español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les radios communautaires irlandaises sortent de l’ombre

Abrogation de la section 31 de la loi irlandaise sur la radiodiffusion

Louise BOIVIN

11 / 1994

L’année 1994 a débuté par des changements qui risquent de bouleverser considérablement le monde des radios communautaires irlandaises. En effet, le 19 janvier dernier, le gouvernement irlandais annonçait sa décision de ne pas renouveler la très controversée section 31 de la Loi Irlandaise sur la Radiodiffusion.

Cet article, instauré en 1971, interdisait l’accès aux ondes à plusieurs organisations d’opposition. Bien que certaines des organisations proscrites étaient des organisations clandestines ou carrément considérées hors-la-loi par les autorités, les principales critiques à l’endroit de la section 31 s’en prenaient au fait que cette mesure de censure s’appliquait également au Sinn Fein, un parti politique légalement enregistré. Quoique dans la République d’Irlande, le Sinn Fein ne bénéficie que d’un appui électoral très limité (0,2 % lors des dernières élections), la situation est toute autre en Irlande du Nord, où environ 40% de l’électorat est favorable à ce parti, faisant donc du Sinn Fein une voix importante.

Depuis de nombreuses années, les organisations de défense du droit à l’information soutenaient que l’article 31 privait le public d’informations importantes concernant la situation en Irlande du Nord. Selon de nombreux observateurs, cette législation avait également pour effet d’annuler l’indépendance éditoriale des média, en décidant a priori qui pouvait être interviewé.

C’est pour cette raison que la décision du gouvernement actuel d’annuler ladite section a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme et de soulagement.

Toutefois, étant donné que la plupart des journalistes irlandais n’ont jamais travaillé sans cette censure, un certain malaise a commencé à se faire sentir dans le milieu de la radiodiffusion. Il semble en effet difficile, pour de nombreux radiodiffuseurs, de décider de l’importance à accorder à cette question politique cruciale. D’un côté, certains craignent une trop grande prudence, conduisant à une auto-censure. D’autres ont pour leur part exprimé la crainte que le Sinn Fein soit présent en ondes nuit et jour, tentant ainsi de manipuler l’opinion publique.

Il reste à voir la façon dont les stations de radio assumeront la responsabilité qui leur a été dévolue, celle d’informer le public. Toutefois, le fait que la responsabilité et l’indépendance éditoriales aient été redonnées à ceux à qui elles reviennent de droit, c’est-à-dire les journalistes et les radiodiffuseurs, constitue sans contredit une occasion de se réjouir.

UNE NOUVELLE COMMISSION DE LA RADIODIFFUSION

Outre l’abrogation de la section 31, d’autres changements tout aussi importants ont eux aussi contribué au climat d’optimisme qui règne présentement chez les artisans des radios communautaires irlandaises. En effet, la négligence dont celles-ci ont été victimes depuis plusieurs années pourrait bien être chose du passé, étant donné qu’une nouvelle commission, comprenant des membres favorables au développement de la radio communautaire, vient tout juste d’être nommée. Sous la gouverne de la Commission précédente, 25 stations de radio possédaient une licence, dont quatre radios communautaires. L’élection d’une nouvelle commission pourrait faire en sorte que ce nombre s’accroîsse substantiellement.

Toutefois, l’octroi d’un plus grand nombre de licences aux radios communautaires, bien qu’ardemment souhaité par les artisans, pourrait créer de sérieux remous dans le monde de la radiodiffusion irlandaise. Incidemment, en vertu de la législation en vigueur, il n’existe pas de distinction formelle entre les radios communautaires et les radios commerciales, puisque celles-ci sont toutes regroupées sous l’appellation «indépendantes». Chacune d’entre elles est donc tenue d’assurer sa viabilité financière. En l’absence de financement public pour la radio communautaire, celle-ci doit donc se tourner vers les revenus de publicité, ce qui pourrait éventuellement susciter de fortes confrontations entre les deux secteurs, soudainement placés en compétition.

C’est dans ce contexte que le Ministre responsable de la législation et des politiques relatives à la radiodiffusion a récemment amorcé un processus de révision de celles-ci. Ce processus acquiert à ce stade-ci une importance particulière, dont l’enjeu principal réside dans la reconnaissance des différentes formes de radiodiffusion. Une telle reconnaissance permettrait en effet à la radio communautaire de solliciter des fonds publics pour son fonctionnement, évitant ainsi les conflits possibles avec le secteur commercial.

Mots-clés

droit, radio communautaire, censure, liberté d’information, opinion publique


, Irlande

Source

Articles et dossiers

RUDY, Mary, INTERADIO in. INTERADIO, 1994/01 (CANADA), Vol.6 No1

AMARC (Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires) - Sécrétariat international : 705 rue Bourget, bureau 100, Montréal, Québec, CANADA, H4C 2M6 - Tél : + 1-514 982-0351 - Fax : + 1-514 849-7129 - Canada - www.amarc.org - secretariat (@) si.amarc.org

contact plan du site mentions légales