español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’Accueil Enfants - Appartenances : un lieu de socialisation et de prévention pour les enfants migrants d’âge préscolaire

Dans le cadre de ses activités destinées aux femmes migrantes, l’association Appartenances a mis en place un accueil pour les enfants de ces dernières

Annie Piguet

04 / 2010

On le sait, la migration a un genre et, suite à la constatation, au début des années 90, que les femmes étaient peu représentées dans les lieux fréquentés par les personnes migrantes, le Centre Femmes à Lausanne, puis l’Espace Femmes à Vevey ont été créés afin de permettre aux femmes migrantes d’avoir accès tant à des lieux de rencontre que de formation. Au Centre Femmes et à l’Espace Femmes, les femmes migrantes peuvent ainsi suivre des formations - cours de français, de couture, d’initiation à l’informatique - et également participer à des activités de rencontre et d’animation. Tant les cours que les activités proposées le sont afin que les femmes puissent développer des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être et, à partir de leurs compétences existantes, en développer de nouvelles dans une visée émancipatrice et participante. Ces deux structures font partie d’Appartenances, association active dans le champ des migrations et de l’interculturalité.

Pour garantir aux mères d’enfants d’âge préscolaire une réelle accessibilité aux activités, un Accueil Enfants a été mis en place dans chacun des deux lieux, conjointement aux activités développées pour les femmes. Les Accueils Enfants sont fréquentés par les enfants des participantes aux activités. Ils sont destinés à des enfants d’âge préscolaire, de 15 semaines à 4 ans et demi, l’âge d’entrée à l’école. Ces enfants sont présents entre une et trois, voire quatre demi-journées par semaine, toujours en fonction des activités de leurs mamans.

L’Accueil Enfants est un lieu chaleureux, rassurant, qui n’est pas hermétique. A proximité des activités des femmes, les enfants peuvent être impliqués dans leur propre activité tout en restant proches de leur mère. Dans un premier temps, une attention toute particulière est mise sur la séparation. Afin de faciliter le démarrage des activités pour les mamans, celles-ci et leurs enfants viennent passer plusieurs moments à l’Accueil Enfants lors des deux à trois semaines qui précèdent le début d’un cours, d’une activité. Néanmoins, même lorsque celui-ci a commencé, il est toujours possible, si la mère ou l’enfant en ressent le besoin, de faire des allers et retours entre les activités des unes et celles des autres. En effet, il faut parfois quelques semaines pour qu’une séparation puisse réellement s’effectuer. Tant les mamans que les enfants seront accompagnés par les professionnelles dans ce processus.

Trois temps rythment les demi-journées à l’Accueil Enfants. Les temps d’accueil et de séparation, qui marquent le début et la fin de la matinée (ou de l’après-midi), et un temps de pause au milieu de celle-ci. L’Accueil Enfants est ouvert un quart d’heure avant le début des activités que suivent les mères, ce moment important permet à la maman de passer le relais aux intervenantes présentes. C’est un temps de transition, tant pour la mère que pour l’enfant, moment où chacun-e va pouvoir se quitter pour ensuite participer pleinement à ses propres activités. Il s’agit de bien se séparer pour mieux se retrouver.

Les enfants prennent la pause avec leurs mamans, elles donnent ainsi le goûter à leurs enfants, car il est important, dans une première séparation, que la nourriture reste un lien essentiel et primordial de la relation mère-enfant. A travers ce moment-là, les mères sont reconnues comme compétentes et ayant un savoir-faire qui leur appartient. A la fin de leurs activités, les femmes viennent chercher leurs enfants à l’Accueil Enfants. Dans ce moment, qui permet d’échanger sur ce qui s’est passé pour l’enfant, parfois également pour la mère, les intervenantes veillent à redonner les éléments importants concernant l’enfant et ainsi à ne pas se substituer à la maman.

Ces temps d’échange permettent de construire petit à petit, au gré de la confiance qui s’installe, un mode de faire, un type de collaboration que la maman et l’enfant pourront ensuite retrouver lorsque ce dernier fréquentera soit une garderie, soit l’école. Entre ces trois moments repères de la demi-journée, des activités sont proposées, en fonction du groupe d’enfants présents et en fonction de leurs âges - jeux, musique, chant, bricolage, etc. - avec une attention toute particulière portée à l’être plutôt qu’au faire.

L’enfant de migrants est appelé à grandir entre deux cultures. Il va devoir composer avec ses identités multiples. Ses rapports à l’espace, au temps, au corps, à l’alimentation seront traversés tant par sa culture familiale imprégnée de la culture d’origine que par celle du pays d’accueil et il va falloir faire sens de cette double appartenance. L’enfant, comme sa maman, découvre une nouvelle langue, d’autres façons de faire, d’autres règles. Il va rencontrer d’autres enfants, d’autres adultes, il va avoir ses propres activités et petit à petit se séparer de sa maman pour ainsi construire son autonomie dans un lieu rassurant et chaleureux.

