español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La communauté paysanne de Jicamarca au Pérou

Blas GUTIERREZ

01 / 1994

Située dans le Département de Lima, la communauté paysanne de Jicamarca s’étend sur une superficie de 100.000 hectares depuis la Cordillère jusqu’au Pacifique. Le relief et le climat ont fortement conditionné l’économie de la communauté qui repose entièrement sur l’élevage de chèvres, l’agriculture demeurant une activité marginale. Depuis les années 1950, Jicamarca est confrontée à une série de transformations à l’origine desquelles se trouve l’exode rural et l’expansion de la ville de Lima sur ses propres terres.

1)Les flux migratoires. Trois facteurs ont encouragé les départs vers la ville. D’abord, la scolarisation des enfants et les possibilités d’y trouver de meilleures conditions de vie. Ensuite, la commercialisation du fromage et de la viande de chèvre facilité par l’installation en ville d’un des membres de la famille. Enfin, la sécheresse du début des années 60 qui a non seulement encouragé les départs mais aussi bouleversé les structures agraires traditionnelles.

2)L’expansion de la ville de Lima. Expulsées du centre de la capitale par les opérations de rénovation urbaine entre 1960 et 1970, de nombreuses familles ont envahi les basses terres de Jicamarca. Après de nombreux litiges, la communauté a été obligée d’assimiler ces nouveaux venus étrangers non seulement à son histoire mais aussi à son organisation traditionnelle. Supérieurs en nombre, ces habitants ont pris progressivement le contrôle de la communauté divisée en deux. La partie haute avec 200 familles, la plus traditionnelle du point de vue économique et socialement homogène. La partie basse, 5000 familles, composée de migrants socialement et économiquement hétérogène qui ont été les acteurs du changement.

Mots-clés

milieu rural, changement social, acteur social, agriculteur, logement, agriculture paysanne, changement économique, habitat rural, migration, sécheresse, système agraire, urbanisation, foncier urbain, foncier rural


, Pérou, Jicamarca, Lima

Commentaire

Dernièrement, la violence et la crise de l’agriculture ont encouragé l’abandon des terres et la perte du contrôle du territoire communautaire par ses habitants d’origine.

Source

Articles et dossiers

GUTIERREZ, Blas, FOMCIENCIAS in. REVISTA PERUANA DE CIENCIAS SOCIALES, 1992 (PEROU), VOL N°3, N°1.

ARCI (Association pour la Recherche Coopérative Internationale) - 1 rue du 11 Novembre, 92120 Montrouge, FRANCE - Tél : 01 40 92 01 02 - Fax : 01.46.54.01.32 - France

contact plan du site mentions légales