español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Démocratie et développement : un regard transversal

Jean DESIGNE

03 / 1993

Approche (Association de Professionnels et de Chercheurs du Tiers Monde), Louvain-la-Neuve, s’est toujours efforcé de contribuer au déploiement d’un espace de dialogue entre chercheurs originaires des pays du Sud, le monde universitaire et le monde de la coopération internationale. En 1991, l’association a organisé trois tables rondes qui ont successivement analysé les rapports entre démocratie et développement à travers l’actualité en Afrique, en Amérique et en Asie. Le texte de Raúl González Meyer sur lequel porte cette fiche et dont le titre complet est « Un regard transversal sur démocratie et développement : entre non-concordance de fait et projet de renforcement mutuel, quels modèles de référence?", fait le bilan, la synthèse de ces trois tables rondes.

Démocratisations en cours, « en décollage » ou annoncées, forment dans toutes les régions abordées le panorama politique des dernières années. Les secousses contemporaines à l’Est ont non seulement aidé à ce que cela se produise, du moins dans certains cas (surtout africains), mais ont également et surtout mis en lumière ce qui serait le phare orientateur de ces processus : la référence se trouve en Occident.

Mais rien ne peut éluder, au nom de l’universel intouchable, que l’on soit malgré tout exigeant à l’égard des démocraties. Dans les pays du Sud, sans résultat dans le domaine socio-économique, elles risquent d’apparaître comme des constructions éthérées, comme des débats de constitutionnalistes, comme des articles de loi ou des mots pompeux, sans signification concrète pour le bien-être.

Mais la démocratie n’assure pas par elle-même le développement économique, ni en Asie, ni en Afrique, ni en Amérique Latine. Elle ne garantit pas ce qui a toujours été vu comme le pilier central de sa solidité. Ne se trouve-t-on pas dès lors face à une impossible démocratie ? Est-il possible de construire une démocratie sur la pauvreté ?

Ce raisonnement pessimiste semble se confirmer dans un phénomène historique : la stabilité démocratique occidentale s’est élevée sur le socle d’une longue période de croissance économique, accompagnée de fortes exclusions politiques. Un énorme « péché originel » est à la base de son actuelle légitimation.

C’est au moment où le système démocratique occidental s’érige en référence que l’exercice réel de la citoyenneté semble dans ces pays menacé voire étouffé par des agents ou des structures de pouvoir peu contrôlables par la société. Parmi ceux-ci, les agents économiques occupent une place de choix. L’économie paraît « décoller » de la politique et celle-ci paraît décoller de la société. Le résultat en est une citoyenneté mutilée.

Au milieu du brouillard que l’on rencontre lorsque l’on regarde l’avenir sous l’angle de la démocratie et du développement, une piste est cependant apparue : la société civile, dépositaire non pas d’une confiance excessive, mais pour le moins d’espérances, source d’un certain imaginaire face aux multiples barrières.

Par rapport à la démocratie, cette notion remplit l’énorme vide qui sépare l’Etat décentralisateur d’une citoyenneté aliénée et atomisée. Par rapport au développement, elle agit comme « troisième acteur » entre la planification démocratique et le marché ségrégateur. La société civile a été vue comme espace et agent de démocratie et de développment, non pas pour éliminer la nécessité des autres agents qu’elle côtoie, mais pour la réorienter en fonction des individus et des collectivités réels.

Certaines constatations isolées, mais communes à plusieurs pays, permettent d’alimenter ces convictions ou sentiments : l’extension d’une valorisation de la démocratie à des couches civiles élargies, en particulier à partir d’une sensibilisation aux droits de l’homme ; l’extension d’une capacité de stratégies et d’initiatives économiques populaires, qui expliquent en fin de compte la survie en temps de crise.

Mots-clés

paix et développement, droit, démocratie, développement économique, processus de démocratisation, exclusion politique, citoyenneté, société civile, pauvreté, droit et démocratie, analyse


, Asie, Afrique, Amérique Latine

dossier

Ébauche pour la construction d’un art de la paix : Penser la paix comme stratégie

Commentaire

Impossible de conclure à des relations bien établies entre démocratie et développement. Mais aspiration difficile et ouverte de concilier les deux termes dans nos histoires présentes et futures.

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

GONZALEZ MEYER Raúl, APPROCHE=Association de professionnels et chercheurs du Tiers Monde, {Démocratie et développement en Afrique, Amérique Latine et Asie : trois tables rondes organisées par Approche asbl}, APPROCHE, 1991/11 (Belgique)

Juristes Solidarités - Espace Comme vous Emoi, 5 rue de la Révolution, 93100 Montreuil, FRANCE - Tél. : 33 (0)1 48 51 39 91 - France - www.agirledroit.org/fr - jur-sol (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales