español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le lac Karatchaï

10 / 1994

Le lac Karatchaï est un petit lac peu profond d’environ 45 hectares qui se trouve au nord de la région de Tchéliabinsk sur le territoire de l’énorme complexe industriel Maïak (voir fiche O8), une unité ultra secrète jusqu’à présent qui produisait depuis 1949 les matériaux radioactifs nécessaires à l’armement nucléaire soviétique.

Dans les premières années de travail de "Maïak" (1949-1953), le déchets radioactifs de la production étaient jetés dans la rivière Tetcha qui traversait la zone industrielle. Ainsi étaient pollués les bassins des rivières et fleuves Isset’, Tobol, Ob et par leur intermédiaire l’océan glacial arctique. Après 1953, suite à la catastrophe, on a décidé d’arrêter les rejets non controlés de déchets nucléaires dans la rivière. Et on s’est mis à rejeter ces déchets dans le lac Karatchaï qui était un lac fermé. Aujourd’hui, il s’est accumulé dans le lac Karatchaï en substances liquides ou dépots sur le fonds pour 150 (bien 150)millions de Curies de matériaux radioactifs .... (Tchernobyl c’était 50 millions de Curies SEULEMENT !).

Au printemps 1967, le lac Karatchaï a été une cause de catastrophe radioécologique. A cause d’une forte sécheresse, le niveau de l’eau du lac a baissé. Des vents forts ont soufflé pendant deux semaines et dispérsé dans les environs des substances radioactives représentant 600 Curies. La pollution a touché 1.800 Km2. En plus cette nouvelle pollution, a essentiellement recouvert l’ancienne poluution dite du Vours (trace radioactive datant de l’explosion de 1957 - cf fiche 8). 40.000 personnes ont ainsi été soumises à rayonnement. Une nouvelle fois pour ceux qui étaient déjà là en 1957 et ont survécu ces dix ans.

Le programme actuel de réhabilitation et d’étude des conséquences des pollution nucléaires dans la région, prévoit une couverture du lac (un peu à l’instar de Tchernobyl)pour éviter la dispersion de substances radioactives dans l’atmosphère. Mais bien sûr les moyens manquent pour mener à bien les travaux et il ne faut guère se faire d’illusions sur leur rapide achévement. Il faudrait pourtant le faire pour réduire les risques et rechercher sereinement les traces des pollutions radioactives passées pour tenter d’améliorer la sécurité en cas d’incidents à venir.

Mots-clés

déséquilibre écologique, déchet nucléaire, pollution, pollution de l’eau, catastrophe écologique, pollution atmosphérique


, Russie, Lac Karatchaï

Commentaire

Les conséquences d’une dispersion des matériaux radioactifs accumulés dans le lac Karatchaï et en d’autre endroits du complexe industriel Maïak (Karatchaï est le plus atteint mais pas le seul)par l’atmosphère ou le système hydrographique risquent d’êtrelourdes pour la région mais aussi l’océan arctique et les pays qui le bordent...

Notes

Enquête personnelle. L’auteur travaille à l’Institut d’écologie industrielle d’Ekaterinbourg.

Source

Texte original ; Enquête

SKOPINOV, Serge, FRANCE OURAL

Association France Oural - 14, rue des Tapisseries, 75017 Paris, FRANCE - Tél : +33 (0)1 46 22 55 18 / +33 (0)9 51 33 55 18 - Fax : +33 (0)9 56 33 55 18 - France - www.france-oural.org - franural (@) free.fr

contact plan du site mentions légales