español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Comment cesser de s’occuper des oignons des autres ?

Ou de l’art de consulter les gens dont on prétend régler les affaires

Philippe BARRET

12 / 1995

Il était une fois un petit pays d’Amérique latine qui sortait d’une longue guerre civile. Les ONG de ce pays devaient participer au processus de reconstruction nationale et décider que faire avec les millions de dollars que déversaient soudainement le Dieu Bush, son fils le FMI et la Sainte Aide Internationale.

Mais après tant d’années de guerre et de rationnements alimentaires, les ONG en question étaient bien faibles et elles avaient grand besoin d’un fortifiant institutionnel.

L’ambassade de France de ce petit pays, qui avait ses salons pleins de médecins du monde sans frontières, dit aux ONG qu’elle pourrait peut-être leur indiquer quelques bons remèdes de famille.

La proposition remonta en haut lieu, puisqu’elle fut évoquée en pleine rencontre du GAL-France (le groupe Amérique latine des ONG françaises). Immédiatement, les noms français fusèrent de toutes parts. Un tel connaissait un excellent médecin parisien spécialisé dans les maladies méso-américaines, tel autre recommandait vivement un toubib de Champigneulles sur Marne qui avait une longue expérience des guerres civiles ; bref, une fois de plus, le réflexe missionnaire s’était mis en route, automatiquement, sans que personne sans rende compte, ou presque...

...Presque, car heureusement Geyser veillait au grain ! En effet, l’histoire récente du GAL-France était jalonnée de ce genre de réflexe et d’une fâcheuse tendance à repenser la coopération avec l’Amérique latine sans les latino-américains. Qui invitait régulièrement des latinos de passage en France aux réunions du GAL ? Qui avait insisté lourdement pour que le bilan du GAL sur la coopération française avec l’Amérique latine soit traduit en espagnol et diffusé en Amérique latine ?...

Ce jour là, donc, Geyser stoppa tout net l’effusion de missionnaires blancs et patentés pour proposer l’intervention de deux Mexicaines qui connaissaient au moins aussi bien la réalité méso-américaine que nos amis français et qui avaient accumulé dans leur sac quelques bons fortifiants institutionnels "hechos en América" ; le tout, à un coût bien inférieur. Heureusement, le GAL comptait en son sein bon nombre d’éléments conscients du problème et la proposition fut acceptée.

C’est ainsi que, plus tard, les ONG du Salvador eurent le plaisir et l’avantage de recevoir une mexicaine pour se fortifier avec des remèdes locaux et bon marché, en vue de la reconstruction nationale.

Mots-clés

politique de coopération, coopération Sud Sud


, Salvador

Notes

GEYSER est un groupe de travail à l’interface des questions d’agriculture, d’environnement et de développement. GEYSER anime des réseaux, systématise et diffuse des informations utiles pour l’action, fournit des appuis techniques ou méthodologiques. Pour plus d’information, voir fiche 21

Source

Récit d’expérience ; Texte original

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales