español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La production de marijuana aux Etats-Unis

12 / 1994

Selon l’enquête la plus récente 67,7 millions d’Américains ont fumé de la marijuana au moins une fois dans leur vie et près de 20 millions au cours de l’année précédente. 5,3 millions l’utilisent au moins une fois par semaine et 3,1 millions tous les jours. Il y a là un gigantesque marché qui est alimenté à 50% environ par la production nationale. Selon le rapport de l’agence officielle National Narcotics Intelligence Consumers Committee (NNICC)de juin 1992, qui se penche sur le marché américain et ses sources d’approvisionnement, la production de marijuana aux Etats-Unis se situait entre 6 000 et 7 000 tonnes, ce qui place le pays pratiquement à la hauteur du Mexique premier producteur mondial dont la production était évaluée pour l992 à 7 000 tonnes. Mais les chiffres donnés pour les Etats-Unis ne concernent que la production provenant de surfaces cultivées. En 1991 ont été également détruits 118,5 millions de plants dites "sauvages", mais dont les feuilles peuvent être fumées mélangées à celles des plantes qui ont été cultivées. En dépit de cette importance des cultures, qui se concentrent en particulier dans cinq Etats: le Kentucky, l’Oklahoma, Hawaï, le Tennesse et l’Ililois, les Etats-Unis ne figurent pas dans les statistiques concernant la production mondiale élaborées cette fois par le Département d’Etat (International Narcotics Control Strategy Report, Executive Summary, march 1992). On ne les trouve même pas dans les "restes du monde" (others)qui ne totalisent que 3 500 tonnes. La justification avancée c’est que cette production est entièrement destinée à la consommation locale.

Néanmoins la lecture des statistiques publiées chaque année révèle l’embarras de l’administration américaine. Ainsi, selon le rapport du NNICC, on voit la production mexicaine qui était de 4 710 tonnes en l988 (alors que celle des Etats-Unis était évaluée entre 4 350 et 4 850 tonnes)bondir à 42 283 tonnes (de 5 000 à 6 000 tonnes pour les Etats-Unis). Une note en bas de page explique que "cette augmentation est le résultat d’amélioration méthodologique concernant les estimations et la prise en compte de nouvelles surfaces qui n’avaient pas été découvertes les années précédantes. On peut remarquer que ces découvertes survenaient opportunément pour éviter aux Etats-Unis de devenir le premier producteur mondial. Au cours des années suivantes la production a été progressivement ramenée par l’International Narcotics Control Strategy Report à des proportions raisonnables : 19 715 tonnes en l990 ; 7 775 tonnes en 1991 ; et une estimation de 7 000 tonnes pour 1992. Cette réduction a été justifiée par les "efforts de la police mexicaine" ou "de mauvaises conditions climatiques". En fait de nombreuses critiques s’étaient fait entendre sur le manque de sérieux des statistiques concernant les estimations des productions au Mexique. Mais on est revenu à la case départ : c’est à dire qu’en 1992 les Etats-Unis sont vraisemblablement devenus le premier producteur mondial de marijuana. En ce qui concerne les dernières statistiques disponibles, celle de 1991, deux éléments sont à noter : d’abord les surfaces des sites de culture à l’air libre ont diminué mais leur nombre a augmenté, les producteurs diversifiant les risques et cherchant des endroits plus éloignés. Le record de la production est détenu par un parc naturel , le Daniel Boone National Forest dans le Kentucky ; ensuite le nombre de pieds dans les cultures en serres détruites est passé de 1 669 millions l’année précédente à 2 848 millions. Les trafiquants utilisent en effet des techniques de plus en plus sophistiquées, comme les cultures hydroponiques, et obtiennent des rendements stupéfiants. On a ainsi pu observer que la teneur en principe actif, le Delta-9 THC, était passé en moyenne de 8,43% en 1986 à 11,5% en 1991.

Mots-clés

production de drogue, agriculture illicite, drogue, contrôle international


, Etats-Unis, Mexique

Notes

Les sources d’information de cette fiche sont confidentielles et non communicables.

Source

Enquête

OGD=OBSERVATOIRE GEOPOLITIQUE DES DROGUES

OGD (Observatoire Géopolitique des Drogues) - France

contact plan du site mentions légales