español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Une approche méthodologique pour l’étude des programmes de crédit rural

Le cas de la Fundacion de Apoyo al Desarrollo -FADES-, en Bolivie

Dominique LESAFFRE

09 / 1993

Il y a en Bolivie au moins 150 associations de production qui travaillent avec FADES qui dispose d’un fonds rotatif pour le crédit rural. Au début, personne ne pensait que les associations paysannes puissent avoir les capacités d’élaborer des projets et on proposa de les aider. Mais cette idée fut rapidement mise de côté puisque du fait de leur capacité interne de formulation, ces associations n’eurent aucune difficulté à présenter leurs programmes.

FADES a cependant conçu son approche d’appréciation des besoins de crédit rural : après la présentation du projet, FADES en évalue la consistance. Il s’intéresse à ses aspects techniques (terres adéquates, bétail existant), économique et financier (rentabilité suffisante, endettement raisonnable de l’organisation demandeuse)et commmercial. Le projet reçoit alors des notes selon ces critères mais aussi en fonction de la participation féminine et du respect de l’environnement. Cette phase d’évaluation établit le degré d’engagement des bénéficiaires dans le projet et vérifie si la décision d’endettement peut-être pleinement assumée par les membres. L’évaluateur de FADES se rend alors sur les lieux de l’organisation et pose des questions pointues sur le projet proposé. Si le groupe demandeur lui-même y répond, dans l’intervention de techniciens ou de coopérants étrangers par exemple, l’évaluation est favorable.

Vient ensuite l’assistance technique que FADES n’assure pas, reconnaissant pourtant son caractère essentiel, mais il ne veut pas être juge et partie dans l’éxécution des projets et n’est pas apte à encaisser les crédits. Cependant, lorsqu’un projet a franchi toutes les étapes préliminaires, FADES met en contact le groupe demandeur avec des conseillers techniques, car FADES travaille en réseau avec d’autres organisations en Bolivie.

L’acceptation ou le refus d’un projet est pris par un comité de crédit de FADES. Ce comité, composé de représentants d’organismes de coopération internationale, du gouvernement bolivien et des membres de FADES, est aussi chargé de déterminer les problèmes, les objectifs et les conditions à respecter pour le projet.

Dès approbation par le comité, FADES met en place des contrats et effectue les paiements en respectants les échéances prévues. La supervision du crédit est effectuée grâce à un rapport du bénéficiaire sur l’utilisation des fonds, une visite des évaluateurs de FADES et la co-responsabilité de l’assistance technique. le remboursement des crédits et le paiement des intérêts sont effectués directement par le bénéficiaire sur le compte de FADES.

FADES contribue, malgré ces préparations, de faire face à certaines difficultés : ainsi l’assistance technique prend souvent en charge la comptabilité, réduisant à néant le développement auto-gestionnaire du groupe. De même, en Bolivie, les banques n’ont pas de succursales, créant des difficultés aux paysans pour faire arriver leurs remboursements sur le compte de FADES. En conséquence, ce dernier rencontre des problèmes pour savoir assez tôt si un groupe a remboursé ou non à temps. FADES donne donce un délai de 30 jours. Il est à noter que les retards n’ont jamais dépassé 5% du total des volumes prêtés.

Mots-clés

crédit rural, garantie bancaire, méthodologie, commercialisation, évaluation, planification, organisation paysanne, financement alternatif


, Bolivie

Commentaire

Même en ayant grandi, FADES reste une petite institution dont le rôle n’est pas d’apporter des solutions d’ensemble au problème du développement de la production en Bolivie, ni à celui de l’accès au crédit pour les petits producteurs. Sa fonction est bien plus de contribuer à la recherche d’alternatives face à ces deux problèmes. C’est précisément pour cela que la systématisation des expériences et l’évaluation de l’impact est importante.

Notes

Compte-rendu, publié sous le titre : "Le financement alternatif : le cas des micro entreprises et des associations de producteurs des pays andins", d’un séminaire qui a eu lieu à Quito, Equateur, en octobre 92.

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

BALDIVIA, José, RAFAD=RECHERCHES ET APPLICATIONS DE FINANCEMENTS ALTERNATIFS AU DEVELOPPEMENT; SOS FAIM, SOS FAIM, 1993/10 (Belgique)

RAFAD (Recherches et Applications de Financements Alternatifs au Développement) - 1 rue de Varembé, P.O. Box 117, 1211 Genève 20, SUISSE - Tel (19) 41 22 733 50 73 - Fax (19) 41 22 734 70 83. - Suisse - www.rafad.org - info (@) rafad.org

contact plan du site mentions légales