español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’entreprise contre l’exclusion

Actions pour l’Emploi des jeunes

Xavier VANDERMEERSCH

02 / 1995

Selon un récent sondage, 69% des Français de 18 à 24 ans craignent de devenir des exclus. L’exclusion est une menace pour notre société: 55 millions d’européens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Dans le passé récent, l’emploi permettait à l’individu de s’intégrer dans la société, c’est à dire d’accéder à la culture et à la politique. Aujourd’hui ce modèle ancien est brisé par le nombre d’exclus du monde du travail.

Cette aggravation menace la cohérence de notre société. L’apparition dans de nombreuses banlieues d’économies parallèles liées au trafic de drogue et à la délinquance est alarmante. On voit se constituer des contre-sociétés aux ressources illégales organisées sur le caïdat, la violence.

Ce problème est suffisamment grave pour que chacun se sente impliqué.

Jérome MONOD précise: "je suis convaincu que l’entreprise peut être un acteur essentiel de génération de mécanismes de cohésion et de solidarité, c’est un devoir pour elle de se mobiliser pour refuser que s’installe une société à deux vitesses.."

"L’avenir de nos métiers ne peut se concevoir sans une attention plus grande à la demande sociale.

Il n’y a pas de solution simple au problème de l’exclusion. La population des exclus n’est pas homogène. Il faut donc réunir des compétences et des acteurs multiples pour y porter remède.

Les entreprises ne peuvent esquiver leur responsabilité vis à vis de l’exclusion dès lors qu’elle résulte en grande partie du chômage de longue durée. Le travail reste la meilleure arme contre l’exclusion. Il ne s’agit plus aujourd’hui de procurer un revenu décent à ceux qui travaillent mais plutôt de fournir un travail à tous ceux qui, grâce au principe national de solidarité, disposent d’un revenu

On ne peut plus se replier sur une attitude frileuse et invoquer la compétition internationale pour détruire plus d’emplois qu’on n’en crée. C’est trop grave: il faut renverser la perspective et faire de l’emploi la priorité absolue dans la stratégie de l’entreprise."Nous nous efforcerons désormais de proposer des solutions qui sacrifient une part de technicité au profit de la création d’emploi."Il faut aller encore plus loin pour les jeunes qui sont de plus en plus marginalisés. Il existe suffisamment de postes qui n’exigent aucune formation spécifique (30% selon l’Institut National de la statistique et des études économiques -INSEE-)pour que les entreprises fassent de l’embauche des jeunes une priorité. C’est un investissement humain nécessaire pour préserver l’avenir du simple fait des départs en retraite et c’est aussi une action d’un coût raisonnable étant donné les mesures (exonérations de cotisations...)qui diminuent le cout d’embauche des jeunes. Notre groupe s"est engagé à recruter 1000 jeunes de moins de 26 ans cette année (1994). Pour les former, une de nos filiales a instauré un système de préretraite progressive permettant à des salariés anciens dans l’entreprise de consacrer une partie de leur temps au tutorat des jeunes récemment embauchés. Une autre a conclu, à l’occasion de la réhabilitation d’un lycée à Trappes, un accord de partenariat permettant aux lycéens des sections techniques de participer aux travaux et de découvrir ainsi les métiers du batiment.

Se mobiliser en faveur de l’emploi impose à l’entreprise un effort de réflexion sur l’organisation de ses processus.

Conclusion.

Devant la menace pour la cohésion que constitue l’exclusion l’entreprise ne peut rester passive. "J’ai la volonté de développer dans notre groupe un esprit d’ouverture et un sens des responsabilités face au drame humain qui nous concerne tous."

Mots-clés

exclusion sociale, emploi, chômage, entreprise, lutte contre l’exclusion, jeune


, France

Notes

J. Monod est Président de la Lyonnaise des Eaux

Source

Articles et dossiers

MONOD, Jérôme, SEUIL, 1994/02 (France), 25

PIVOD (Prostective Innovation Valorisation Opportunité) - 30 rue Brey 75017 Paris, FRANCE - Tél/fax 33 (0)1 56 68 07 00 - France - site.voila.fr/PIVOD/

contact plan du site mentions légales