español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le putsch d’août 1991 en URSS

10 / 1994

Entre le 18 et le 21 août 1991, se déroule un putsch à Moscou, prouvant au monde occidental l’instabilité et la déliquescence du pouvoir soviétique.

Les raisons principales de ce coup d’Etat manqué doivent être trouvées dans l’affrontement politique opposant réformateurs et conservateurs au sein du Congrès des députés du peuple et dans l’acharnement de ces derniers à vouloir le retour à l’ordre communiste. Ce conflit avait déjà entraîné en décembre 1990 la démission d’E.Chevarnadze, qui annonçait l’arrivée de la dictature. L’abolition de l’article 6 de la Constitution soviétique de 1977 sur le rôle dirigeant du parti communiste en mars 199O et la désintégration de l’Union soviétique, à travers la proclamation d’indépendance de certaines de ses républiques n’ont jamais été digéré par les défenseurs de l’ordre ancien. M.Gorbatchev est pourtant lui-même soucieux de la sauvegarde de l’U.R.S.S. Il cherche à conserver des liens étroits entre les républiques à travers le Traité de l’Union, devant être signé par 10 d’entre elles le 20 août 1991. Mais ce document symbolise pour les représentants du complexe militaro-industriel et des forces de l’ordre une capitulation.

Aussi, le 18 août 1991, G.Ianaev, vice-président de l’U.R.S.S, hostile au Traité de l’Union et à la désintégration de l’U.R.S.S, décide de remplacer M.Gorbatchev dans ses fonctions, en prétextant une incapacité de ce dernier "pour raison de santé". Il signe avec V.Pavlov, premier ministre de l’U.R.S.S et O.Baklanov, premier vice-président du Conseil de défense, une déclaration annonçant l’introduction de l’état d’urgence pour six mois. Pour assurer la direction du pays et l’application de leur décision est fondé un Comité d’Etat pour l’état d’urgence (G.K.T.P), composé des trois personnes mentionnées, ainsi que de V.Krioutchkov, président du K.G.B, de B.Pougo, ministre de l’intérieur, de D.Iazov, ministre de la défense et de deux autres membres sans portefeuille ministériel (le président de l’union paysanne et le responsable d’une des plus puissantes associations d’industriels du pays).

Le 19 août, B.Eltsine, élu Président de la Fédération de Russie en juin, signe un décret selon lequel la déclaration du G.K.T.P, qualifiée de coup d’etat, est anticonstitutionnelle, tous les pouvoirs exécutifs du pays sont placés sous l’autorité du Président de la Fédération de Russie. Un gouvernement de crise est constitué. La population moscovite soutient fermement l’initiative de B.Eltsine. Après deux jours de heurts faisant deux victimes civiles, les membres du G.K.T.P capitulent le 21 août. Ils ont certainement commis l’erreur de penser que la population, lassée par les difficultés économiques, les soutiendrait et que l’armée se rangerait à leurs côtés.

Les conséquences de ce putsch manqué sont décisives : l’activité des Partis communistes est suspendue le 23 août, leurs biens sont nationalisés deux jours plus tard. M.Gorbatchev démissionne de ses fonctions de secrétaire général du P.C.U.S. Les évènements d’août accélèrent le processus des déclarations d’indépendance au sein des républiques qui composaient l’U.R.S.S (Arménie le 23 août, Ukraine et Biélorussie le lendemain...).

Mots-clés

Etat, crise de l’Etat, parti politique, communisme, crise politique


, Russie

Commentaire

Le putsch manqué d’août 1991 annonce la fin de l’U.R.S.S, quatre mois plus tard. Il souligne également le changement de rapport de force entre le nouveau Président de la Fédération de Russie, élu au suffrage universel, et le Président de l’U.R.S.S, qui ne s’est jamais présenté devant les électeurs. Boris Eltsine au secours de M.Gorbatchev était une situation inconcevable quelques mois plus tôt. Les représailles de B.Eltsine sur le Parti communiste consacrent sa montée en puissance. Elles suscitent d’ailleurs des critiques, même chez les démocrates, pour leur caractère démagogique et peu constitutionnel.

Source

Rapport

ALEXANDROVITCH,Maria, FRANCE OURAL

Association France Oural - 14, rue des Tapisseries, 75017 Paris, FRANCE - Tél : +33 (0)1 46 22 55 18 / +33 (0)9 51 33 55 18 - Fax : +33 (0)9 56 33 55 18 - France - www.france-oural.org - franural (@) free.fr

contact plan du site mentions légales