español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’Association pour le Logement Reidvale à Glasgow

Rob JOINER, John BUTTERLY

1999

Le Contexte

Localisation : Glasgow, Ecosse (RU)

Communauté : South Dennistown (plus tard Reidvale), zone centre-Est de la ville.

La population de Glasgow est passée de 70,000 à presque un million d’habitants entre 1800 et 1990. Cette population vivait dans des appartements locatifs construits en pierre de diverses qualités, localisés sur quatre zones. Vers les années 1970, les constructions dans différentes parties de la ville présentaient des structures en très mauvais état, et de plus, elles manquaient de services tels que salles de bains et eau chaude.

En 1975, la Mairie de la ville organisa une réunion publique dans le quartier, connu à cette époque sous le nom de South Dennistown, afin d’informer les résidents de la prochaine démolition et que les habitants seraient relogés dans des logements de l’Etat à la périphérie de la ville.

Jusqu’à aujourd’hui, Glasgow a connu presque vingt ans de programmes de démolitions, relogements massifs de résidents et une chute de l’industrie.

La Housing Scotland Act (Loi écossaise pour le logement) de 1974, pour la première fois, a libéré des fonds pour l’Association du gouvernement central pour le logement.

Depuis cinquante ans, l’administration de la ville de Glasgow était travailliste et de fait, en 1974, un gouvernement travailliste a substitué l’administration conservatrice.

Le processus

La rénovation physique de Reidvale fut réalisée entre 1975 et 1995. De fait, notre travail reprend le rôle que joue le logeur et le catalyseur social.

La zone en question comprend neuf rues et abrite près de 1 100 familles. À cause de la mauvaise qualité des logements, les gens qui purent le faire s’en allèrent. Le reste de la population dépendait en majorité de l’aide publique, des retraites, etc.

Afin de lutter contre la situation du logement dans certaines zones, la Mairie appuya la constitution des Community Based Associations (Associations de base pour le logement, CBHA en anglais). Dans les zones restantes, elle appuya la rénovation du logement, la démolition ou la vente de terrains pour une future urbanisation.

En 1975, les stratégies de la Mairie étaient peu élaborées et le manque de financement du gouvernement central réduisait le rythme de la plupart des réhabilitations. Pour cela, beaucoup pensèrent que l’appui gouvernemental aux CBHA était une mesure temporelle, jusqu’à ce que l’on puisse disposer de la même quantité de financement qu’il y avait dans les années 50-60.

Malgré les conditions de logement précaires, Reidvale bénéficia de la création d’une CBHA, car il se trouve à un kilomètre du centre de la Ville. De plus, on y trouve un sens très développé de la communauté. La preuve en est qu’un résident (qui devint par la suite président de l’association de base pour le logement de Reidvale) qui assistait à la réunion publique dit au conseiller et autres fonctionnaires de la Mairie : « Si vous considérez que les ensembles d’habitation à la périphérie sont si bien, allez donc y vivre. Moi je reste ici ». Les autres résidents étaient d’accord avec cette position et formèrent un Comité d’Action pour sauver le quartier. Très rapidement, ils se rendirent compte que leur seule possibilité était de former une Association de base pour le logement et d’obtenir l’appui de la Mairie et le financement du gouvernement central à travers la Corporation du Logement. Cette instance fournit des fonds pour la réhabilitation de logements en conditions précaires et pour la construction de logements neufs. La Mairie décida d’appuyer six CBHA. Cependant, après une lutte prolongée, Reidvale se convertit en la septième.

Bien qu’il existe actuellement des CBHA dans d’autres régions du Royaume Uni, ce type d’organisation naquit à Glasgow. Le modèle traditionnel d’une CBHA est la constitution d’une Association de Base (une organisation sans buts lucratifs) par un groupe de gens dans le but de construire ou de réhabiliter des logements pour les gens qui en ont besoin. C’est une sorte d’organisation philanthropique, dans le sens traditionnel du terme. D’un autre côté, la CBHA, permet seulement l’accès à des résidents de la zone géographique de l’opération, et ce sont les seuls qui peuvent faire partie du Comité organisateur, l’instance suprême pour prendre des décisions. Ainsi, il est certain que tous les membres (comme ceux du Comité d’administration du CBHA de Reidvale) soient des résidents locaux. De cette manière, ils contrôlent leurs logements et leur environnement, prenant le pas sur les agences externes. Actuellement, il existe 75 CBHA dans la ville de Glasgow, beaucoup d’entre elles travaillent sur des opérations localisées dans la périphérie qui appartiennent à la municipalité.

Depuis 1976, année au cours de laquelle se termina la construction du premier bâtiment avec 9 appartements, plusieurs activités ont été réalisées au cours de la lutte pour obtenir d’autres améliorations, telles que le chauffage central et les double vitrages. Parmi les activités, il y a la visite que le Comité des membres réalisa à Londres pour attirer l’attention sur les problèmes rencontrés par la communauté, faire pression sur le Parlement, etc. En 1993, on voit une amélioration acceptable pour les gens de la localité. Un élément qui sert pour mesurer l’efficacité de la campagne est le prix des appartements, si on compare le coût estimé par appartement qui se trouve sur l’étude de faisabilité développé par la Mairie en 1975 (3500-4000 livres) avec le prix en 1983 (19 000 livres), l’augmentation est notable. Même en tenant compte de l’inflation, cela représente une augmentation significative de la qualité du travail.

