español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Histoire de l’Institut scientifique panrusse Karpinsky de recherches géologiques

02 / 1994

Cet institut est la principale institution dans le domaine de l’étude de la géologie des régions russes (ou ex-soviétiques)ainsi que du lancement des propsections géologiques d’envergure. L’institut a pris naissance à Saint-Pétersbourg, le 31 janvier 1882, avec la fondation du Comité Géologique d’Etat (Geolkom). Il s’agissait de la première institution géologique publique en Russie. Il lui fut confié comme mission d’étudier systématiquement le substrat terrestre et de dresser des cartes géologique du pays. En avril 1883, déjà, on lança un projet de "Plan général de recherche géologique en Russie". Les collaborateurs du Comité se lancèrent dans un relevé géologique détaillé du Donbass et de la région de Krivoï Rog (Ukraine orientale), procédèrent à l’inventaire des champs pétrolifères et des sources minérales du Caucase, ainsi que des secteurs aurifères de Sibérie et d’Extrême Orient. Ils réalisèrent lesremières expéditions dans les presqu’îles de Sakhaline et Tchoukotka et y effectuèrent toute une série d’investigations géologiques. Tous les collaborateurs du Geolkom se retrouvèrent au Comité d’organisation du VIIème Congrès international de géologique qui se tint à St-Pétersbourg en 1897. Le président élu en fut A.P. Karpinsky, lequel devint plus tard le premier président de l’Académie des sciences d’Union soviétique. Après la révolution d’Octobre, les fonctions dévolues eu Geolkom s’élargirent considérablement. Le 8 juillet 1918, le Sovnarkom de la RSFSR (Russie révolutionnaire)disposa que le Geolkom se trouverait désormais en charge de l’organisation et de la réalisation ainsi que de la coordination de tous les travaux de géologie et de prospection à l’échelle de l’Etat. Dans les années vingt, on organisa de nouveaux départements près du Geolkom : ceux d’Extrême Orient, de Sibérie, d’Asie Centrale, d’Ukraine, de Moscovie, etc. Une dizaine d’années plus tard, l’Institut consacra le gros de ses forces à résoudre des questions de la plus haute importance et centrées sur les objectifs suivants : le Grand Donbass, le combinat d’Oural-Kouznetsk, le bassin de Krivoï Rog, le Grand Léningrad, la presqu’île de Kola, la Carélie du Nord, etc. En 1931, les principaux sous-secteurs de recherche scientifique furent réunis en un Institut central de la recherche scientifique en géologie et prospection (TsNIGRI), dont le signe fut modifié en VSEGEI en 1939. Ce fut un évènement majeur dans l’étude du territoire de l’URSS que l’élaboration, en 1938 et à l’initiative de A.P. Guérassimov, du premier livret officiel de cartes géologiques de l’URSS à l’échelle 1:1.000.000. Vers les années trente, on s’est consacré à la découverte et à l’évaluation du gisment de borate d’Inderski, de bassins houillers dans la région de Moscou et le Kouzbass, ainsi que toute une série de gisements de minerai de fer, de métaux non-ferreux et métaux rares. Dans la période qui couvre les années cinquante-soixante-dix, l’Institut dirigea l’élaboration à une échelle moyenne d’une cartographie généralisée du territoire soviétique et mena un vaste programme destiné à déterminer et concrétiser les perspectives en matière d’exploitation des hydrocarbures de Sibérie Occidentale ainsqi qu’à élargir le champ d’exploitation des métaux rares et non-ferreux. Dans la décennie soixante-dix, la réélaboration et la remise en chantier des problèmes économiques et de questions concernant les multiples branches économiques liés à la géologie constituèrent l’axe majeur de l’activité de l’Institut. Ses collaborateurs menèrent également des travaux classés secrets d’Etat, liés aux gisements d’uranium en Russie et au Kazakhstan.

Mots-clés

aménagement du territoire, géologie, recherche, sol


, Russie

Commentaire

Durant les années de la péréstroïka, le service géologique de l’URSS connut toute une série de modifications, notamments dans le sens d’une certaine modernisation. Finalement le Ministère de la Géologie fut dissout et l’on créa à sa place un Comité pour la géologie auprès du Ministère de l’Economie. Actuellement ce Comité se trouve confronté à une crise profonde. Sur cette crise voir fiche suivante et les explications fournies par le directeur de ce Comité et ancien vice-ministre soviétique de la Géologie que nous avons interviewé.

Source

Rapport

JVANIA, Dimitri, FRANCE OURAL

Association France Oural - 14, rue des Tapisseries, 75017 Paris, FRANCE - Tél : +33 (0)1 46 22 55 18 / +33 (0)9 51 33 55 18 - Fax : +33 (0)9 56 33 55 18 - France - www.france-oural.org - franural (@) free.fr

contact plan du site mentions légales