español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La Journée de l’Europe, une journée pour la paix

L’anniversaire de la déclaration de Robert Schuman

05 / 1995

Ce 8 mai 1995 a été fêté le 50e anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie. Mais que commémore-t-on, au juste ? La liberté retrouvée ? La victoire contre le fascisme ? Sur fond de guerre en Tchétchénie, de purification ethnique en Bosnie, de montée de l’intolérance dans nos sociétés,… l’affirmation : « plus jamais ça ! " paraît oubliée.

Le lendemain, le 9 mai, était célébrée la Journée de l’Europe. Cette célébration avait cette année une symbolique spéciale. Elle rappelait que les peuples engagés dans la construction européenne, ont connu pour la première fois cinquante ans de paix ininterrompue.

Instituée en 1985 par le Conseil européen de Milan, elle commémore la déclaration solennelle faite le 9 mai 1950 par Robert Schuman, à l’époque ministre français des affaires étrangères, pour proposer à l’Allemagne l’établissement d’une Haute Autorité ouverte aux autres pays d’Europe, chargée d’organiser la production de charbon et d’acier.

Cette déclaration, qui se fixait déjà pour objectif une « fédération européenne », marque le départ de la construction européenne. A l’occasion d’un précédent anniversaire de cette déclaration, le président du Parlement européen d’alors, évoquant le projet, jugeait l’analyse « limpide », le moyen « réaliste », l’objectif « ambitieux » et l’institution « révolutionnaire ». Reprenons :  - l’analyse : « La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent ». Les premiers mots pointent le but dernier : il n’y aura pas de paix sans une « Europe organisée et vivante » et pas d’Europe organisée sans réconciliation franco-allemande. - le moyen : « L’Europe ne se fera pas d’un coup : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait ».

Que les Français et les Allemands mettent ensemble le fer français et le charbon allemand pour tous ceux et avec tous ceux qui voudront se joindre à eux. - l’objectif : « Cette proposition réalisera les premières assises concrètes d’une fédération européenne indispensable à la préservation de la paix ». - l’institution : « Une Haute autorité composée de personnalités désignées par les gouvernements, mais indépendante, dont « les décisions seront exécutoires » dans l’ensemble des pays adhérents.

En remarquant qu’il pensait comme Jaurès qu’il faut « marcher à l’idéal en partant du réel », le président du Parlement européen concluait : « il projetait dans le futur « la fédération indispensable », mais il commencait par le Charbon et l’Acier : « la cave, les fondations ».

Mots-clés

construction de la paix, intégration régionale, interdépendance économique, mémoire collective, réconciliation nationale, reconstruction nationale, paix et développement, irénologie, enseignement de l’histoire et paix


, France, Allemagne, Europe

dossier

Ébauche pour la construction d’un art de la paix : Penser la paix comme stratégie

Commentaire

Le débat sur les rapports entre l’histoire et la mémoire s’est animé autour de l’anniversaire du 8 mai 1945. Pour certains, les commémorations officielles oteraient à la mémoire sa charge d’indignation et sa vitalité. On sait pourtant, ce que la construction de l’Europe doit au rejet des horreurs de la dernière guerre chez ceux qui l’ont conçue, et le rappel de cette volonté ne peut qu’aider à soutenir l’utopie européenne qui doit encourager les nouvelles générations à maintenir le cap. A cet effet, la vision de Robert Schuman mérite une telle présentation simple et pédagogique. Noter que le parlementaire irlandais, John Hume, député à Strasbourg, et qui a été élu,également en mai, par un jury international « Européen de l’année 1994 », voit dans l’Europe un « modèle de résolution des conflits ».

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,… ; Texte original

Ecole de la Paix - 7 rue Tres-Cloîtres, 38000 Grenoble, FRANCE - Tél. : 33 (0)4 76 63 81 41 - Fax : 33(0)4 76 63 81 42 - France - www.ecoledelapaix.org - ecole (@) ecoledelapaix.org

contact plan du site mentions légales