L’Accueil Enfants permet aux enfants de migrants d’avoir un premier contact avec la société d’accueil dans de bonnes conditions et renforce les femmes migrantes dans leurs compétences de mères. En effet, la migration isole les mères qui sont souvent fragilisées dans leur lien à l’enfant. La femme se trouve face à des repères sociaux, culturels, familiaux différents de ceux de sa culture d’origine et peut se sentir, sinon dépossédée, du moins en doute par rapport à son savoir « naturel » de mère. L’enfant migrant se trouve, lui/elle, littéralement entre deux cultures. C’est pourquoi l’Accueil Enfants au Centre Femmes et à l’Espace Femmes est conçu comme une passerelle. Ce passage permet ainsi d’atténuer ou d’éviter des difficultés lors de l’entrée en garderie ou à l’école. Il favorise une séparation en douceur tant pour la mère que pour l’enfant.

A travers les règles de vie, la relation avec les intervenantes et avec les autres enfants, les enfants découvrent d’autres codes, d’autres manières de faire, d’autres références. Ce travail de socialisation se fait dans le respect de la culture d’origine de l’enfant avec l’objectif de ne pas provoquer de nouvelles pertes identitaires. Les enfants apprennent ainsi que l’on peut avoir plusieurs identités, plusieurs appartenances.

Des professionnelles salariées et des bénévoles, étudiantes, retraitées ou encore femmes migrantes ayant bénéficié de nos structures interviennent à l’Accueil Enfants. La diversité culturelle s’exprime ainsi également à travers cette diversité tant de formation, de statut, de provenance et d’âge. Les interventions des unes comme des autres sont extrêmement complémentaires. Il est important dans un contexte complexe comme celui de l’Accueil Enfants que les professionnelles soient extrêmement bien formées et compétentes. Leur expertise tant dans le champ de la migration que dans celui du développement de l’enfant permet la mise en place de cet accompagnement des mères et de leurs enfants vers une plus grande autonomie.

A travers les bénévoles, les jeunes enfants sont en contact avec la société d’accueil. Qu’elles soient de jeunes étudiantes ou des retraitées, les bénévoles prennent une place importante auprès de ces enfants. Elles leur permettent de recréer un lien intergénérationnel qui, lors de la migration, est souvent rompu. Certaines bénévoles sont des femmes qui ont participé à des cours offerts dans nos deux structures et, à travers leur engagement à l’Accueil Enfants, elles continuent le travail de développement de compétences qu’elles ont entrepris. De par leur statut de femmes migrantes, elles jouent un rôle important dans la création du lien de confiance, car elles partagent un vécu commun avec les mères. L’originalité du dispositif réside également dans l’ancrage associatif. En effet, Appartenances étant une association multidisciplinaire dans le champ de la migration, il est toujours possible de faire appel lorsque cela est nécessaire, à un ou une interprète communautaire, afin de faciliter la communication avec les mamans ou, dans une optique de dépistage précoce, de s’assurer la collaboration de psychologues intervenant dans le cadre de la Consultation psychothérapeutique pour migrants.

Cette activité qui a été pensée, dans un premier temps, comme une activité au service des autres, s’est développée et se pense aujourd’hui dans la complémentarité des offres faites aux femmes migrantes. Elle offre un espace qui permet à l’enfant de faire un travail de socialisation, grâce à la rencontre et à la confrontation à d’autres enfants et à d’autres adultes, d’apprendre le français dans le respect de sa culture et de sa langue d’origine. Ainsi, l’Accueil Enfants, mis en place tout d’abord pour permettre aux femmes migrantes de participer aux activités et aux formations proposées, participe aujourd’hui à un travail d’intégration et de prévention à part entière. L’Accueil Enfants est un lieu passerelle, un lieu charnière qui permet à l’enfant de tisser des liens entre son milieu familial, sa culture d’origine et le monde social qui l’entoure. En effet, le travail effectué par les enfants à travers une première confrontation à des manières de faire, des manières d’être différentes de leur milieu familial, et par les mamans à travers les liens tissés avec les intervenantes permet tant aux mamans qu’aux enfants de pouvoir par la suite envisager une entrée en crèche ou à l’école dans la confiance.

Nous avons l’intime conviction que le travail ébauché aussi bien dans le cadre de l’Accueil Enfants qu’à travers les activités mises en place pour les femmes facilitera, pour les mamans et pour leurs enfants, la mise en place de collaborations entre parents et institution scolaire où chaque partenaire pourra se sentir respecté et reconnu. Tremplin à partir duquel ces familles pourront rebondir et se situer en tant que partenaires autonomes et actifs dans la relation que leurs enfants pourront établir avec les différents professionnels de l’école. En offrant un accueil à ces enfants à proximité de leur maman, c’est un pari pour l’avenir que nous faisons.

Mots-clés

enfant, lien social, femme, migration


, Suisse

Notes

Appartenances est une association dont la mission est de favoriser le mieux-être et l’autonomie des personnes venues d’ailleurs et de faciliter une intégration réciproque avec la société d’accueil dans un rapport d’équité. Pour mener à bien cette mission, Appartenances est organisée en plusieurs secteurs : la Consultation psychothérapeutique pour migrants (CPM), le Secteur formation, le Secteur interprétariat communautaire et les Espaces sociaux. Ces derniers offrent un accueil personnalisé aux migrants et aux migrantes et à leurs enfants, en situation de précarité sociale, économique, psychique ou physique.

Source

Document de travail

Association Appartenances - Appartenances, rue des Terreaux 10, 1003 Lausanne, Suisse - Tél. +41 (0)21 341 12 50 - Fax: +41 (0)21 341 12 52 - www.appartenances.ch - info (@) appartenances.ch

contact plan du site mentions légales