español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Promouvoir la paix et la réconciliation au Cambodge à travers une philosophie de la non-violence active

06 / 1993

Réflexion extraite du livre "Back to the future ? " publié par le Comité de coordination des services pour les personnes déplacées en Thaïlande (CCSDPT), sur l’action humanitaire menée depuis 1979 auprès des réfugiés cambodgiens sur la frontière khmero-thaïlandaise et sur ses conséquences. Elle étaye une déclaration d’intention qui s’adresse à quiconque "partage le but commun de la recherche de la paix et de la réconciliation pour le Cambodge par des moyens pacifiques non violents tels que l’éducation, l’information, les prises de positions et les échanges avec d’autres groupes intéressés.

La "chronique de la frontière" est l’histoire d’une des opérations humanitaires les plus réussies où l’on a fait assaut de générosité, de sagesse, d’intelligence, de créativité et d’énergie.

Rétrospectivement pourtant, n’aurait-il pas été plus sage de dire "non" lorsque l’effort humanitaire a été demandé puisque l’on peut considérer, dix ans après, que la réussite soulignée a contribué au développement de forces qui, en définitive, ont "augmenté les souffrances du peuple khmer" ?

Un engrenage pervers s’est créé : l’effort de secours a ralenti le rapatriement de la population khmère et consolidé l’installation à la frontière d’une communauté qui constitue la base arrière de la guérilla. Le secours humanitaire a nourri un besoin civil et engendré une tragédie militaire. La frontière khmèro-thaï est devenue une Palestine.

La fontière est une "zone de mort", "un village sans avenir" et l’urgence d’une réaction s’impose si l’on considère le coût humain du maintien dans les camps et le fait qu’on n’a pas su saisir les occasions qui se présentaient de mener une autre politique. En particulier, en 1981-82, lorsque, la situation s’améliorant, on a créé une agence spécifique des Nations Unies pour prendre le relais des organismes d’urgence qui se désengageaient sur la frontière.

Au seuil d’une nouvelle décennie, et en profitant des changements politiques intervenus en 1989, "le moment est venu pour que la politique et les politiques se mettent au service d’un effort moral pour mettre un terme aux souffrances du peuple khmer" et "faire jaillir de dix ans de désespoir une lueur de salut".

Mots-clés

paix, réfugié, ONG, passage de la guerre à la paix, ONU


, Cambodge

Commentaire

Véritable cri de révolte de personnels d’organisations non gouvernementales (ONG)qui prennent conscience du piège dans lequel, avec la population concernée, ils ont été pris, voire se sont pris eux-mêmes, d’une certaine façon ! Ils posent le problème complexe des rapports entre l’humanitaire et le politique et appellent à des prises de positions politiques pour établir la paix.

Nombre d’observations sont certainement valables pour d’autres crises dans le monde, mais le cas cambodgien est exemplaire et ce document constitue une importante réflexion "de terrain" à verser au dossier de l’"assistance humanitaire" et aussi de l’"ingérence". Il faudra suivre les initiatives concrètes prises par cette "coalition".

Notes

Extrait du livre "Back to the Future ? " publié par le Comité de coordination des services pour les personnes déplacées en Thaïlande (CCSDPT).

Source

Livre

MAAT,Bob, COALITION FOR PEACE AND RECONCILIATION, CCSDPT (BANGKOK), 1990 (THAILANDE)

Ecole de la Paix - 7 rue Tres-Cloîtres, 38000 Grenoble, FRANCE - Tél. : 33 (0)4 76 63 81 41 - Fax : 33(0)4 76 63 81 42 - France - www.ecoledelapaix.org - ecole (@) ecoledelapaix.org

contact plan du site mentions légales