español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Remetre l’économie à sa place

Gérer les ressources

04 / 2012

1. Quels sont les types de ressources identifiées ?

a. Il y a d’abord les ressources ‘naturelles’ qui sont à gérer, à préserver tels que les forêts, l’eau et les sources d’énergie.

b. L’espace est considéré comme une ressource qui nécessite de créer une harmonisation entre les divers espaces ou les divers usages de l’espace (espace bâti – espace vert – espace collectif – etc.)

c. Les déchets sont une ressource à la frontière du marchand et qui dès lors nécessite un autre traitement. Le recyclage implique une autre économie au sein de nos sociétés, une autre économie dont les formes sont à inventer. Citons l’exemple de Nitrawal (en Belgique) où le troc est instauré entre fermiers qui produisent ou ont besoin de nitrates.

d. L’humain est aussi considéré comme une ressource, aussi importante que les ressources matérielles d’un projet. Il apporte son savoir et son savoir-faire. Mais sa simple présence ‘participative’ peut être considérée comme une ressource. Certaines expériences (comme celle de la plateforme DESC au Cameroun) mettent le doigt sur les limites des sphères marchandes et non marchandes de la participation humaine : entre l’engagement non marchand et la prestation de service du secteur marchand.

2. La limite entre sphère marchande et non marchande est loin d’être étanche : de nombreuses fiches montrent le flou entre ces deux sphères. Un exemple fort est celui du logement qui, à l’évidence se situe au départ dans la sphère marchande (marché immobilier dans un contexte d’offre et de demande), s’oriente vers la sphère non marchande dans la mesure où le logement n’est pas une ressource quelconque, mais est lié à la notion de droit : le droit au logement. Une ressource considérée comme un droit sortirait donc de la sphère marchande pour aboutir dans la sphère non marchande.

3. Comment gérer les ressources ?

a. Tout d’abord, de nombreuses fiches insistent sur l’importance de la gestion collective pour tout une série de biens. C’est ce que pense les Belges concernant le développement durable (Agenda21 locaux), mais aussi les Congolais pour ce qui est de la gestion des déchets dans la ville de Lubumbashi ou encore les Camerounais dans leur expérience d’énergie durable.

b. La notion de partage des ressources est aussi mise en avant. Ce partage se réalise dans la sphère des ressources matérielles, mais aussi immatérielles. C’est l’exemple de la mutualisation du risque dans le cas des mutuelles de santé au Cameroun.

c. Les ressources locales sont à privilégier dans une perspective de développement durable.

d. Il est important de partie de l’existant, d’utiliser les ressources existantes plutôt que de repartir de zéro dans un projet. Les ressources économiques ‘nouvelles’ sont à coupler aux ressources économiques déjà existantes, au risque de voir que le projet ne tient pas la route. Cette question est un principe de bonne gouvernance selon les auteurs de la fiche au Cameroun sur les contrats de ville.

e. Il est très important de lutter contre le détournement des ressources, y compris lorsqu’il s’agit de fonds de développement destinés à des projets locaux.

f. Enfin, une expérience signale qu’une ressource peut en cacher une autre : la bonne gestion d’une ressource (curage des rivières) permet d’en préserver une autre (terres au Congo). Il faut donc réfléchir la gestion des ressources de manière systémique.

Gérer les ressources : l’espace bâti et les ressources naturelles

ASSOAL (Association des Amoureux du Livre) - B. P. 5268 Yaoundé, CAMEROUN - Tél: (237)220.10.12 / 994.79.53 / 986.3016 - Cameroun - www.assoal.org - assoal (@) netcourrier.com

Habitat et Participation - Place des peintres 1/004, 1348 Louvain-La-Neuve, BELGIQUE - Tél. (32) 10 45 06 04 - Fax (32) 10 45 65 64 - Belgique - www.habitat-participation.be - hep (@) tvcablenet.be

contact plan du site mentions légales