español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Constitution d’un réseau de réflexion sur les politiques de vulgarisations agricoles dans quatre sous-régions méditerranéennes (région Maghreb, région des Balkans, pays de l’Est de la Méditerranée et les pays de la rive Nord occidentale)

Anne LE NAELOU

05 / 1994

"Une grande partie des agriculteurs méditerranéens utilisent peu ou pas les techniques agronomiques, zootechniques et organisationnelles issues des progrès de la recherche scientifique. Plusieurs facteurs, déjà connus, expliquent cette faible utilisation : inadaption des messages techniques aux demandes des agriculteurs, coût trop élevé ou absence d’un environnement favorable du marché pourleur mise en oeuvre"

C’est à partir de cette réflexion sous forme de constat que des agriculteurs, des agents de chambres d’agriculture, des vulgarisateurs de différents niveaux hiérarchiques, des décideurs en matière de politique agricole et de politique de vulgarisation (niveaux régional et national)et des chercheurs d’horizons divers se sont rassemblés pour un séminaire de travail à Alger les 26, 27 et 28 avril 1993 sur le thème "Vulgarisation agricole : théorie et pratique"

Cet atelier a été suivi de deux autres rencontres sous-régionales à Volos (17/19 septembre 1993): Vulgarisation dans les pays de la péninsule balkanique (Albanie, Grèce, Chypre, Turquie, Bulgarie)et au Caire (16/19 octobre 1993): Aspects de la vulgarisation agricole dans la région du Proche Orient (Liban, Syrie, Egypte, Jordanie). Un séminaire régional concernant l’ensemble de la Méditerranée clôture ce cycle de réflexion à Grenade (24/25 novembre 1993): Le développement agricole et rural et sa composante : la vulgarisation.

Un même double objectif traverse ces ateliers successifs. Chaque sous-région, chaque pays du pourtour méditerranéen est détenteur d’une expérience propre dans le domaine de la mise en oeuvre d’une politique de vulgarisation agricole, expériences constituées d’un ensembles de succès mais également d’échecs. Autant de "laboratoires" nationaux et régionaux dont il s’agissait d’abord d’établir d’un état des lieux. Mais plus qu’un simple exercice d’examen critique et de comparaison de différents systèmes de vulgarisation agricole, c’est la mise en commun de ces différentes approches prises comme autant de réponses variables apportées par chacun dans le cadre de contexte spécifiques.

L’évaluation des pratiques de vulgarisation agricole se fonde sur une série d’études de cas menés dans chaque pays et se rapportant à des expériences de vulgarisation plus ou moins bien réussies. La capitalisation d’une diversité des méthodologies utilisées constitue un des principaux enseignements à tirer de ces journées. Elles témoignent d’une volonté de plus en plus admise aujourd’hui de battre définitivement en brèche l’idée selon laquelle la vulgarisation agricole s’imposeraient telle une recette technocratique toute faite et unique dans le cadre d’une politique d’aménagement du territoire.

Reconnaissance et écoute d’une spécificité des demandes des populations destinataires de l’informaion et de la formation technique d’une part, et prise en compte des transformations et des ruptures sociales, économiques et écologiques que ces mesages techniques entraînent d’autre part, sont les deux dimensions fondamentales à intégrer pour l’élaboraion et la mise en oeuvre de politiques de vulgarisation agricole adaptées.

Enfin, au delà de la recherche de dispositions techniques les plus pertinents possibles, réfléchir aujourd’hui sur la question des pratiques de vulgarisations agricole oblige à penser à l’avenir des sociétés rurales concernées et leur lien avec la société globale. C’est pourquoi, à l’image de la diversité des intervenants à ce séminaire, la vulgarisation agricole doit tendre à résulter d’une discussion publique permanente associant les pouvoirs publics, les professionnels agricoles, les vulgarisateurs et l’appui des chercheurs nationaux.

Mots-clés

agriculture, vulgarisation agricole, formation, développement rural, méthodologie, agriculture paysanne


, Algérie, Afrique du Nord, Afrique

Notes

L’examen de la situation agricole au Maghreb s’inscrit dans une recherche plus vaste entreprise par le CIHEAM et la FPH, en collaboration avec l’INA et le CREAD (Alger)avec l’appui financier de la CCE-DGI.

L’auteur de la fiche est sociologue.

Source

Articles et dossiers

BEDRANI, Slimane, CIHEAM, CIHEAM in. CAHIERS OPTIONS MEDITERRANEENNES, 1993/04/26 (France), VOL 2

contact plan du site mentions légales