español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

NTIC pour emploi des jeunes de Yaoundé II

L’emploi et l’auto emploi : une autonomisation des jeunes

Achille NOUPEOU

01 / 2011

Thématique : « Emploi Jeune, une solution pour l’emploi et l’auto emploi des jeunes défavorisés à travers les NTIC »

A. Origine du projet

Depuis plus d’une dizaine d’années, la dévaluation du franc CFA a permis l’émergence des activités informelles, la prolifération des marchés d’occasion, et la généralisation du travail des enfants. La politique d’insertion socio-économique des jeunes du MINJEUN, apparaît comme une éducation extrascolaire ou mieux non formelle et se transmets essentiellement par des méthodes non directives .En effet, le secteur informel est l’apanage de ces jeunes au chômage/désœuvrés, qui se débrouillent pour la survie quotidienne au bord des rues. L’incertitude de cette activité ne peut que cristalliser le sentiment de frustration, de marginalisation, et provoquer des attitudes de violence et de délinquance. Conscient de ces faits, ASSOAL a initié en partenariat avec AMI et HABITAT et PARTICIPATION un projet d’appui à l’insertion socio- économique et l’emploi des jeunes et femmes en situation sociale difficile dans la commune de Yaoundé II. Ce projet s’inscrit dans un contexte socio-économique marqué par les crises multiples.

B. Compréhension des termes

Qu’est ce qu’un Emploi ?

C’est le fait de donner une activité à une personne moyennant une rémunération lui permettant d’être autonome et de pouvoir survivre au quotidien.

L’emploi c’est aussi un contrat passé entre deux parties pour la réalisation d’un travail contre une rémunération.

Auto emploi : c’est le fait de faire sa propre activité selon ses compétences et son état d’esprit.

C. Objectifs et enjeux

L’objectif majeur

L’objectif majeur de ce projet est d’améliorer les conditions de vie et d’activité des jeunes défavorisées de Yaoundé II (vivant en dessous du seuil de pauvreté), par la participation à la société de l’information , le renforcement des capacités citoyennes, professionnelles et la participation à la gestion communal.

Les objectifs spécifiques

  • Accroitre en ligne, les capacités de recherche d’emploi, d’auto emploi et d’entreprenariat de 1000 jeunes (garçons et filles) de la commune de Yaoundé II ;

  • Capitaliser, analyser et produire les informations, les expériences et les supports pour renforcer la participation des jeunes défavorisés des deux sexes aux politiques de jeunesse en matière d’emploi et d’auto emploi à Yaoundé II ;

  • Accroitre en ligne les capacités de programmation et de gestion des politiques de jeunesse au niveau communal notamment en matière d’emploi et d’auto emploi.

D. Déroulement du projet :

Dans un premier temps, nous avons mené une étude qui a permis d’avoir une idée sur les potentiels bénéficiaires, une grille de questionnement a été montée à cet effet pour une étude des filières de rentabilité. Une revue documentaire nous a permis d’avoir des informations sur la situation de la commune de Yaoundé II, ce qui nous a conduits à la collecte des données primaires sur les filières de rentabilité pour les jeunes entrepreneurs avec pour point chute une restitution publique au bénéfice de l’ensemble des acteurs interpellés.

La formation en informatique, elle a consisté à former les jeunes en TIC, puis faire un accompagnement de ces jeunes aux méthodes et technique de recherche d’emploi en ligne ; mais a un meilleur usage de cet outil.

www.habitat-participation.be/dph/1a.jpg

L’animation du Site ; il est question de rentrer les informations dans le site. Pour cela, une collecte préalable des CV est faite, traitées et logés sur site. Les offres de formation et d’emploi sont aussi logés sur le site et favorise la visite d site par les jeunes chercheurs d’emploi.

La création d’un mailing List : le mailing List facilite la transmission des offres d’emploi et de formation aux jeunes et les demande aux entreprises et centres de formation professionnelle.

Placement des jeunes dans les centres de formation ; les jeunes par besoin sont accompagnés dans les centres respectifs des choix qu’ils ont émis de formation ; à partir de la convention signée avec ces centres ; un suivi hebdomadaire est fait pour suivre l’évolution de la formation.

www.habitat-participation.be/dph/1b.jpg

L’organisation d’une réunion du comité communal, cette activité est menée pour favoriser la montée de la jeunesse de ladite commune dans l’espace de dialogue et de prise de décision.

La mise en place d’un plan communal d’insertion au sein de la mairie de Yaoundé II ; dans lequel les jeunes expriment leurs problèmes et difficultés à la mairie et animation d’une bourse d’échange ;

Une mise en place et l’animation d’une bourse d’échange des données et des services d’aide en ligne en matière d’emploi et d’auto emploi, il s’agissait de rédiger les fiches projet des entreprises des jeunes qui sont logés sur le site et faciliter le partenariat avec les jeunes de la diaspora francophone;

www.habitat-participation.be/dph/1c.jpg

Accompagnement des bénéficiaires et capitalisation des dossiers d’offre et de recherche d’emploi déposé ; il s’agit de conseiller les jeunes sur le montage de projet, la recherche de financement, la technique de négociation et la gestion d’un cycle de formation.

www.habitat-participation.be/dph/1d.jpg

Le recueil de fiche qui servira de support de mutualisation expérience d’expérience.

