español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le Pecq (Yvelines) : quartier de l’Ermitage

L’exemple d’une procédure de réhabilitation

Paul DALMAS ALFONSI

12 / 1993

Dans la commune du Pecq -17 000 habitants en 1990-, les logements sociaux ne représentent pas plus de 20% du parc total. L’Ermitage, pour sa part, ce sont 86 logements en deux bâtiments des années 60. Son nouveau bailleur (Efidis)gère 23 000 logements, répartis sur une centaine de communes. Du fait de la proximité de Paris et d’une desserte satisfaisante, le taux de vacance à l’Ermitage est très faible. Une réhabilitation, en 1988, y est motivée par le retard en matière de grosses réparations : les immeubles n’ont pas fait l’objet de travaux d’amélioration depuis leur mise en service. Compte tenu de l’évolution de l’environnement et des exigences des locataires, plusieurs points faibles sont à traiter en priorité, 25 ans plus tard : isolation thermique et acoustique; qualité médiocre des halls d’entrée; sécurité des logements. Pour le bailleur, le programme des travaux est surtout axé sur les économies d’énergie, pour diminuer les charges et, surtout, réduire l’humidité et favoriser le confort. Les moyens financiers sont restreints. Il s’agit d’une action de contenu essentiellement technique au détriment de travaux d’amélioration de la vie quotidienne.

Les interventions, à hauteur de 50 000 F environ par logement, concernent donc très prioritairement l’isolation (70%)et pour une moindre part le chauffage (11%), les parties communes (14%)et le confort (5%). L’enveloppe financière est le résultat d’un montage qui associe l’Etat (fonds Palulos), le Gaz de France, la commune pour un prêt garanti et l’office sur des fonds propres. La procédure Palulos représente 20% du total (ce qui est le plafond de subventionnement). En fonction de cet accord, la Préfecture a obtenu l’attribution de 30% des logements contre 10% auparavant, tandis que la part de la commune a diminué de 90 à 70%. Pour les locataires, la baisse des charges de chauffage est notable (-35%), alors que la quittance totale s’accroit de 8% (loyer : +21%). Cette hausse est le plus souvent compensée par les Aides personnalisées au Logement (APL).

En ce qui concerne l’association des locataires à la démarche, l’absence d’une amicale a contraint de recourir, pour un accord collectif de location (une obligation légale), à un vote des résidents et d’obtenir une majorité positive. On a procédé à une enquête auprès d’eux tous pour recueillir leurs souhaits : 69% de réponses... 58% des participants se sont déclarés insatisfaits de leurs logements et 43% des immeubles. C’est là l’expression d’une volonté de rénovation à l’intérieur des appartements. A l’époque, Efidis ne le faisait pas, considérant que les locataires étaient à même de pratiquer les aménagements nécessaires, vu le faible montant des loyers. On est revenu, aujourd’hui, sur une telle attitude; les réhabilitations d’Efidis sont menées plus à fond (notamment pour les sanitaires). D’après une liste proposée par l’office, les gens de l’Ermitage se sont prononcés sur leurs priorités; le plus décisif a été, dans l’ordre : remplacement des portes-fenêtres par un double vitrage; isolation thermique; chauffage.

Après la réhabilitation, un questionnaire de satisfaction a été réalisé, visant entre autres à améliorer les opérations futures éventuelles. Le taux de participation -66%- montre que le bailleur a soutenu l’attention tout au long du processus; il n’y a pas eu de phénomène de désintérêt. 53% des résidents se sont déclarés "très satisfaits", 45% "plutôt satisfaits". Ils ont émis des réserves sur la qualité des finitions (peintures)et exprimé des voeux pour des travaux supplémentaires.

Prises de terre, réfection sanitaire, rampe d’accès, nettoyage des caves, renforcement de la sécurité (portes palières)et changement des portes de placards, etc. : on retrouve dans cette liste les souhaits initiaux d’intervention sur l’intérieur des logements...

Mots-clés

logement, logement social, réhabilitation de l’habitat, quartier urbain, concertation


, France, Yvelines, Le Pecq

Notes

Cette fiche a été réalisée dans le cadre de l’évaluation de la politique de réhabilitation du logement social, animée par la Direction de l’Habitat et de la Construction du Ministère de l’Equipement, du Logement et des Transports, Arche de la Défense, Paroi Sud, 92055 Paris-La Défense Cedex 04

Source

Littérature grise

DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT DES YVELINES (DDE 78); GROUPE LOCAL D'EVALUATION DE LA REHABILITATION DES YVELINES (France)

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales