español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le projet ANDES

L’action par la complexité et la coopération

Lydia NICOLLET

07 / 1994

Le projet ANDES (Alimentation, Nutrition et Développement)a été conçu en Equateur en 1985, au sein de l’Institut Juan César Garcia, une fondation créée en 1984 après la mort du mé decin Juan Cesar Garcia, pour commémorer son rôle très actif dans les sciences sociales appliquées à la santé. Le travail de cet Institut, effectué par des citoyens nationaux et étrangers, consiste à coordonner, faire de la recherche et développer l’articulation entre sciences de la santé et sciences sociales. Le projet a démarré grâce à l’initiative du Centre International pour l’Enfance et de la Fph.

L’objectif global de ANDES était d’accroître la production et la consommation alimentaire pour amélior er durablement l’état nutritionnel des communautés paysannes (femmes enceintes et enfants en particulier)dans deux régions au nord de l’Equateur. L’alimentation et la nutrition constituant l’un des aspects essentiels du développement, l’équipe a tenu à réaliser ce travail avec des moyens permettant l’extension de l’expérience dans un champ temporel et géographique élargi.

Le travail s’est opéré en trois étapes :

  • Il s’agissait dans un premier temps de répondre aux premières demandes des habitants : adductions d’eau, construction de petits silos pour le maïs, aménagement des pâturages, traitement sanitaire du cheptel pour les éleveurs et renforcement des centres de santé;

  • Puis, l’équipe a mis en place des actions plus collectives: parrainage de petites entreprises à dimension communautaire (mini-boulangeries, élevage, échoppes, ateliers de couture,...).

  • Enfin, les eff orts se sont concentrés sur l’intégration des populations isolées à la vie économique (création de micro-entreprises).

Tout ce travail s’est réalisé à travers des enquêtes, des réunions villageoises, des discussions.

La méthode mise en place peut se résu mer en trois mots : complexité, interdisciplinarité et coopération. L’objectif du moyen et long terme impliquait une approche globale et complexe: pour résoudre le problème nutritionnel, il faut traiter des problèmes agricoles, des difficultés de la population à intégrer le marché national,prendre en compte ses traditions et croyances.

La multidisciplinarité : des acteurs avec des compétences différentes mais une volonté commune; l’équipe regroupait des médecins, des agronomes, des vétérinaires, des et hnologues, des sociologues et des enseignants. Malgré cette diversité, l’équipe a gardé un esprit de corps soudé, car chacun a su assumer son rôle dans cette complexité et s’entourer des services compétents.

La coopération : entre les personnes locales et les acteurs extérieurs; les uns connaissant parfaitement les problèmes de terrain et les capacités de la communauté à intégrer les changements et les autres plus expérimentés en matière scientifique. L’équipe ANDES a voulu composer avec des structures nationales - les services de santé en particulier- en s’appuyant sur le personnel de l’Etat local.Le groupe ANDES a pour cela accepté de s’adapter à la logique sociale des communautés et aux spécificités locales, de ralentir le rythme de travail si cela s’avérait nécessaire et de réviser les objectifs de départ en fonction des besoins réels des paysans. La collaboration entre le groupe ANDES et les communautés se faisait par les échanges, les réunions, qui mettaient en valeur les capacités d’initiative et de décision de chacun. La philosophie était de ne rien faire à la place des gens s’ils pouvaient le faire eux-mêmes, et de soutenir les initiatives communautaires qui visaient à la promotion collective, de façon à éviter leur dépendance vis-à-vis des agents extérieurs.

Cet aller et retour constant entre pratique de terrain et réflexion collective permettait également l’inclusion d’une vision macro dans l’action, par une réflexion à la fois concentrée sur les problèmes locaux et les problèmes cruciaux du pays, et par la recherche d’un compromis entre ces deux données.

Le choix des acteurs était crucial pour la réalisation d’un tel projet. Regroupant pour une grande part des universitaires (les doyens des universités d’agronomie et de médecine, et des thé sards)et des professionnels du développement, ANDES rassemblait des personnes très compétentes sur le plan scientifique et motivées pour une action collective avec une vision macro.

Mots-clés

agriculture et santé, participation populaire, relations avec le marché, prospective, relations micro macro, technicien et paysan


, Équateur

Commentaire

Le projet ANDES a été une réussite grâce à la méthode appliquée : un projet appréhendé dans sa globalité et sa complexité, par la coopération liant esprit de recherche et esprit de terrain. Cependant, une telle méthodologie, qui réclame des moyens humainset matériels importants et suppose un accord total entre les acteurs sur les objectifs à atteindre, n’est pas facilement applicable.

Notes

Contact: Anne Marie MASSE RAIMBAULT, Centre International pour l’Enfance, Chateau de Longchamp, 75016, Paris, France. Fax : (33 1)45 25 73 67

Cette fiche a été saisie dans un traitement de texte; mise en forme pour Dph par F.FEUGAS. L’ajustement nécessaire à la taille maximale de la fiche DPH a pu entraîner des coupures ou des remaniements du texte original.

Entretien avec HARDY, Yves

Source

Entretien ; Livre

MASSE RAIMBAULT, Anne Marie, La route des Andes, SYROS, 1993 (France)

FPH (Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme) - 38 rue Saint-Sabin, 75011 Paris, FRANCE - Tél. 33 (0)1 43 14 75 75 - Fax 33 (0)1 43 14 75 99 - France - www.fph.ch - paris (@) fph.fr

contact plan du site mentions légales