español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les routes internationales du trafic de haschisch marocain

10 / 1994

Les trafiquants cherchent sans arrêt des voies détournées pour déjouer les contrôles. De plus en plus d’expéditions importantes partent des zones industrielles d’Agadir ou de Casablanca. En juillet 1993, par exemple, 15 kilos de "savonnettes" de résine et plus de 2 tonnes de cannabis ont été découverts, à Cadix, dans un camion frigorifique néerlandais transportant 23 tonnes de sardines congelées. Débarqué du cargo-roulier Aknoul en provenance de Casablanca, le camion avait été chargé à Tan-Tan (à la limite du Sahara occidental)et avait pour destination finale Rotterdam. Le passeport du chauffeur indiquait de fréquents voyages en Pologne. Fait inhabituel : le cannabis se présentait sous la forme de sommités florales de plantes femelles de grande qualité, riches en pollen, apparemment de la sinsemilla (variété hybride sud-américaine sans organes de reproduction, à forte concentration de THC). Plus inhabituel encore, le cannabis avait été soumis à une congélation selon un procédé industriel.

Une saisie réalisée en janvier 1994 par le service des Douanes du Havre illustre la tendance au développement d’une route africaine. 935 kilos de résine de cannabis d’origine marocaine étaient dissimulés dans une camionnette embarquée sur un cargo à Dakar après avoir traversé le Sahara. En février, un deuxième véhicule - du même type et ayant suivi le même trajet - était intercepté avec 650 kilos. L’enquête a permis d’établir que deux voyages semblables avaient été organisés en 1993.

La voie maritime n’est pas négligée. De nombreux trafiquants Rifains investissent dans la pêche hauturière sur les ports de la façade atlantique. Pour déjouer les contrôles, le haschisch est d’abord importé dans la péninsule ibérique par voie maritime, puis chargé dans des camions après débarquement. Des stocks sont éventuellement constitués en Espagne ou au Portugal. Le transport par conteneurs, beaucoup plus difficilement contrôlable, est en plein essor. En février 1993, la douane du port de Casablanca a saisi trois tonnes de résine de cannabis à bord d’un conteneur chargé de carreaux de faïence en instance d’embarquement sur le cargo marocain Taza, à destination de Hambourg via Anvers. Et, au mois de novembre dernier, au moins 27 tonnes de haschisch étaient découvertes à bord du Brazzaville, un cargo belge arraisonné en pleine mer par les autorités espagnoles au large d’Algésiras. Une petite part des exportations empruntant cette voie maritime est destinée au Canada, où réside la deuxième colonie juive marocaine dans le monde, après Israël.

Mots-clés

circuit de distribution, drogue, délinquance, trafic de drogue, cannabis, haschisch, moyen de transport


, Maroc, Casablanca, Cadix, Rotterdam, Dakar, Le Havre

Notes

Les sources d’information de cette fiche sont confidentielles et non communicables.

Source

Enquête

OGD=OBSERVATOIRE GEOPOLITIQUE DES DROGUES

OGD (Observatoire Géopolitique des Drogues) - France

contact plan du site mentions légales