español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Économie solidaire en France

Définition : Qu’entend-on par économie solidaire en France ?

Pauline GROSSO, Rosemary GOMES

04 / 2003

Concept

L’économie solidaire désigne l’ensemble des activités de production, distribution, consommation et financement contribuant à la démocratisation de l’économie à partir d’engagements citoyens au niveau local comme global.

Elle se pratique sous des modalités variées et recouvre les différentes formes d’organisation dont se dote la population pour créer ses propres ressources de travail ou pour accéder à des biens et services (y compris des financements) de qualité dans une dynamique réciprocitaire et solidaire qui articule les intérêts individuels à l’intérêt collectif. On y inclue ainsi : les finances solidaires, le commerce équitable, les services de proximité, l’agriculture durable, la gestion urbaine par les habitants, les restaurants interculturels, les systèmes d’échanges locaux, monnaies sociales, cuisines collectives, coopératives bio…

Même si plusieurs de ces expériences sont inédites, une partie repose sur un renouvellement ou une redécouverte de pratiques inaugurées au 19e siècle (sous le vocable d’économie sociale, à savoir les pratiques coopératives et mutuelles). Le renouveau de l’économie solidaire en France est récent, puisqu’en lien avec la grande crise économique débutée au milieu des années 1970. A partir du début des années 1980 en effet, des innovations où la solidarité économique prévaut naissent en réponse aux déséquilibres générés par le modèle hégémonique néo-libéral de développement et la globalisation. Conjuguée aux objectifs volontiers alternatifs que se sont assignés les militants d’une transformation de l’économie, l’économie solidaire française présente donc des visages multiples : tantôt humaniste et sociale, tantôt radicale et alternative.

Cependant, si l’on utilise comme critère le nombre de personnes « utilisatrices » des différentes formes d’économie solidaire, cette dernière reste, en France, marginale et peu connue du grand public. Elle est assimilée à une certaine frange du monde associatif, partiellement prise en charge par des politiques publiques spécifiques, lesquelles sont d’ailleurs plutôt qualifiées de sociales que d’économiques.

L’économie solidaire propose d’user pleinement de nos droits de citoyens et d’acteurs économiques pour construire une autre économie. Il y a en effet une manière économique d’être un citoyen et une manière citoyenne d’être un acteur économique.

Acteurs économiques, nous pouvons manifester dans nos gestes quotidiens de consommation, d’épargne, d’investissement et, souvent, de production, nos choix sociaux et environnementaux, exprimer une exigence éthique, une éthique de l’action de proximité qui préfigure le monde de droit auquel nous aspirons.

De nombreuses associations ou groupements associatifs français proposent aujourd’hui aux citoyens des alternatives (produits issus du commerce équitable, produits éthiques, placements d’épargne solidaire, épargne socialement responsable) permettant à chacun d’adopter concrètement un comportement citoyen et d’être du même coup acteur dans la société.

Sous-ensembles

Dans le Collectif Engagements citoyens dans l’économie, le thème de l’économie solidaire est représenté par différents acteurs autour de 4 thématiques : Finances solidaires, Commerce équitable, Consommation engagée, Investissements socialement responsables

Acteurs : qui pratique l’économie solidaire en France ?

En France, on considère comme des projets solidaires des projets portant en eux une composante d’intérêt général au sens où ils contribuent entre autres à l’insertion de personnes ou de territoires en difficulté : création d’entreprise, projets de l’économie sociale (associations, coopératives), projets de développement durable (agriculture biologique, énergies renouvelables…) ou relevant du service public (services aux personnes…). Ces projets sont portés par des acteurs nombreux et très diversifiés.

Une bonne partie d’entre eux appartiennent à des collectifs :

  • Collectif Engagements citoyens dans l’économie : Action Consommation, Finansol, Plateforme pour le Commerce Equitable

  • Mouvement pour l’économie solidaire (MES)

  • Pole socio-économique (Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire)

  • Coordination Sud

  • Forum pour l’investissement responsable (FIR)

  • Collectif de l’éthique sur l’étiquette

Propositions de travail et demandes de politiques publiques en matière d’économie solidaire en France

1. Construire de nouveaux concepts et indicateurs pour mesurer la richesse et l’économie

  • Construire des cadres théoriques et des instruments méthodologiques pour analyser, mesurer et valoriser les spécificités des activités de l’économie solidaire

  • Consolider des indicateurs non monétaires complémentaires au PIB

  • Analyser et systématiser les expériences et/ou propositions significatives de l’économie solidaire

  • Repenser la coopération internationale à partir du paradigme de la solidarité plutôt que sur l’aide financière ou technique

  • Elargir les critères d’évaluation des entreprises en intégrant les impacts sociaux et environnementaux de leur activité et en proposant des codes d’éthique alternatifs

2. Consolider les expériences réussies et mettre en place des systèmes de production-distribution-consommation durables entre les différentes composantes de l’économie solidaire aux plans local, régional, national et international

  • Développer des espaces d’échange et de solidarités entre les différentes composantes de l’économie solidaire

  • Articuler les différentes composantes de l’économie solidaire en renforçant les expériences, les réseaux et les circuits. Il s’agit notamment de renforcer les différents segments de la chaîne économique solidaire (articuler par exemple commerce équitable et finance solidaire)

  • Inventer de nouveaux modes de contractualisation et de financement entre économie solidaire et pouvoirs publics et/ou le secteur privé.

3. Promouvoir une reconnaissance de l’économie solidaire comme élément essentiel d’un développement durable pluridimentionnel

  • Développer la structuration en réseaux des différents acteurs de l’économie solidaire afin qu’ils se reconnaissent mutuellement comme acteur collectif de changement social

  • Exercer des pressions sur les institutions multilatérales et continentales pour qu’elles revoient leurs politiques et intégrent l’économie solidaire

  • Proposer des politiques publiques répondant aux besoins et aux points de vue de l’économie solidaire

  • Faire connaitre et valoriser l’économie solidaire par la mise en oeuvre de stratégies de communication, d’éducation et d’information

Mots-clés

économie solidaire, économie sociale, commerce équitable


, France

dossier

Économie solidaire au Brésil et en France

Source

Livre

CANNARD Philippe; GROSSO Pauline; SKAGHAMMAR Thomas, L’économie solidaire dans la coopération franco-brésilienne : propositions d’actions, Mission à Porto Alegre (Brésil) février 2002 du Collectif Engagements citoyens dans l’économie, Paris, mai 2002, 61 p.

FRAISSE Laurent; ORTIZ Humberto; BOULIANE Manon (coordonné par), Economie solidaire, Cahier de propositions CPP29 de l’Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire, Paris, nov. 2001, 13 p.

ABONG (Associação Brasileira de Organizações Não Governamentais) - Rua General Jardim, 660 - 7º andar - Vila Buarque Cep: 01223-010 São Paulo - SP- BRASIL - Fone/fax: (55 11) 3237-2122 - Brésil - www.abong.org.br - abong (@) uol.com.br

Coordination Sud - 14 passage Dubail, 75010 Paris, FRANCE - Tél. 00 33 (0)1 44 72 93 72 - Fax 00 33 (0)1 72 93 73 - France - www.coordinationsud.org - sud (@) coordinationsud.org

contact plan du site mentions légales