español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Mise en situation professionnelle et formation de jeunes sans qualification

Mise à disposition d’un encadrement tutoral fort par la SNCF, Lyon, Rhône

Laurence TOURNIAIRE

09 / 1994

L’action est lancée à l’initiative du maire du 8ème arrondissement de Lyon qui constate que les jeunes les plus en difficulté ne trouvent pas leur place dans le dispositif d’insertion et surtout, accèdent difficilement à l’entreprise.

Lui-même cadre de la SNCF, il met à disposition sa connaissance de l’entreprise et des interlocuteurs adéquats.

Le système de promotion interne de la SNCF fait que les agents de maîtrise et cadres reçoivent une formation pédagogique pour l’encadrement des personnels des ateliers : le personnel possède une culture et une pratique de l’apprentissage.

L’idée consiste alors à utiliser pour les jeunes ce potentiel exceptionnel de formation et d’encadrement.

Tout en sachant qu’il n’y a pas de perspective de recrutement au sein de l’entreprise, cela peut permettre une orientation, une remotivation, en montrant les métiers sur le terrain, et un apprentissage technique et social, en plaçant les jeunes dans des situations humaines et professionnelles riches et concrètes.

OBJECTIFS

- Offrir aux jeunes les plus éloignés de l’insertion professionnelle, accueil et formation dans une situation de travail avec un tutorat fort pour les amener à une situation d’employabilité

- Libérer l’entreprise d’accueil des charges de gestion et des contraintes d’organisation matérielle

PARTENAIRES

- La Fondation pour l’Insertion, Entreprises et Quartiers dont la SNCF est membre, cautionne la démarche.

- Le dispositif d’accueil des 8ème et 9ème arrondissements de Lyon, participe à la sélection des jeunes pour cette action.

- La SNCF organise l’activité professionnelle des jeunes dans ses établissements.

- Rhône Emploi Exploration Développe-ment (REED), association intermédiaire, embauche les jeunes en Contrat Emploi Solidarité, assure l’acueil et le suivi des jeunes tout au long de l’action.

- Le Centre de Formation des Etats-Unis (CFEU), organisme de formation : tests psychotechniques, une session de remise à niveau, bilan de formation, à mi-parcours et en fin de parcours.

MODALITÉS

PUBLIC

12 jeunes de 16 à 25 ans, sortis de scolarité sans qualification, et/ou n’ayant jamais exercé le métier auquel ils ont été formés, étant souvent passés par divers "stages".

DEROULEMENT

Les jeunes signent un Contrat Emploi Solidarité d’une année (juillet 92- juin 93)avec l’association REED.

- Auparavant, phase de sélection, tests, organisation assurée par REED en lien avec les autres partenaires. L’achat de matériel professionnel, ici des chaussures de sécurité, n’est pas à la portée des jeunes : c’est finalement le Maire qui trouve une solution financière.

La période de préparation comprend une visite des ateliers du matériel de la SNCF. Elle permet d’initier les jeunes aux différentes activités, afin qu’ils puissent choisir celle dans laquelle ils vont exercer.

- Le site d’accueil est l’EIMM (Établissement Industriel de Maintenance du Matériel)d’Oullins. Les ateliers d’Oullins sont bien adaptés à l’accueil des jeunes : outre la qualité d’encadrement humain et professionnel, les rythmes de travail ne sont pas trop tendus. La formation est réalisée par l’Encadrement de l’équipe du corps de métier que le jeune a choisi. Une réorientation en cours d’année est possible.

- L’association employeur travaille, avec les jeunes, à la recherche de débouchés.

RESULTATS

Sur les douze jeunes :

- huit ont trouvé un emploi (deux d’entre eux pendant l’action)

- deux sont en CES.

L’action est jugée positive. L’immersion dans un milieu professionnel fort porte les jeunes. Ils ont aussi découvert le plaisir et la fierté de réaliser quelque chose d’utile et de visible : un tel vient revoir la locomotive qu’il a repeinte. Les jeunes ont pratiquement tous acquis la capacité à tenir un emploi.

Une action du même type devrait être reconduite à l’automne 94. Sa mise en place connaît pourtant des difficultés. L’action ne trouvant pas son inscription dans les dispositifs d’insertion installés, le financement du suivi-accompagnement fait défaut.

L’organisme de formation de la métallurgie est prêt à prendre en charge le recrutement et la formation des jeunes, mais en imposant une sélection des jeunes.

Mots-clés

insertion professionnelle, chômeur, jeune, tutorat, formation professionnelle


, France, Lyon

Commentaire

Ce type de démarche, dontla pédagogie se rapproche de celle du chantier-école, est adapté aux jeunes les plus "cassés", qui ont souvent un "parcours d’insertion" déjà long, ces jeunes qui "posent problème dans les quartiers".

Les salariés de l’entreprise qui assurent un tutorat actif et suivi, ont un mode d’implication directe : une vraie coopération est à l’ uvre.

Les difficultés de reconduction de l’action révèlent les rigidités des dispositifs d’insertion qui ont tendance à sélectionner les candidats même lorsqu’il s’agit des "plus en difficulté" et risquent de sortir de leur vocation d’origine.

Notes

Cette fiche est co-produite par le CR-DSU et HABITAT FORMATION, 12 rue Poncelet, 75017 PARIS. Tel 44 15 14 00.

Contact: M. VIANAY, Mairie de Lyon, tel 8 78 74 18 34.

Entretien avec VIANAY, M.

Source

Entretien

CR-DSU=CENTRE DE RESSOURCES SUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

CR DSU (Centre de Ressources sur le Développement Social Urbain) - 4 rue de Narvik, BP 8054, 69351 Lyon cedex 08, FRANCE. Tél. 33 (0)4 78 77 01 43 - Fax 33 (0)4 78 77 51 79 - France - www.crdsu.org - crdsu (@) free.fr

contact plan du site mentions légales