español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Des organismes HLM à l’origine de la création d’un cursus de formation professionnelle qualifiant

Christine AULAGNER

12 / 1995

En 1994, les organismes HLM de la région Rhône Alpes réunis au sein de l’ARRADEP (Association Régionale Rhône-Alpes pour le Développement des Services de Proximité), proposaient un dispositif de formation en alternance pour les emplois de proximité dans le cadre du contrat de plan État/Région. Un partenariat financier s’est ainsi organisé : État et Région Rhône-Alpes, Habitat-Formation (Fonds d’assurance Formation), organismes HLM et bailleurs sociaux, Caisse des Dépôts et Consignations.

En parallèle de cette démarche, une étude sur les flux de personnels dans les organismes rhônalpins confirmait la nécessité de former des personnels qualifiés pour pourvoir au simple renouvellement des postes au niveau régional : les flux des personnels dans les emplois de gardiennage et de nettoyage, d’administration et de gestion, des emplois techniques atteignaient 500 personnes par an.

L’objectif a été de mettre en place une filière d’insertion et de formation en alternance dans les organismes HLM de la région, visant à l’intégration de 300 personnes dans les cinq années du contrat de plan. Ces personnes titulaires d’une qualification reconnue seront soit embauchées dans l’organisme soit directement employables sur un marché du travail réputé ouvert par l’étude préalable.

Le projet s’appuie sur divers dispositifs d’aide d’insertion notamment des jeunes de 16/25 ans. Ces formations en alternance débouchent sur des diplômes reconnus par l’Éducation Nationale : CAP "maintenance et hygiène des locaux", CAP "maintenance des bâtiments de collectivités", Baccalauréat professionnel "services (accueil, assistance et conseil)".

UN DISPOSITIF DONT LA QUALITÉ EST DANS LA COHÉRENCE DU SUIVI DU JEUNE

Les jeunes qui entrent dans le dispositif sont en priorité originaires des banlieues car considérés plus proches des quartiers d’habitat social et plus aptes à y travailler. Ils ne sont pas amenés à travailler dans leur quartier. Ils sont choisis sur leur "motivation", leurs prérequis en formation générale.

Le dispositif

Pour l’année 1994

1995, 92 personnes sont entrées en formation ; chaque année un recrutement identique est prévu (permettant à environ 120 personnes d’être salariées en sus des effectifs normaux des organismes HLM). L’ARRADEP assure donc la coordination de la formation de l’ensemble des personnes recrutées en contrat de qualification pour les emplois cités (formation en alternance, rémunération sur la base d’un pourcentage du SMIC en fonction de l’âge et de l’ancienneté dans le contrat).

Une convention est passée avec l’organisme HLM. Tout ce qui est lié au contrat de qualification est à charge de l’ARRADEP (embauche par le biais des ANPE, missions locales, PAIO, gestion du contrat de travail...)qui est le véritable employeur. Il met le jeune à disposition de l’organisme HLM en échange d’une participation financière aux coûts salariaux (qui correspond à la part restante à l’employeur une fois déduites les aides de l’État). Déchargé des problèmes administratifs liés à l’emploi de personnes en statut spécifique celui-ci s’engage, en contrepartie à désigner et encourager des tuteurs à deux niveaux : un tuteur professionnel et un tuteur "hiérarchique" référent de l’institution.

Les facteurs de réussite d’un tel dispositif de formation reposent sur une organisation d’ensemble et sur l’investissement de chacun à tous les niveaux : tuteurs, jeunes, coordonnatrice ARRADEP... Le suivi régulier permet une reconnaissance professionnelle des tuteurs au sein de l’organisme et des capacités personnelles du jeune.

L’ARRADEP organise les deux années de formation en alternance : le calendrier des périodes de stages et des périodes de cours (convention avec les Greta pour les formations Éducations Nationale, et l’AFPOLS -organisme de formation du mouvement HLM- pour un module spécifique HLM en plus).

Le suivi

Reste en question la reconnaissance professionnelle de ces jeunes au terme de leur contrat de qualification. Quatre perspectives se présentent :

C’est surtout dans le double suivi individualisé et collectif du jeune que son rôle de coordination, de formation trouve sa cohérence :

- un temps de bilan systématique à chaque période en organisme entre les tuteurs professionnel et "hiérarchique", le stagiaire et la coordonnatrice ARRADEP, voire avec le responsable du Greta ;

- Soit les organismes HLM considèrent qu’il est plus intéressant financièrement d’accueillir des jeunes en formation plutôt que d’embaucher. Là on peut se questionner sur la pertinence des plans emplois gouvernementaux.

- une journée commune à la fin de chaque période de formation au Greta entre tous les tuteurs et tous les stagiaires de la même formation, avec les formateurs Greta et de la coordonnatrice ARRADEP ;

- Ou encore, ils peuvent considérer que leur qualification et leur diplôme ne suffisent pas à les embaucher, auquel cas on pourrait s’interroger sur l’adéquation de cette qualification.

- Soit ils considèrent que leur qualification et leur diplôme les rend "employables" et ils les replacent sur le marché du travail. Quelle sera la capacité de l’ARRADEP à devenir un "bureau de placement" pour ces jeunes ?

- un temps de permanence déterminé, une disponibilité de la coordonnatrice pour recevoir et entendre les jeunes ou les tuteurs sur des problèmes spécifiques à résoudre.

- Par contre, dans le meilleur des cas, on peut espérer une embauche et intégration dans le service si leur formation a été pensée dans le cadre d’une gestion prévisionnelle des emplois. Mais c’est aussi l’implication des tuteurs, dans l’esprit des "maîtres d’apprentissage" (transfert de savoir-faire et imprégnation de l’environnement au métier)clés de voûte de la formation en alternance que le pari d’une formation véritablement adaptée à l’emploi peut être gagné.

Mots-clés

insertion professionnelle, logement social, formation professionnelle


, France, Rhône-Alpes

Notes

Cette fiche est co-produite par le CR-DSU et HABITAT FORMATION, 12 rue Poncelet, 75017 PARIS. Tel 44 15 14 00.

Contact : Lydie FAYOLLE ARRADEP, tel 78 77 01 11.

Sylvain EXERTIER est l’un des responsables d’Habitat-Formation à Lyon.

Entretien avec EXERTIER, Sylvain

Source

Entretien ; Document interne

CR DSU (Centre de Ressources sur le Développement Social Urbain) - 4 rue de Narvik, BP 8054, 69351 Lyon cedex 08, FRANCE. Tél. 33 (0)4 78 77 01 43 - Fax 33 (0)4 78 77 51 79 - France - www.crdsu.org - crdsu (@) free.fr

contact plan du site mentions légales