español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Agriculture: changer la donne

Science et Société : Renouer le dialogue

06 / 2011

Moins connu que le GIEC, l’IAASTD (1) a toutefois permis de remettre en cause le paradigme du développement appliqué à l’agriculture. Entretien avec Jacques Loyat (2), agroéconomiste associé au Centre international de recherche agronomique pour le développement (Cirad).

Qu’est-ce que l’Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement (IAASTD)?

Jacques Loyat : L’IAASTD est un processus d’évaluation intergouvernemental et pluridisciplinaire qui s’est déroulé de 2004 à 2008 et qui était cofinancé par différentes organisations internationales. Son objectif était de comprendre comment les connaissances de différentes natures, notamment les sciences agronomiques et les technologies agricoles, pouvaient contribuer à la réalisation de certains des Objectifs du Millénaire pour le développement.

Quelle est l’originalité de ce modèle d’expertise?

J.L. : A l’instar du GIEC, nous avons voulu rassembler l’ensemble des parties prenantes, tout en respectant un équilibre géographique et la parité entre les représentants des Etats et de la société civile au sein de l’organe de décision, le bureau. Le choix a été fait de ne pas nous limiter aux connaissances purement scientifiques. Grâce à la présence des ONG, une très grande importance a été donnée aux savoirs locaux. Dès le départ, il a été décidé que nos conclusions ne devaient être ni prescriptives, ni simplificatrices. 400 experts internationaux et indépendants ont travaillé sur ce projet. Il y a eu de véritables discussions, notamment avec les tenants d’un libéralisme pur et dur. Les principaux points de vue divergents ont été conservés dans les conclusions.

Quels sont les résultats de cette expérience?

J.L. : Le rapport final comprend des remises en cause des positions dominantes sur le commerce international, sur les biotechnologies et sur le modèle de développement appliqué à l’agriculture ces cinquante dernières années. Dans une expertise internationale, c’est une première. Il reconnaît aussi la nécessité de prendre en compte les multiples fonctions de l’agriculture. Ce changement de paradigme est loin d’être neutre. Dans les discussions politiques internationales, on peut désormais parler de multifonctionnalité de l’agriculture. Pour faire suite à ces travaux qui invitent à replacer l’agriculture au coeur du développement, une nouvelle initiative, l’Observatoire des agricultures du monde (OAM) va être créé sous l’impulsion conjointe du Cirad et de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Ce dispositif de suivi des agricultures s’appuiera sur un réseau d’observatoires à travers le monde. Il constituera un espace de production et d’accumulation de connaissances et un lieu de réflexion et de débats pour une meilleure connaissance des agricultures et de leurs dynamiques et ainsi permettre le renforcement des capacités des populations agricoles.

(1) Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles pour le développement. En savoir plus : www.agassessment.org.
(2) Jacques Loyat est l’auteur du chapitre « Option pour l’action » du rapport Amérique du Nord et Europe de l’IAASTD.

Mots-clés

évaluation participative, évaluation, agriculture, technologie, science et technologie, technique agricole, science, recherche et développement

dossier

Sciences et Démocratie : un mariage de raison ?

Commentaire

Propos recueillis par Fabrice Bugnot, journaliste

Source

Altermondes, Sciences et démocratie : un mariage de raison ?, numéro spécial Juin 2011, 50p.

Altermondes (Revue trimestrielle de solidarité internationale) - 14 passage Dubail, 75010 Paris, FRANCE - Tél. : 01 44 72 89 72 - Fax : 01 44 72 06 84 - France - www.altermondes.org - altermondes (@) altermondes.org

contact plan du site mentions légales