Sans doute le progrès le plus important est-il la forme avec laquelle les gens, après s’être approprié le processus, ont commencé à diversifier leurs activités vers des actions qui sont en général plutôt du ressort d’une entreprise immobilière — jardin ornemental, aires de jeux, aménagement des rues dans la zone, espaces communs, etc.

Celle de Reidvale, est une des CBHA les plus réussies et dont le travail a transformé le logement social à Glasgow, dans les 20 dernières années.

Acteurs impliqués

Après un début difficile dans les relations avec la mairie, les choses se sont améliorées. Le processus de réhabilitation s’est réalisé sur la base d’une association entre les parties concernées, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y eut pas de conflits.

Actuellement, on considère que Reidvale est une CBHA conflictive parce qu’elle insiste pour que les gens définissent politiques et procédures, au lieu de faire les choses comme on leur a dit qu’il fallait les faire.

En général, les acteurs principaux et le rôle qu’ils ont joué sont les suivants :

Les Résidents locaux : ils ont appuyé l’Association et se sont affiliés afin de lui donner une crédibilité politique comme mouvement de base.

Les Membres de l’association : ils ont choisi leurs représentants pour le Comité d’Administration.

Les Membres du Comité d’Administration : ils définissent les politiques, les priorités et les objectifs. Le Comité représente les aspirations des autres résidents. Il dispose d’un personnel pour accomplir ses objectifs et effectue des campagnes locales et nationales.

Le Personnel : il travaille pour le Comité en lui apportant de la formation et il agit comme un lien entre les professionnels et les fonctionnaires.

La Mairie : elle offre un appui en désignant les « Zones d’Action pour l’Amélioration », ce qui oblige légalement les autres propriétaires à coopérer à des travaux communs d’amélioration. Elle fournit aussi des financements à d’autres propriétaires pour qu’ils puissent participer.

Le gouvernement central : il fournit des fonds pour les travaux d’amélioration à travers la « Housing Corporation » Entreprise pour le Logement (autrefois Scottish Homes).

Le secteur privé : depuis 1989, le coût qui n’est pas couvert par le financement gouvernemental est obtenu au moyen de prêts bancaires. Les institutions bancaires ont fourni un appui important.

Réactions des différents secteurs

Les résidents : le septicisme initial est à l’origine de l’abandon du quartier par beaucoup de gens qui acceptèrent les logements de la municipalité dans n’importe quel autre endroit. Ceux qui restèrent appuyèrent de manière enthousiaste l’Association.

Beaucoup de ceux qui sont partis retournèrent s’inscrire sur la liste d’attente pour obtenir un logement dans le quartier.

Les membres : l’inscription est volontaire et ne signifie pas que l’on reçoive quelque chose en échange ou une attention particulière, ce système s’est maintenu durant les 23 dernières années. Presque un tiers des familles sont des membres de l’Association.

Le Comité des membres : ce Comité a dédié un temps important de son travail à l’association, allant dans certains cas jusqu’à deux ou trois après-midis par semaine.

Deux membres du Comité sont restés depuis la formation de l’association, beaucoup ont offert leurs services pendant 15 ans ou plus. Chaque année un ou deux membres nouveaux remplacent ceux qui ont le plus d’années de service.

Le Personnel : trois membres du personnel (sur 10) ont travaillé pour l’Association pendant plus de 20 ans. Les autres sont membres de l’association depuis plus de 15 ans.

La Mairie : elle s’est réorganisée deux fois depuis qu’existe l’association. Elle a commencé comme Glasgow Corporation, ensuite elle est devenue Glasgow District Council et actuellement elle s’appelle Glasgow City Council (Mairie de Glasgow).

Malgré le changement de personnel, la Mairie a appris à vivre avec les CBHA, à les respecter et à leur faire confiance.

Le Gouvernement central : il y a deux politiques contradictoires appliquées par le Gouvernement central concernant le travail avec les CBHA, indépendamment du parti politique au pouvoir : valoriser le travail des CBHA et une réduction stricte des fonds disponibles pour les associations.

Le Secteur privé : actuellement, les banques voient les investissements dans des CBHA comme sûres, ce qui est à souligner, si on considère que la majeure partie des gens qui font partie du Comité d’administration ne pourraient pas obtenir un prêt personnel dans une institution bancaire.

Mots-clés

réhabilitation de l’habitat, association d’habitants, participation des habitants


, Royaume-Uni, Écosse

dossier

Vivre dans les centres historiques : expériences et luttes des habitants pour rester dans les centres historiques

Commentaire

La participation des résidents locaux et leur disposition à se responsabiliser des autres zones d’action a été significative.

Une fois terminé le processus de réhabilitation, ils commencèrent à entreprendre la construction de nouveaux logements. Ils ont gagné des prix pour la qualité architecturale de quelques constructions.

Reidvale a fourni une aide à deux autres groupes de résidents, dans d’autres zones de la ville, pour qu’ils forment leur propre CBHA et s’approprient le milieu dans lequel ils vivent.

Dans certaines parties de la ville, la Mairie a repris le travail que les CBHA font pour améliorer le logement locatif, même sans la participation des habitants. Ces projets se sont soldés par des échecs.

Récemment on a démoli un énorme paté de maisons avec près de 400 maisons, seulement 10 ans après la réhabilitation.

Reidvale Housing Association LTD - 13 Whitevale Street, Glasgow G31 1QW, Scotland, UK - Tel : 0141 554 24 06 - Fax : 0141 550 23 99 - Royaume-Uni - a.dundas (@) reidvale.org.uk

contact plan du site mentions légales