Enfin Un CD rom qui contient tous les produits réalisés au cours du projet et gardé pour servir à d’autres personnes.

Données Pratiques

Échelle territoriale : le projet est réalisé dans la commune d’arrondissement de Yaoundé II

Publique cible : les personnes concernées par le projet sont les jeunes défavorisés de cette commune.

Acteurs du projet : ASSOAL, l’AMI, HABITHAT ET PARTICIPATION, les associations de jeunes de Yaoundé II, les centres de formation professionnelle, les ateliers d’insertion (formelle ou informelle), la mairie de Yaoundé II

Durée actuelle : De 2008 à nos jours

Résultats actuels : 614 jeunes sont formés en informatique, et 20% de jeunes ont trouvé un emploi via l’accompagnement d’ASSOAL

Source de financement : c’est le Front Francophone des Inforoutes (FFI)

Analyse de la fiche d’expérience à la lumière des 10 principes de bonne gouvernance

1- Se fonder sur une approche territoriale et le principe de subsidiarité

Lors du déroulement du projet, il n’y avait pas de main mise ni des autorités ni du gouvernement. A travers des interviews et des questionnaires, de la commune de Yaoundé II, les responsables des centres de formation professionnelles ont participé à l’étude. Leurs opinions sur les filières de rentabilité et la question de l’emploi et l’auto emploi des jeunes a été d’un grand apport.

2-Instituer un dialogue au sein des communautés plurielles

Les enquêteurs travaillent ensemble avec les réseaux des associations jeunes bénéficiaires du projet. Toute la communauté jeunes est y est impliquée à travers des rencontres soit à la maison des jeunes de KOMkANA soit à la maison du parti de la mairie de Yaoundé II .Il était réellement difficile de travailler sans la présence des jeunes (bénéficiaires). Cette entente permettra à la fin du processus de mettre sur pied un plan d’action communal qui permettra aux jeunes de participer à la gestion des affaires communal.

3- Remettre l’économie à sa juste place- Gérer les ressources

Conduit avec l’appui financier du Front francophone des Inforoutes (FFI), ce travail avait pour ambition de contribuer à l’amélioration de la gestion des projets réalisés sur le BIP au Cameroun dans l’optique de la lutte contre la pauvreté. D’autres ressources seront utilisées, à l’instar des ressources humaines (jeunes de la commune de Yaoundé II, le conseil communal jeune et le bureau d’appui au développement)

4 - Se fonder sur une éthique universelle de responsabilité

Les valeurs partagées par l’ensemble des acteurs impliqués dans le projet sont la participation citoyenne et la bonne gouvernance. Dès le départ, les jeunes avaient peur de parler, de dire la vérité sur leur situation sociale ils préféraient le manifester émûtes, car ceux-ci n’étaient pas écoutés, avec cette expérience, nous avons touché du doigt les problèmes que vivent les jeunes au Cameroun en général et à la commune de Yaoundé II en particulier. Nous mettons ainsi les jeunes devant leur responsabilité. Dès l’atelier de restitution du projet final, des résultats à l’ensemble de la communauté nationale et internationale, l’on note également une volonté manifeste du gouvernement du sens du développement et de meilleure gestion.

5- Définir un cycle d’élaboration de décision et contrôler les politiques publiques

D’emblée, il convient de signaler que le choix de la commune de Yaoundé II se justifie par le fait que le projet était à sa phase pilote il a été pour nous comme une première expérience et les prochains projets nous pourront étendre dans les autres communes ; Yaoundé II est un centre de distribution important même si la ville reste un modeste pôle industriel. L’étude qui ambitionne de corriger les écarts, répond à des besoins des jeunes soucieux de savoir si Les autorités publiques pouvaient apporter leur contribution à la réalisation de l’expérience. Aujourd’hui, un espace de dialogue (jeunes– Mairie de Yaoundé II – FNE- MINFOP -Secteur privé- Société civile) sur la thématique de l’emploi et l’auto emploi des jeunes.

6- Organiser la coopération et les synergies entre acteurs

Il existe une certaine synergie entre les acteurs du projet. Celle-ci est encore bien perceptible aujourd’hui à travers les rapports harmonieux avec le gouvernement local, les pouvoirs publics, le secteur privé et les jeunes à travers le conseil communal. Après la mise sur pied de cette initiative, le constat est grand ; les jeunes suivi par ASSOAL volent de leurs propres ailes sous forme d’association ou de réseaux ; les projets initiés pas les jeunes ont été pertinents, les jeunes ont désormais un esprit d’initiative et d’entreprenariat grâce au projet NTIC .Cette expérience a favorisé l’intégration des jeunes venants d’horizons divers culture et comportements divers. Le projet a réussi à redonner espoir aux jeunes de la diaspora à un avenir incertain.

