español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le réseau RACINE

Appui à la capitalisation des innovations européennes

Claire FAUVINET

1993

RACINE est un réseau d’appui de capitalisation des innovations européennes, mis en place en 1988-89 par le Ministère du Travail avec l’aval de la Commission des Communautés Européennes, chaque entité assumant 50 % du financement. Ce réseau n’a aucun lien avec l’association "Racines" (Réseau d’Accompagnement de Créations et Initiatives femmes avec une Nouvelle Epargne de Solidarité), qui propose un appui technique et des outils financiers aux femmes créatrices d’entreprises.

Cet organisme, qui assure l’interface entre les instances et institution communautaires et les opérateurs français, mène deux types d’actions transnationales: des Programmes d’action (PETRA, IRCS)et des Programmes d’Initiatives Communautaires (PIC).

Les PIC émanent directement du Fonds Social Européen (FSE)et doivent répondre à deux conditions : être financés par les pouvoirs nationaux et le FSE, mais surtout établir un partenariat européen. Un de ces PIC, appelés HORIZON, concerne les publics défavorisés et comprend trois types de projets. Le premier s’occupe de former des formateurs, des agents de développement, des médiateurs. Un second est tourné plus spécialement vers la formation ayant trait aux dispositifs de droits communs. Le dernier, enfin, à travers trois types de projets, pratique l’insertion par l’économique. On peut citer ainsi les projets de création d’activités nouvelles (avec outils d’épargne et placements à risque et toujours le souci de préserver un travail à durée indéterminée pour les travailleurs), et les entreprises et associations intermédiaires (régies de quartier, ateliers de production).

Dans tous ces projets, la notion de partenariat est très importante, même si le type de partenariat diffère selon les projets. Un projet de formation donnera lieu à un partenariat plutôt bilatéral, avec transfert d’outils, de méthodologie et d’échanges de jeunes : l’intérêt étant l’amélioration du cursus avec une expérience à l’étranger. Dans un consortium d’organismes, la confrontation d’approches d’un problème et les transferts se feront de manière mutilatérale. Ainsi, il existe un consortium d’organismes pour la création d’activités qui s’est constitué sous la forme d’un GEIE (Groupe Européen d’Intérêts Economiques). Dans ce cas, la réflexion porte sur la création d’activités et l’exclusion, mais aussi sur les moyens de lutte mis en oeuvre.

Quatre projets français travaillent dans ce consortium :

*un organisme de conseils et de montage de projets pour l’auto-emploi à l’aide de prêts, avec aussi suivi et parrainage;

*une association de chômeurs qui a monté une entreprise de récupération (encore très précaire);

*un organisme faisant de la mobilisation sur des placements à risque en banlieue parisienne et en Guadeloupe;

*et, enfin, un organisme du Nord qui travaille dans le textile et l’habillement et qui est aussi le pilote des quatre projets. Ce consortium regroupe aussi des organismes des Baléares, des Canaries, du Portugal, de l’Italie et de l’Angleterre. Ce dernier, appelé "Shophousing", est un organisme de logement dont l’optique se résume en trois mots ; formation-emploi-logement, et qui gère un parc immobilier très important. Il crée environ 100 emplois/an pour des publics en difficulté.

Ce partenariat a permis à l’organisme anglais de découvrir l’expérience du FJT (Foyer de Jeunes Travailleurs)et de présenter un projet du même type en Angleterre qui a obtenu un prix de 10 millions de FF.

Cependant, ce partenariat multilatéral donne lieu à diverses difficultés, au niveau linguistique d’abord, sur les concepts, la terminologie, et puis au niveau du temps de préparation (6 mois à temps plein)des contrats en cas d’échanges, du financement. De plus, il existe un décalage entre Nord et Sud : les pays du Nord sont en général beaucoup plus "technicistes", alors que ceux du Sud sont davantage militants, innovateurs et moins institutionnalisés. Mais la confrontation est intéressante.

Le programme HORIZON devient un critère pour le partenariat. Cependant, même si beaucoup de réseaux se sont constitués, peu d’entre eux ont une forme juridique (excepté le GEIE, en France).

Mots-clés

insertion professionnelle, projet de développement, innovation sociale, interdépendance culturelle, rôle de l’Etat, formation, création d’entreprise, insertion sociale, relations micro macro, création d’activité


, France

Notes

Fiche extraite du compte rendu de Serge MAIGNE sur les "Assises Européennes de l’Insertion par l’Economique", organisées par le CJDES (Centre des Jeunes Dirigeants de l’Economie Sociale), et "Le Monde", novembre 1992. Intervention de Marie-Christine PALICOT.

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

MAIGNE, Serge, CEDAL FRANCE=CENTRE D'ETUDE DU DEVELOPPEMENT EN AMERIQUE LATINE

CEDAL FRANCE (Centre d’Etude du Développement en Amérique Latine) - France - cedal (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales