español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

De la prise en charge d’une radio rurale par des associations villageoises

Le cas de la radio rurale de Kayes au Mali

David GAKUNZI

04 / 1993

La radio rurale de Kayes a été la première radio rurale, autonome et régionale habilitée à émettre au Mali, parallèlement à la radio nationale. Créée en 1986, la radio rurale de Kayes est née de l’idée de faire une radio de développement en langue régionale qui puisse appuyer le travail de développement des associations villageoises et donner la parole aux paysans des cercles de Kayes et de Yelimane. Outil de communication moderne, cette radio devait servir aussi de moyen de désenclavement des 400 villages que comptent ces deux cercles. Etant donné l’état des voies de communication, l’accès à ces villages est difficile. Durant la saison de pluie certains de ces villages sont pratiquement inaccessibles. Produites sur le terrain, les émissions de cette radio couvrent des domaines aussi diverses que l’histoire et la culture de la région (histoire orale, documents et témoignage historique, récits, légendes, chants, musique), l’alphabétisation de base et fonctionnelle (ayant un double objectif : soutenir l’auto-identification culturelle et augmenter les capacités de gestion au niveau social), la santé et la prévention sanitaire (pathologies les plus courantes, programmes de vaccination, protection maternelle et infantile, alimentation et hygiène, thérapie traditionnelle), la production agricole (techniques de production pour les différentes cultures pluviales et irriguées, calendrier agricole, protection des cultures, expérimentation de nouvelles cultures, gestion des structures), conservation et transformation des produits alimentaires (techniques traditionnelles et innovations praticables), agro-boisement (reboisement, introduction de nouvelles espèces productives, protection des cultures forestières), la production artisanale (soutien à des productions traditionnelles et diffusion). Pour démarrer ces émissions en Février 1987, la radio a bénéficié de l’appui financier de la coopération italienne. A l’époque le gouvernement italien, secoué par l’ampleur de la famine en Ethiopie, avait décidé de débloquer, du jour au lendemain, des millions de dollars pour la coopération avec l’Afrique. Trois ans plus tard, avec les changements dans les pays de l’Est, la coopération italienne va se recentrer sur ces pays, au détriment des pays d’Afrique. Ainsi, du jour au lendemain, la section Afrique de la coopération italienne va se retrouver sans un sou. Aussi, quand en février 1989, le gouvernement malien suite au succès de la radio auprès des populations rurales, va soumettre au gouvernement italien une requête de financement relative à la prolongation du volet Radio rurale, la réponse va se faire attendre. Pour permettre à la radio de continuer à émettre, GAO, l’ONG italienne chargée de la gestion du projet va investir ses propres ressources. Jusqu’au mois d’août 1989. Puis pour éviter que la radio cesse d’émettre, les associations villageoises de la région vont se mobiliser. Elles vont mettre sur pied un comité de gestion de la radio et s’engager à cotiser chacune 2000 FF par mois pour faire fonctionner la radio. Le comité de gestion va obtenir des pouvoirs publics le maintien à la radio de trois techniciens de la Radio télévision malienne pour assurer la maintenance technique, la prise en charge des frais de téléphone par le ministère de l’information et ceux d’électricité par le gouvernement régional. GAO, elle, mettant à la disposition du comité de gestion les infrastructures de la radio. Trois ans après ce premier arrangement, la prise en charge totale de cette radio par les associations villageoises se précise. Une association loi 1901 vient de se créer. Progressivement elle doit reprendre la radio en lieu et place de GAO. Juridiquement et financièrement elle sera la seule responsable et propriétaire de la radio d’ici 1994. Ce qui ferait de la Radio rurale de Kayes la première radio africaine à 100% rurale. C’est à dire une radio dans laquelle les populations rurales interviennent de la conception des émissions à leur production, en passant par la gestion financière de la radio.

Mots-clés

changement culturel, démocratie, histoire du développement, identité culturelle, interdépendance culturelle, participation populaire, innovation, radio, savoir traditionnel, semence, tradition et modernité, transfert de connaissances


, Mali, Kayes

Commentaire

Les radio rurales en Afrique n’ont presque toujours de rural que le nom. Elles sont la plupart du temps des sections des radios nationales avec des programmes conçus et produits par des citadins pour les ruraux. La Radio rurale de Kayes estla première réellement rurale non seulement au Mali mais aussi en Afrique. Non seulement parce qu’ elle donne la parole aux ruraux mais en plus parce qu’ils sont impliqués dans sa gestion. Cette responsabilisation des ruraux est le facteur essentiel qui explique leur mobilisation pour éviter la fermeture de cette radio.

Source

Entretien

GAKUNZI, David

contact plan du site mentions légales