7-Concevoir des dispositifs cohérents avec les objectifs poursuivis

Pour la bonne marche des activités du projet, l’on a beaucoup de facilités techniques (matériels appropriés, les réseaux associatifs, un cadre de concertation et de dialogue, le plan d’action jeunesse de la commune).

8- Maîtriser les flux d’échange des sociétés entre elles et avec la biosphère

L’étude est un projet de politique publique donc de suivi. Les informations collectées selon lesquelles certains ouvrages étaient mal orientés (position sur des flancs de montagnes, érosion, etc.) est un apport pour l’amélioration du cadre environnemental des citoyens. Le capital social de l’étude est constitué d’une équipe bien fournie (spécialiste et analyste de données, enquêteurs, ingénieur, chauffeur, démographe, guides des Communes, populations volontaires). Chacun a joué parfaitement son rôle. Plusieurs rencontres avec des gens venant des horizons divers

9- Gérer la durée et savoir dans le temps

Le projet a été cadré sur une période bien déterminée, on a également noté une adaptation de la mise en œuvre des activités du projet, le projet a permis un transfert de connaissance aux jeunes qui sont désormais capable de revendiquer un droit et d’influencer la décision de l’exécutif communal.

10- De la légalité à la légitimité de l’utilité, des valeurs et des méthodes

Les résultats de l’enquête son le projet a été partagé par l’ensemble de la commun à travers l’émergence des jeunes ; la commune d’arrondissement de Yaoundé II va servir d’exemple pour ce qui concerne la question d’insertion des jeune, cependant, selon les analyses, il ressort que les méthodes utilisées par les responsables du projet ont été pertinentes L’insertion socio-économique est dorénavant intégrée dans le budget de la commune de Yaoundé II. Cette phase pilote servira d’élaboration d’un plaidoyer dans les autres mairies de la ville de Yaoundé.

Mots-clés

création d’emploi, jeune, technologie de l’information et de la communication


, , Cameroun Province du Centre

dossier

Bonne Gouvernance en matière d’habitat et de gestion des déchets

Commentaire

Au début de l’étude, l’une des difficultés résidait au fait que la commune de Yaoundé II ne comprenaient pas des centres de formation il fallait aller dans les ordres commune pour trouver un centre de formation, également au niveau des filières de rentabilité qui avaient été identifiées. Même les autorités locales (maires) car au moment de l’étude, nous ne sommes pas encore dans la décentralisation, il a fallu reprendre l’étude avec la décentralisation pour une spécificité. Les responsables des centres de formation ne nous ont pas fournies assez d’information pouvant faciliter l’étude, les jeunes même étant frustrées par leur situation sociale, n’étaient pas très abordables car ce sont pour la plus part des marginalisés et des délinquants. Au regard des résultats de l’étude sur terrain, et de l’exécution du projet, de l’effet qu’il a sur les bénéficiaires, il ressort une amélioration des conditions de vie des jeunes la prise de conscience de ces jeunes, car ils revendiquent désormais leurs droits, et reconnaisse leur citoyenneté.

Les questions que pose l’expérience

• Recherche d’emploi en ligne ; les outils de l’information et de la communication sont encore un luxe pour un jeune défavorisé ; n’est-il pas possible que la mairie finance une salle multimédia au niveau pour faciliter l’accès au TIC des jeunes ?

• Les centres de formation avaient déjà fait des réductions sur le coût de formation des jeunes pourrait-prévoir une ligne dans le budget communal pour payer les formations de ces jeunes défavorisé ?

• Comment expliquer le faite que les jeunes soient toujours mise à part dans la gestion des affaires communales ?n’y a-t-il pas lieu de mettre en place un instrument de promotion du dialogue et concertation pour favoriser la participation à la prise de décision ?

Source

Entretien

Fiche rédigée par NGO LIMA Yvonne, responsable du projet entreprenariat et emploi des jeunes.

Personnes rencontrées : Serge MANIMA du CANADEL, Pascale THYS d’HABITAT ET PARTICIPATION (Belgique), André CRISIAN de l’AMI (France) via internet et Skye ;}}

ASSOAL ; power point du résumé du projet emploi jeune ; guide pratique logement sociale

Site emploi jeune

ASSOAL (Association des Amoureux du Livre) - B. P. 5268 Yaoundé, CAMEROUN - Tél: (237)220.10.12 / 994.79.53 / 986.3016 - Cameroun - www.assoal.org - assoal (@) netcourrier.com

contact plan du site mentions légales