español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Journées d’Etude sur les conditionnalités du Sud - 1

Les processus de négociation de la coopération Nord-Sud, le cas de la vallée du Fleuve Sénégal

Pierre KREMER

08 / 1994

1. DESCRIPTIF DE L’ACTION

CADRE : Faisant suite à un appel lancé par les organisations paysannes sénégalaises ("Appel de la Vallée", avril 1992)et dans le cadre d’une réflexion sur les difficultés à appréhender les priorités des populations dans les opérations de coopération internationale, des Journées internationales d’étude sur les conditionnalités du Sud (s’appuyant sur une région précise)ont été organisées. Les Journées ont réuni une importante délégation africaine et des acteurs d’horizons variés engagés dans la coopération internationale dans la région ciblée. Elles se sont articulées autour de deux séances publiques et de deux jours de séminaire sur invitation, avec traduction simultanée (pulaar, soninké, français).

PUBLIC CIBLE : L’ensemble des acteurs, locaux et extérieurs, intervenant dans la région : associations paysannes et ONG africaines, associations d’immigrés, ONG et réseaux français et européens, chercheurs, représentants de la coopération territoriale et fonctionnaire de la coopération internationale (à titre individuel).

OBJECTIFS : Ouvrir un espace de dialogue pluriel entre acteurs de la coopération sur la zone. Permettre l’expression des paysans africains. Décloisonner les partenaires africains entre eux. Nourrir la réflexion sur les conditionnalités du Sud.

MOYENS : Démarrage de la préparation en juillet 1993 (constitution de l’équipe de suivi, proposition de l’activité à plusieurs organisations paysannes et ONG africaines). Deux missions préparatoires au Mali et au Sénégal. Invitations ciblées et affichage dans les universités. Réalisation d’un dossier de presse. Prise-en-charge de 17 voyages et séjours d’Africains. Publication et diffusion d’un document de synthèse du séminaire (Synthèse de Massy, 100 exemplaires).

PARTENARIAT ET REPARTITION DES ROLES : L’organisation de la manifestation a été assurée par la Cimade. L’équipe de suivi, avant et après les Journées, était constituée de personnes désignées par la délégation africaine et de membres de la Cimade. Soutien apporté par de nombreuses ONG européennes (financement partiel de voyages pour les Africains et présence de représentants). Les exposés d’introduction par thèmes ont été faits par des personnes représentatives des différents milieux ciblés. L’Association pour la promotion du soninké et AKJPF (pulaar)ont assuré bénévolement la traduction simultanée. L’expression de la parole africaine a été systématiquement privilégiée.

2. EVALUATION ET MISE-EN-PERSPECTIVE

EVALUATION : Fort taux de présence des invités (plus de 200 personnes aux séances publiques et près de 70 au séminauire de Massy). Emergence d’un constat commun sur la région et les priorités, et identification de dysfonctionnements dans les mécanismes de coopération et des besoins en matière d’échanges d’informations. Utilité de la "Synthèse de Massy" (document bref, facile à faire circuler et à traduire).

CONDITIONS DE REUSSITE : Bonne diversité des publics-cibles (associations d’immigrés notamment)et large participation de la délégation africaine. Mise-en-relation d’organisations africaines qui ne se connaissaient pas ou très peu. Rôle très important de la traduction simultanée auprès des participants. Capacité de co-production en temps réèl à l’issue du séminaire ("Synthèse de Massy"). Intérêt des médias africains.

NATURE DES DIFFICULTES : Opération très coûteuse (170 000 FF, hors publications prévues et hors valorisation du bénévolat), complexe à organiser et exigeant beaucoup de temps. Part de l’écoute supérieure à celle du dialogue (problème de langage et non de langue). Absence d’analyses sur les mécanismes des coopérations bi- et multilatérale dans la région. Manque d’intérêt de la part des médias français.

ENSEIGNEMENTS : Ces Journées ont souligné : la nécessité de faire connaître les points de vue du Sud auprès de l’ensemble des acteurs et décideurs; le besoin évident d’une information réciproque Sud-Sud, Nord-Sud et Sud-Nord, notamment sur la situation dans les pays du bassin du fleuve Sénégal et sur les décisions et interventions des coopérations européenne et française; l’intérêt de travailler sur des régions précises pour avancer sur le thème des conditionnalités du Sud (réflexion et concertation).

PERSPECTIVES : Les organisations paysannes et les ONG africaines ont décidé de se rencontrer prochainement en Afrique pour poursuivre les échanges, décider d’un cadre de concertation, approfondire l’Appel de la vallée, diffuser les travaux du séminaire de Massy et mettre en place un programme d’action annuel. La Cimade a été chargée de monter un dispositif d’information.

Mots-clés

organisation paysanne, coopération internationale, coopération Nord Sud, ONG, paysan, relations Sud Sud


, France, Sénégal

Commentaire

Fiche réalisée sur la base du retour-questionnaire envoyé par Mme Pila SALLABERRY, Chargée des projets et Responsable de l’organisation des Journées d’étude à la Cimade.

Source

Enquête

SALABERRY, Pila, CIMADE=COMITE INTERMOUVEMENT D'AIDE AUX DEPLACES ET AUX REFUGIES (France)

CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) - 4 rue Jean Lantier, 75001 Paris, FRANCE - Tel 44 82 80 00 - Fax 01 44 82 81 43 - France - www.ccfd.asso.fr - webmaster (@) ccfd.asso.fr

contact plan du site mentions légales