español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le rôle de l’information et des journalistes dans les sociétés violentes en conflit

Ana Mercedes GOMEZ

10 / 1995

Analyser et dénoncer : la quête de la vérité

Lorsqu’il y a corruption, que les actions du gouvernement manquent de transparence et que les autorités ou des particuliers cherchent à dissimuler des événement pour tenter d’échapper à leurs responsabilités, la presse a un rôle à jouer, si elle est soucieuse d’oeuvrer pour le bien de la communauté et de se mettre à son service.

Prenons un exemple : un groupe de guérilleros était engagé, depuis l’an dernier, dans des pourparlers avec le gouvernement colombien. D’un commun accord, il avait été convenu de rassembler tous les guérilleros en un lieu donné et les autorités avaient assuré leur transfert en hélicoptère. Lors de cette opération, deux des responsables de la guérilla, chargés de la prise en charge d’un groupe, ont été tués par l’armée. Les autorités ont prétendu que les hommes étaient morts au combat.

Appuyés par la communauté, les dirigeants de la guérilla ont démenti catégoriquement cette version officielle, rappelant au passage que le gouvernement s’était engagé à respecter le sauf-conduit s’ils participaient aux pourparlers de paix. Le processus de paix paraissait fortement compromis et rien ne semblait pouvoir débloquer la situation. Plusieurs organisations civiles, dont notre journal, « El Colombiano », prirent alors la décision de lancer une enquête dont les conclusions n’étaient pas destinées à une publication immédiate mais devaient être remises au ministre de la Justice afin de clarifier la situation et de faire avancer le processus de paix. Après réception de notre rapport et un complément d’enquête, le gouvernement a fini par reconnaitre les faits : les chefs de la guérilla étaient bien morts assassinés par l’Armée.

Nous avons attendu la sortie du rapport préliminaire officiel avant de publier nos résultats et de les comparer à ceux des enquêteurs gouvernementaux. L’affaire est toujours en cours, mais le processus est sorti de l’impasse et un accord de paix a été conclu au mois d’avril dernier.

Le journaliste est la conscience morale de l’opinion publique et de la société civile. Il expose des faits susceptibles d’aider le public à accéder à la vérité. Il contraint ainsi les autorités politiques à la transparence. N’oublions jamais que la raison d’être du journaliste est la quête de la vérité. Il est en droit de dénoncer mais doit disposer de preuves irréfutables : c’est ainsi, notamment, qu’il aide à construire ou à renforcer la démocratie.

Le rôle éducatif du journalisme

On nous a toujours dit que le rôle du journalisme était d’abord d’informer et ensuite de distraire. La mission éducative est essentielle, surtout dans les sociétés malades ou celles en pleine reconstruction qui n’offrent pas à tous ses membres un accès àl’instruction.

Notre mission d’éducation est avant tout de délivrer un message et un leçon de tolérance : apprendre à vivre ensemble, à régler pacifiquement les conflits, à participer au processus de décision, à agir pour les droits de l’homme, pour la démocratie, pour le dialogue et la paix.

En 1989, ma ville, Medellin, se trouvait dans une très mauvaise passe. La violence et le terrorisme en étaient le lot quotidien. C’est alors que notre maire a lancé l’idée d’un dialogue, fondé sur le principe que notre drame était la conséquence de toute une série de facteurs pour lesquels tous les citoyens portaient une part de responsabilité.

Si nous étions tous responsables, c’était à nous, tous ensemble, de contribuer à l’effort de paix, de trouver par le dialogue le chemin d’une compréhension mutuelle et du pardon. Notre journal a soutenu cette initiative et s’est employé à promouvoir le dialogue en offrant aux citoyens la possibilité de s’exprimer. Nous avons cherché aussi à analyser les problèmes de notre communauté en lançant une série d’articles sur différents quartiers. Des articles ont été publiés sur les droits de l’homme, sur les racines de la violence et les moyens d’en venir à bout.

Correspondants de paix contre correspondants de guerre

Le journaliste se doit d’être toujours un correspondant de paix - même en temps de guerre. Cela ne signifie pas dissimuler l’existence de conflits, mais les présenter de manière à faire réfléchir. Ainsi mise en forme, l’information contribue à identifier les racines du conflit pour tenter de les résoudre. Le correspondant de paix ne cherche pas le sensationnel, et ne mange pas au râtelier de la presse à sensation. Ses titres et ses textes vont dans le sens de la démocratie, de la tolérance, du pardon,de la valeur de la vie, de la dignité humaine et d’une certaine maturité dans l’approche des différences et des contradictions.

Nous avons eu, et continuons encore, à rendre compte d’actes de terrorisme : de nombreux attentats à la voiture piégée ont eu lieu dans les rues de Medellin et nous avons publié ces informations, mais en évitant tout glissement vers le sensationnel (pas de photographies de cadavres ou de sang versé). En revanche, nous n’avons pas ménagé nos efforts pour conduire une réflexion sur les raisons tragiques qui ont conduit aux attentats, et mis l’accent sur le gâchis d’une guerre fratricide.

Liberté d’informer, liberté d’opinion et droit à l’information

La condition essentielle à l’exercice de ce type de journalisme d’investigation est l’indépendance. Nous devons être libres de tout risquer - l’amitié des puissants, notre prestige (trop souvent lié à notre proximité du pouvoir), et même notre vie.

Il y a deux ans, notre président de la République a parlé de guerre totale pour ramener la paix en Colombie. La plupart des médias ont approuvé la position présidentielle et se sont prononcés pour la guerre. Pour notre part, nous en avons dénoncé l’absurdité en faisant valoir que tout le monde serait perdant, en fin de compte. Le nouveau Président a désormais lui même ouvert la porte au dialogue.

Le rôle des mass-média est bien de véhiculer des idées et des idéaux qui en valent la peine et contribuent à bâti r un avenir meilleur.

Les médias sont garants d’un droit fondamental, le droit à l’information, qu’il convient d’exercer en toute liberté mais avec responsabilité. Le droit à l’information n’est pas l’apanage des autorités politiques. Il n’appartient pas non plus aux propriétaires des médias, pas plus qu’il n’est le monopole des journalistes. C’est la communauté qui est détentrice du droit d’information : elle a le droit d’informer comme d’être informée. Nous, journalistes, devons être au service de la démocratie, de la vérité, de la quête du bien commun pour le plus grand nombre. Liberté d’expression ne signifie pas liberté de dire et d’écrire tout ce qui nous passe par la tête, mais d’exprimer, avec responsabilité, ce qui peut contribuer au bien de nos communautés, voire de l’humanité.

Mots-clés

médias, journalisme, éthique des médias, influence des médias


, Colombie

dossier

Ébauche pour la construction d’un art de la paix : Penser la paix comme stratégie

Expériences et réflexions sur la reconstruction nationale et la paix

Notes

A. M. GOMEZ est directrice du journal colombien « El Colombiano ».

Texte traduit de l’anglais

Source

Texte original

EL COLOMBIANO - Carrera 48, n° 30, Surr. 119, Apartado aero 80636, Medellin, COLOMBIA - Tél. (19)57 94 331 52 52 - Colombie - www.elcolombiano.com.co/

contact plan du site mentions légales