español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Susceptible de prévenir certaines formes de cancer, un vaccin expérimental contre l’infection par le virus d’Epstein-Barr a été mis au point en Grande-Bretagne

Annie BOUGUERRA

02 / 1993

Le Centre britannique de recherche contre le cancer a annoncé le 25 janvier 1993 qu’un vaccin expérimental pour lutter contre le virus d’Epstein-Barr (EBV)venait d’être mis au point. L’expérimentation au laboratoire étant terminée, des tests vont être effectués sur une vingtaine de volontaires. S’ils se révèlent concluants, ce vaccin pourrait permettre de prévenir l’apparition de certains formes de cancers particulièrement fréquents en Asie et en Afrique. En effet, on estime aujourd’hui que 20% des cancers ont pour origine un virus. L’un des quatre identifiés est l’EBV.

Si, dans les pays industrialisés, l’EBV est à l’origine de la mononucléose infectieuse, maladie de l’enfance ou de l’adolescence, à guérison rapide et qui confère une immunité durable contre l’infection virale, l’évolution n’est pas la même dans certains pays d’Asie ou d’Afrique où l’on voit se développer, plusieurs années après l’infection, des processus cancéreux touchant soit le système lymphatique (lymphome de Burkitt)soit le naso-pharynx. Ce vaccin est l’aboutissement de 25 années de recherches et, s’il se révèle efficace, "il pourrait s’écouler une dizaine d’années avant que nous puissions clairement montrer qu’il empêche le développement du cancer".

Mots-clés

vaccination, santé publique


, Royaume-Uni, Afrique, Asie

Commentaire

La mise au point d’un vaccin contre l’EBV pourrait constituer un pas important dans la prévention des lymphomes de Burkitt et des cancers du naso-pharynx en Asie et en Afrique. Dans les années 70, la mise au point, en France, d’un vaccin contre l’hépatite B avait permis de démarrer une action de prévention du cancer primitif du foie dans les régions tropicales. Le vaccin était très cher, mais l’OMS l’a fabriqué à Amsterdam à un prix très bas et l’a largement diffusé. Si le vaccin contre l’EBV tient ses promesses, espérons que l’OMS agira comme elle l’a fait pour celui contre l’hépatite B puisque les pays qui en auront le plus besoin n’auront peut-être pas les moyens de se le procurer. Notons que, pour une fois, le Nord a mis au point un vaccin qui sera essentiellement utile au Sud! Il y a lieu de s’en réjouir.

Source

Articles et dossiers

ZECCHINI, Laurent in. LE MONDE, 1993/01/27 (France)

contact plan du site mentions légales