités

Participation des habitants pour analyser les forces et les dysfonctionnements de leur quartier

François LEGRIS

05 / 2005

Le contexte

« Le Diagnostic marchant » est une action qui a été conceptualisée et expérimentée à Lille dans le Nord de la France. Elle s’inscrit dans le processus engagé par le réseau « Paroles d’Habitants »  (1) sur la mise en place d’une démarche de diagnostic partagé entre les différents groupes de base et les représentants institutionnels, pour une prise en considération des préoccupations et des demandes des habitants.

Objectif

L’objectif de cette démarche est de permettre aux habitants de secteurs relégués et délaissés par les services publics, d’être entendus et de pointer, par la réalisation d’un diagnostic fait en marchant, les défaillances mutuelles mais aussi les forces permettant d’agir collectivement. L’action vise les habitants de secteurs sensibles, une population marginalisée bénéficiaires des minima sociaux, mais aussi des militants de quartier, des personnes ressources s’inscrivant dans une démarche de solidarité active, des professionnels des services publics intervenant sur la Ville et bien entendu, les élus des thématiques concernées. La mobilisation s’opère, par le réseau des associations et comités d’habitants, par les habitants relais et les personnes ressources des secteurs concernés et par l’impact de la dynamique provoquée par cette action.

L’action a pour principe l’écoute, la reconnaissance de la diversité des habitants et de leurs initiatives et enfin la prise en compte de tous les aspects de la vie quotidienne. Il s’agit d’un outil simple qui permet de travailler ensemble. La méthode consiste à se retrouver sur les cités entre habitants, représentants institutionnels et élus, et à ouvrir grands les yeux, regarder, croiser les regards, écouter. C’est un des meilleurs moyens pour arriver à se comprendre.

Mise en œuvre

La méthode consiste à observer et à faire jouer les 5 sens pour pointer les problèmes et les dysfonctionnements mais aussi ce qui marche bien, les points positifs. Il faut échanger des pistes de solution sur les rôles respectifs des habitants, des élus et des services publics. Réfléchir aux moyens de mises en œuvre individuels ou collectifs. Penser les limites de chacun… Le diagnostic marchant sur la propreté permet d’aborder les thèmes suivants : les ordures ménagères/les encombrants, le nettoyage des lieux publics, le tri sélectif, l’entretien des espaces verts, des plantations, l’aménagement d’espaces publics, d’espaces jeux, les voiries, l’assainissement, l’éclairage public, le stationnement, la signalétique, le fleurissement des façades, la pollution, le transport urbain, la sécurité, l’insécurité, les friches urbaines etc.

En préparation de l’action, il faut établir un pré-diagnostic avec les acteurs, les associations, et les habitants leaders du site concerné. Tout d’abord mettre au point la méthode en fonction du contexte local, repérer des lieux à diagnostiquer avec analyse du périmètre et repérage des acteurs à convier, recueillir de données, documents supports (plan/projets d’aménagement) permettant de mieux appréhender les enjeux locaux et régler les aspects logistiques d’organisation (invitation, presse, temps convivial, locaux, matériel).

La réalisation du « Diagnostic marchant » se déroule ensuite sur une journée. En constituant un groupe de dix à quinze personnes avec dans chaque groupe : un pilote, un rapporteur, un photographe, un preneur de note et un garant du temps. Chaque groupe pointe les problèmes, les dysfonctionnements, mais aussi les atouts et richesses du secteur. Le diagnostic est aussi un temps convivial, un événement festif, une table est ouverte le midi. Un travail de synthèse est ensuite fait par le groupe ainsi qu’une restitution collective. Enfin, un compte-rendu est élaboré. Par la suite, on peut réaliser et diffuser un beau document à destination des participants.

Résultat

Le diagnostic représente le point de départ d’une démarche collective rapprochant les habitants et les institutions pour une mise en œuvre qui va s’échelonner sur plusieurs mois. Cette démarche va donc nécessiter de se retrouver sous forme d’ateliers collectifs, de hiérarchiser et retranscrire les problèmes constatés sous forme d’engagements opérationnels. Des réponses seront apportées en fonction des compétences de chacun soit par les habitants, soit par les institutions, soit par des actions conjointes. Il ne s’agit pas de faire à la place des habitants mais de les accompagner afin de les mettre en capacité d’agir. Les réalisations se traduisent par une mise en œuvre sous forme d’actions collectives, sans oublier l’aspect convivial et festif. L’action contribue à la transformation sociale et à un développement durable des cités concernées.

C’est une démarche de formation active mettant l’habitant en capacité d’agir, ce qui provoque un impact non seulement sur l’apprentissage personnel et aussi sur la capacité à s’investir/participer à la vie sociale de la cité et du quartier. C’est aussi la reconnaissance institutionnelle du rôle social joué par les associations d’habitants. Par l’écoute mutuelle et la compréhension, l’action permet un changement de regard entre habitants et institutions intervenant sur la ville, une diminution de la prise en charge institutionnelle au profit d’une organisation collective et une revalorisation de l’image sociale à travers la réussite des actions menées et leurs impacts médiatiques. Enfin, se développe une dynamique transversale et l’établissement d’un lien social solide entre habitants des cités.

L’évaluation se fera de façon dynamique entre les acteurs (auto-critique, confrontation des points de vue). L’évaluation s’appuiera sur une dimension clé : la convergence d’intérêts. Il faudra mesurer également l’impact individuel et collectif auprès des familles et leurs capacités à être acteurs de leurs propres développements d’une part, l’efficience des actions menées par l’analyse des résultats et des effets induits pour en mesurer le rapport coût/avantage de l’autre.

AITEC (Association internationale de techniciens, experts et chercheurs) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tél : 01 43 71 22 22 - France - aitec.reseau-ipam.org - aitec (@) reseau-ipam.org

contact plan du site mentions légales