español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Quand les organisations agricoles deviennent rurales

L’exemple de la SAFER en Aveyron

Betty WAMPFLER

05 / 1994

Les SAFER (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural), créées en 196O pour assurer la restructuration foncière des exploitations agricoles en voie de modernisation, sont des sociétés anonymes à but non lucratif, majoritairement administrées par les organisations professionnelles agricoles.

La décennie 70 fut une période d’opulence pour les SAFER. Le marché du foncier était actif; l’acquisition du foncier agricole était finoncée par des prêts tonifiés (à 3 %)par l’Etat. La forte demande en terres et le prix du foncier croissant permettaient aux SAFER de faire des bénéfices conséquents sur les transactions réalisées et d’assurer un stockage des terres pendant une longue durée sans risque de dévaluation, cette forme de restructuration foncière demandant du temps pour aboutir. Les SAFER ont eu ainsi jusqu’à 170 000 ha en "portefeuille" en 1978.

Avec la crise agricole des années 8O, la chute des prix du foncier a entraîné une dévaluation forte des stocks de terre accumulés par les SAFER. Par ailleurs, les coûts de gestion s’alourdissaient, et l’accès au foncier devenait de plus en plus cher (les prêts étant de moins en moins bonifiés). Certaines SAFER se retrouvèrent en situation financière difficile et la politique de l’organisme évolua résolument vers une logique d’entreprise. La restructuration agricole reste un objectif majoritaire, mais chaque SAFER devant s’autofinancer, elles ont réduit leurs stocks de terre, et n’achètent plus que lorsqu’elles sont certaines de revendre dans le cadre d’opérations en cours.

Parallèlement, elles ont cherché à adapter leu(rs activités à l’évolution du monde rural en devenant des opérateurs actifs en matière d’aménagement de l’espace. En août 1993 un décret a entériné cette évolution en "habilitant les SAFER comme prestataire de services des collectivités territoriales et comme opérateur pour "dynamiser et revitaliser les campagnes".

En Aveyron, la SAFER a expérimenté depuis quelques années déjà ces nouvelles activités.

Sa vocation d’animateur du milieu rural s’est construite sur différents projets d’entreprises rurales qu’elle a contribué à installer dans des zones de dévitalisation agricole. Ainsi, elle a accompagné l’installation dans une ferme du Sud Aveyron d’un couple d’Anglais qui souhaitait faire de l’accueil linguistique avec un support d’exploitation agricole. Dans la même région, elle a favorisé l’installation d’une jeune vétérinaire qui voulait ouvrir une clinique pour chevaux. Toujours dans le Sud Aveyron, elle s’est occupée de l’installation d’une jeune femme professeur de danse qui propose dans une ferme rénovée, des stages de danse "verts" et qui travaille déjà en liaison étroite avec une ferme-auberge et des tables d’hôtes locales...

Le rôle que la SAFER s’est donnée dans ce type de projet, est d’assurer l’interface entre le candidat et le milieu d’accueil : résoudre très concrètement les problèmes de foncier, de bâtiments (ce qui est sa vocation initiale)et de droits à produire (ce qui est problème plus récent), mais surtout, présenter le candidat à l’installation au milieu d’accueil, lui fournir une caution institutionnelle, face à ce milieu qui est souvent méfiant face à l’étranger et à l’innovation. Sur le long terme, la SAFER souhaite travailler à la sensibilisation du milieu agricole à une nécessaire ouverture sur l’extérieur.

Un autre aspect des nouvelles activités est la prestation de services pour les collectivités territoriales pour tout ce qui engage le foncier : création de zones artisanales, de déviations routières, de passages d’autoroutes ... Ainsi le passage en Aveyron de l’autoroute A 75 fournit-il à la SAFER plusieurs chantiers de restructuration foncière dans lesquels la maîtrise du foncier devrait permettre la mise en oeuvre d’un programme de développement rural intégrant les diverses activités rurales (agriculture, artisanat, PME...), les préoccupations d’urganismes, de dévitalisation de petites communes...

Mots-clés

développement local, organisation paysanne, développement rural, milieu rural


, France, Aveyron

Commentaire

L’évolution des SAFER est représentative de l’ouverture de nombreux organismes de service, à l’origine strictement agricoles, vers les activités rurales. Le Crédit agricole, les assurances agricoles, ont ouvert la voie au début des années 8O.

L’originalité de l’évolution des SAFER réside dans le fait qu’en se donnant _une vocation d’animation rurale, (soutenue par un statut adapté et une logistique satisfaisante), elles occupent ainsi le "vide" qui existe entre le monde agricole et les instances qui s’occupent de développement local (élus, collectivités territoriales, associations ...)

Source

Entretien

ENSAM (Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie de Montpellier) - L’ENSAM fait partie depuis janvier 2007 de Montpellier SupAgro qui est née de la fusion de 4 établissements : ENSAM, Centre national d’études agronomiques des régions chaudes (CNEARC), Département industries agroalimentaires régions chaudes de l’École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires (ENSIA-SIARC) et Centre d’expérimentations pédagogiques de Florac (CEP Florac). 2 place Pierre Viala, 34060 Montpellier Cedex 1, FRANCE - Tél. 33 (0)4 99 61 22 00 - Fax 33 (0)4 99 61 29 00 - France - www.agro-montpellier.fr - contact (@) supagro.inra.fr

contact plan du site mentions légales