español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’évolution -1982-1994- des méthodes d’un animateur externe

Bernard LECOMTE, Brigitte REY

03 / 1995

M.P.FALL a contribué à la fondation de 3 Unions locales de groupements Les extraits des entretiens montrent l’évolution de ses méthodes de travail.

1. Zone de Fumela (1982): "J’ai commencé à intervenir en tant qu’instituteur, en 1982. J’ai débuté en travaillant avec chaque village isolément. Il n’y avait donc pas un groupe d’animateurs. Il n’y avait pas de dynamique dans cette zone. Mon idée était qu’il fallait que cette population se prenne en charge, ait une conscience de son rôle, en ayant une vision claire du contexte, de la situation du Sénégal pour pouvoir prendre les décisions qu’il fallait en faveur de son propre intérêt. Il fallait sensibiliser les gens sur la situation économique, sur la nouvelle politique agricole, sur l’ajustement structurel. A cette époque, les problèmes de participation et les problèmes de démocratie n’étaient pas à la mode. Pour les gens, parler de cela lors de l’animation était "politique" et ils se méfiaient de l’approche.

Après 6 années, les leaders-paysans de plusieurs villages ont fondé une Union. Quand celle-ci a eu des difficultés, les groupements ont critiqué ma méthode. Ils ont dit qu’ils n’avaient pas eu assez d’informations et qu’ils ne se connaissaient pas assez pour faire le bon choix".

2. Zone de Tattaguine (1986): "Il existait dans cette zone, à cette date, de nombreux groupements d’origines variées. Je travaille surtout au niveau de rencontres entre les responsables des groupements et puis par des réunions entre les animateurs villageois. Il faut faire en sorte qu’il y ait au moins certaines personnes qui croient en la chose et qui vont entraîner l’ensemble de la population non pas en imposant des décisions et autres, mais avec des méthodes souples, en faisant en sorte que les gens réfléchissent. C’est notre méthode. Là, on prend du temps : 3 ans, 5 ans ! Pour certains leaders qui travaillent avec nous, c’est long aussi. On ne peut pas rassembler de suite tous ces gens. Il faut créer des groupes de 5-7 personnes dans les villages et commencer. Si cela réussit, les gens vont venir. Mais on ne peut pas rassembler l’ensemble des personnes au début. Et puis, il n’y a pas eu de gens qui disaient : "On n’a pas d’aide, tu ne nous intéresses pas".

Mots-clés

organisation paysanne, méthodologie


, Sénégal

Commentaire

En 1982, la mode de fonder des groupements paysans commençait à apparaître au Sénégal. En 1994, partout les groupements de toute sorte fleurissent. M.P.FALL montre l’évolution de ses méthodes d’animation pour tenir compte du changement de contexte durant la période 1982-1994. De promoteur, il devient évaluateur et enfin conseiller.

Notes

Entretien effectué par LECOMTE, Bernard.

Maïssa Pape FALL est un ancien instituteur qui a démissionné pour devenir animateur externe d’associations paysannes. De 1982 à 1994, il a contribué à la fondation de 3 Unions locales de groupements.

Source

Entretien

1994/10/00 (France)

GRAD (Groupe de Réalisations et d’Animations pour le Développement) - 228 rue du Manet, 74130 Bonneville, FRANCE - Tel 33(0)4 50 97 08 85 - Fax 33(0) 450 25 69 81 - France - www.grad-france.org - grad.fr (@) grad-france.org

contact plan du site mentions légales