español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Réhabilitation : le thème quartier et ville

Il vaut mieux réduire les interventions techniques que supprimer une zone d’éducation prioritaire

Paul DALMAS ALFONSI

12 / 1993

A partir du constat selon lequel "une adresse équivaut à une reconnaissance sociale", des éléments de réflexion et de proposition peuvent être formulés.

-La démolition est toujours perçue, psychologiquement, comme un acte négatif: on démolit sans savoir ce que l’on va faire ensuite; on démolit et les problèmes sociaux se déplacent. Par ailleurs, l’Etat n’a pas toujours eu le courage d’affirmer ses priorités en matière de démolition, il aurait dû être plus incitatif. Les moyens de démolir et de reconstruire n’existent pas, il faut donc revaloriser le quartier.

-Retrouver la mémoire: on aura toujours des ménages qui quitteront le quartier, par choix ou par nécessité; ils restent souvent à proximité et continuent à le faire vivre au travers des Associations. Ils sont détenteurs d’une partie de sa "mémoire" dont on doit tenir compte.

- Le lien avec l’économique: l’Etat, par ses crédits, incite fortement à la réhabilitation, sans créer pour autant des liens avec l’économique. Dans les quartiers, manque la diversité à travers l’emploi, les activités industrielles ou commerciales.

-Le lien avec l’éducation: le rôle de l’école est un élément fondamental d’intégration au quartier. Or, du fait des caractères particuliers des familles, il faudrait établir une approche nouvelle basée sur les spécificités, les différences culturelles et la responsabilisation. Ceci signifie formation des éducateurs mais aussi moyens matériels importants à développer.

-Greffer la quartier à la ville: la réhabilitation est aussi faite pour les gens qui ne sont pas du quartier. Elle doit s’inscrire dans le temps. POur refaire un lieu de vie d’un lieu d’échec, il faut travailler sur le réaménagement urbain à travers les interactions économiques et sociales. A un acte de gestion doit correspondre un acte d’urbanisme. De plus, la mobilité résidentielle oblige à une disponibilité du parc. Or, le parc privé tend à se réduire et le coût de la construction est élevé. Enfin, pour que le social et l’économique se retrouvent et se réconcilient dans les quartiers, il faut développer la notion de bassin d’habitat et d’emploi qui transcende le découpage administratif des communes.

Mots-clés

logement, logement social, réhabilitation de l’habitat, rôle de l’Etat, aménagement urbain, mémoire collective


, France

Notes

Cette fiche a été réalisée dans le cadre de l’évaluation de la politique de réhabilitation du logement social, animée par la Direction de l’Habitat et de la Construction du Ministère de l’Equipement, du Logement et des Transports, Arche de la Défense, Paroi Sud, 92055 Paris-La Défense Cedex 04

Source

Articles et dossiers

DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT DU DOUBS (DDE 25); GROUPE LOCAL EVALUATION DE LA REHABILITATION DU DOUBS, DDE 25 in. LES CAHIERS DE L'AMENAGEMENT, 1992/07, 3

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales