español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Réalisation d’ateliers de Sensibilisation pour le Travail en Réseaux

Un Cadre méthodologique

Gerardo ALATORRE, Rosa Delia CAUDILLO FELIX

08 / 2006

Même si le dialogue de savoirs et l’emploi des NTIC ont déjà trouvé leur place dans la culture organisationnelle, il reste utile de promouvoir des conditions appropriées pour l’organisation ou le réseau citoyen pour une plus grande valorisation de la gestion d’informations, la production de connaissances et la communication, comme des éléments clé de leur action en réseau.

Les ateliers de sensibilisation ouvrent des espaces de réflexion, échange et formation pour des dirigeants sociaux investis ou intéréssés dans le renforcement des processus de réseaux citoyens. Les apprentissages produits par les organismes de médiation (comme le GES) peuvent dans ces ateliers être accessibles aux organisations investies dans des processus de participation en réseaux citoyen ; c’est une occasion pour nous (pour ces entités) d’évaluer et enrichir nos apprentissages, de clarifier notre offre et de la rendre plus visible.

Nous voulons ici organiser et systématiser les éléments de sensibilisation que nous avons appliqués dans le cadre du Projet GES dans des événements divers, chaque fois avec une orientation particulière. L’ «atelier » que nous décrivons ici n’est qu’un cadre qui devra s’adapter aux besoins hétérogènes des réseaux citoyens, des besoins qui dépendent des thèmes et niveaux de travail, de leur dispersion géographique et des ressources dont ils disposent par rapport à la gestion des informations, la communication et l’appropriation de leurs savoirs.

Les sources théoriques-méthodologiques

Il est important d’être cohérents aussi bien dans le contenu que dans la procédure de l’atelier, en utilisant les apports de l’éducation populaire, de la recherche-action, de l’analyse institutionnelle, des approches systémique et écologique, et autres perspectives orientées vers le changement social.

Un bon début pour l’atelier c’est la valorisation de la culture de systématisation des pratiques et d’échange et de capitalisation des expériences d’action citoyenne.

Les concepts centraux

L’atelier est constitué d’une dynamique de travail collectif et individuel conçue pour s’approcher de façon progressive des concepts liés au sujet général des Réseaux et Connaissances dans l’Action Citoyenne :

  • Agir en réseau. Types de réseaux et éléments qui permettent la cohésion, la confiance, la cohérence

  • Le pouvoir de la connaissance et l’action citoyenne

  • Information et communication

  • Vision, projet, organisation, ressources. Bases éthiques, buts, dispositifs de communication

  • Rapport entre les aspects techniques et institutionnels

  • Dynamiques des groupes, des organisations et des réseaux

  • Nouvelles approches de l’action citoyenne et des domaines d’action

Une très bonne façon de mettre les participants en contact avec ces concepts c’est de les faire se confronter à une ou plusieurs situations où le travail en réseau est le facteur de réussite. Ces situations peuvent être plus ou moins fictives ou réelles ; il peut s’agir de situations d’émergence ou d’une stratégie structurée, d’une lutte de résistance ou d’une initiative de construction d’alternatives.

En s’imaginant dans ces situations, les participants doivent envisager une série d’aspects publics, institutionnels, communautaires, les acteurs locaux, régionaux, nationaux et internationaux, les domaines géographiques et thématiques, les types d’acteurs, l’accès ou le manque d’accès à l’information publique gouvernementale, les politiques publiques qui interviennent ou qui devraient être instituées ou modifiées, etc.

Les outils méthodologiques et techniques

L’atelier favorise une réflexion stratégique autour des « comment » de l’articulation du travail en réseaux, en prenant le défi de concevoir et dessiner des systèmes d’information et de communication qui répondent aux besoins les plus pressants qui ont été identifiés dans chaque situation, et qui partent de ce que les organisations possèdent déjà comme ressources et compétences ou capacités.

Le point de départ pour la sensibilisation est un exercice d’auto diagnostic aussi bien de chaque organisation que des interactions qu’elle établit pour mener ses initiatives. Dans cette voie, il est important de considérer et d’évaluer les outils et les structures d’opération qui se mettent en jeu pour maintenir les flux multilatéraux d’information, pour produire et transmettre des savoirs et pour mettre en valeur les connaissances endogènes et exogènes. On prend en compte ici les opportunités et les problèmes liés aux communications électroniques et à d’autres médiations et outils pour la communication en réseaux.

Selon le cas, l’atelier peut servir à ce que les participants aient accès à des informations sur des outils pour la gestion d’information, la communication interne ou externe, l’organisation et systématisation d’événements, les espaces virtuels de collaboration, etc.

Nouvelles visions et stratégies

Une façon de faciliter l’appropriation des concepts et des expériences vécues dans l’atelier est d’organiser, à la fin, un exercice de développement de cartes conceptuelles, ce qui équivaut à établir un Thésaurus de l’action citoyenne aux niveaux thématiques, sectoriels, géographiques et politiques.

GES (Gestion de saberes - Gestion des savoirs) - Xalapa, Veracruz, MEXIQUE - Mexique - rosicaudillo@gmail.com; geralatorre@gmail.com

contact plan du site mentions légales