español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

« Main basse sur la planète »: les fausses solutions aux problèmes climatiques dévoilées

10-2011

En vue du sommet des Nations-Unies Rio+20 (juin 2012) et de la Conférence des Parties à Durban qui s’est tenu en novembre 2011, le nouveau livre d’ETC Group révèle que « des grandes entreprises qui profitent du changement climatique en le dissimulant au public ».

Les préparatifs de la conférence de Rio +20 pendant laquelle se jouera la survie de l’Homme s’intensifient. Le 1er novembre 2011 est la date limite des contributions officielles pour l’avant-projet mais pendant les sept prochains mois, les décideurs et les militants vont devoir mettre la main sur les faits.

Earth Grab – la Géopiraterie, les nouveaux Maîtres de la biomasse et la capture des gènes climatiques– l’essentiel des sciences climatiques de pointes en langage courant - a été publié la semaine dernière (le 27 octobre 2011). Les auteurs y révèlent des informations sur les grandes compagnies qui profitent du changement climatique en le dissimulant au public.

« Earth Grab » analyse la façon dont les gouvernements occidentaux et les grandes entreprises utilisent de manière cynique les questions portant sur la crise écologique et climatique en proposant des réponses rapides par la géoingénierie. Celles-ci risquent de ravager l’écosystème engendrant des conséquences désastreuses pour les populations du Sud. Alors que des voix pronant une économie plus « verte » s’élèvent de plus en plus et que les prix du pétrole montent en flèche les entreprises cherchent à passer de la production d’énergie basée sur le pétrole à la production d’énergie d’origine végétale.

Les auteurs exposent certaines vérités à l’origine de l’exploitation de la biomasse qui s’avère être loin de la solution aux problèmes environnementaux comme beaucoup le prétende. Une économie de biomasse basée sur l’utilisation des technologies du gêne pour reprogrammer des organismes vivants à l’image des usines microbiennes facilitera la liquidation des écosystèmes. Cela représente une attaque dévastatrice à l’encontre des populations et des cultures du Sud, accélérant une vague d’accaparement des terres de plus en plus courantes en Afrique, en Asie et en Amérique Latine.

Le livre démontre la manière dont les plus grands groupes mondiaux de l’agro-industrie dépensent des milliards de dollars et réclament des brevets sur ce qu’ils prétendent être des « cultures adaptées au changement climatique ». Loin d’aider les agriculteurs à s’adapter au réchauffement planétaire (Certains d’entre eux savent déjà faire face), ces cultures permettront à l’agriculture industrielle d’étendre les plantations en monoculture sur des terres actuellement cultivées par des paysans pauvres. Elles ne représentent pas une solution contre la progression de la faim dans le monde, elles ne feront que nourrir les profits des actionnaires.

L’éminente écologiste Vandana Shiva, fondatrice de la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et l’écologie écrit dans la préface que cette recherche “lève le voile sur des technologiques inquiétantes et sur les tendances des entreprises qui remodèlent notre monde et deviendront un enjeu crucial pour la société civile dans les prochaines années”.

Le livre a déjà attiré l’attention de l’écrivain Naomi Klein qui écrit que « ce livre fondamental dévoile… une recherche indispensable pour ceux qui ont les yeux grands ouverts ». Le militant Georges Monbiot ajoute que l’examen de « ces trois questions cruciales qui viendront occuper principalement les débats sur les droits de l’homme et les droits environnementaux dans les années à venir fontt de ce livre un outil essentiel pour quiconque tente de faire face aux temps. »

Mots-clés

science et technologie, technologie et environnement, multinationale, changement climatique

dossier

Retours sur la COP 17- Changement climatique et luttes populaires

Commentaire

La traduction a été réalisée par Carole D’autriche, traductrice bénévole de Ritimo

L’article est disponible en anglais ‘Earth Grab’: False climate solutions exposed

Notes

« Earth Grab - Geopiracy, the New Biomassters and Capturing Climate Genes » a été écrit par le Groupe ETC reconnu pour ses recherches sur les biotechnologies, la phytogénétique, la biodiversité et pour son analyse des conséquences des nouvelles technologies pour les entreprises et les êtres humains.

Pambazuka News (Voix pan-africaine pour la liberté et la justice) - Fahamu SA & Fahamu Trust, 2ème étage, Rue Cornmarket, Oxford OX13HA, Grande-Bretagne. - Afrique - www.fahamu.org ; www.pambazuka.org

contact plan du site mentions légales