español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Formation aux cultures étrangères pour les acteurs d’un quartier à Villefranche-sur-Saône

Laurence TOURNIAIRE

09 / 1994

ORIGINE DE LA DÉMARCHE

L’idée d’une formation aux cultures étrangères est née lors de réunions organisées par la Sous-préfecture de Villefranche-sur-Saône, dans le cadre des actions sur les services publics de proximité. Il s’agissait au départ de favoriser les relations entre les agents des différents services publics sur le quartier de Belleroche (5000 habitants).

En fait, les participants se connaissaient, ou pouvaient se rencontrer facilement, mais ils ont fait ressortir que leur principale difficulté résidait dans le contact avec les personnes d’origine étrangère. Une meilleure compréhension s’imposait, fondée sur la connaissance des cultures d’origine des habitants.

Pour répondre à cette demande, l’équipe de la convention de Quartier de Belleroche propose de monter une action de formation à ces cultures. Deux domaines sont envisagés, correspondant aux origines de la majorité des résidents étrangers ou d’origine étrangère :

- culture arabo-musulmane

- culture turque

MODALITÉS

PUBLIC

La demande émanant de la Sous-Préfecture concerne des fonctionnaires d’État (Poste, police, enseignement...). à l’initiative de l’équipe de la Convention de quartier, le public est élargi aux agents des services travaillant sur le quartier (société HLM, assistantes sociales, éducateur, crèche, animateur)et aux membres d’associations de quartier (Comité de défense des locataires de Belleroche, association importante et active localement). Parmi eux, des personnes immigrées ont tenu à assister aux séances sur leur propre culture.

DEROULEMENT

L’organisation de l’action est confiée au bureau d’études Trajectoires.

La prestation, soit 40 KF, est financée par la Sous-Préfecture.

La formation se déroule sur deux mois, animée par trois intervenants extérieurs. Les participants (une cinquantaine)sont répartis en deux groupes, qui suivent chacun quatre séances, soit deux pour chaque culture.

Le contenu de la formation veut donner des références culturelles aux participants, mais aussi leur permettre de discuter, avec les intervenants, des situations concrètes qu’ils rencontrent.

La formation retrace l’histoire de l’immigration, turque ou maghrébine, en France. Elle présente l’univers symbolique de ces cultures et les réalités vécues par les immigrés, leurs modalités d’intégration au quotidien. Pour la culture arabo-musulmane, on traite plus particulièrement des piliers de l’Islam, de son imprégnation des valeurs et des conduites socio-éducatives, des relations sociales et de la notion de non-dit. Pour la culture turque, la question de la famille est étudiée : la structure familiale dans la société turque et dans l’immigration, le rôle et le statut de l’enfant. Dans les deux cas, sont abordés les problèmes de la scolarisation et des enjeux de l’éducation dans les familles immigrées.

RÉSULTATS

Les participants étaient satisfaits par l’apport de la formation. Si celui-ci reste difficile à évaluer, on peut cependant noter des conséquences favorables.

L’action a réuni des participants qui présentent une grande variété d’implications dans la vie du quartier. D’autre part, il y a eu des retombées fructueuses. Ainsi, un groupe a souhaité rencontrer les professeurs de turc qui interviennent dans les écoles de Villefranche ; cela a fait tomber quelques barrières de méfiance par rapport à leur enseignement, et même contribué à une dégustation de gâteaux... Il y a eu également des rencontres entre participants à la formation : un jeune homme turc a ainsi proposé à un instituteur son aide pour traduire les informations envoyées par l’école aux parents turcophones. Concrètement, cela s’est traduit par une participation record des familles à des activités péri-scolaires, auxquelles elles avaient pu être conviées dans leur langue.

Devant le succès rencontré par cette formation, il est envisagé de recommencer.

Mots-clés

formation permanente, service public, service de proximité, interdépendance culturelle, milieu urbain, dialogue interculturel, obstacle à la communication


, France, Villefranche-sur-Saône

Commentaire

L’intérêt de cette formation vient de la motivation des participants, qui l’ont réclamée. De plus, leur diversité d’implications dans le quartier lui apporte une certaine richesse, qui doit être conservée en veillant au mélange des groupes. Un élément inattendu a été le succès rencontré auprès des personnes d’origine étrangères, très intéressées par la façon dont leur culture est présentée.

Notes

Cette fiche est co-produite par le CR-DSU et HABITAT FORMATION, 12 rue Poncelet, 75017 PARIS. Tel 44 15 14 00.

Denis COUPAT peut être contacté à DSQ BELLEROCHE, tel 74 09 04 70.

Entretien avec COUPAT, Denis

Source

Entretien

CR-DSU=CENTRE DE RESSOURCES SUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

CR DSU (Centre de Ressources sur le Développement Social Urbain) - 4 rue de Narvik, BP 8054, 69351 Lyon cedex 08, FRANCE. Tél. 33 (0)4 78 77 01 43 - Fax 33 (0)4 78 77 51 79 - France - www.crdsu.org - crdsu (@) free.fr

contact plan du site mentions légales